Le Nouvel Automobiliste
Ich bin ein Automobilister : les impressions d'Arnaud

Ich bin ein neuer Automobilister : la Trabant 601 à travers le regard d’Arnaud

Si un certain nombre de voitures de collection peut se targuer d’une popularité considérable dans le cœur du public et des passionnés, peu en revanche peuvent revendiquer la puissance symbolique qui émane de la Trabant 601. La 601 est bien plus qu’une simple voiture de collection. Elle est à elle seule un petit morceau d’histoire. En dépit de sa (très) grande rareté sur nos routes, elle est d’ailleurs systématiquement reconnue par les passants, qui la désignent tous unanimement comme étant « la voiture de l’Allemagne de l’est ». C’est dire à quel point elle a marqué les esprits (bien plus que la Wartburg 353 semble-t-il).

Trabant 601 : Plaisir d’essence

La Trabant que nous avons eu la chance de pouvoir approcher fait l’objet de tous les soins par son propriétaire, qui la restaure petit à petit en essayant de respecter autant que possible l’esprit de la voiture. La jolie couleur, notamment, n’est certes pas d’origine mais elle fait tout de même partie du catalogue d’époque. L’intérieur quant à lui est en cours de rénovation, ce qui explique la présence de deux sièges différents à l’avant.

Au démarrage, l’expérience sensorielle commence avec l’odeur dégagée par l’échappement du petit bicylindre, qui me rappelle celle que dégageait la moto cross 50cc de mon adolescence. Tout comme ma « pétrolette », la Trabant 601 n’a pas de jauge à carburant et le passage sur la réserve se fait via un interrupteur. Ces petites spécificités, associées à une position de conduite disons… pas des plus naturelles, dénote franchement dans notre monde moderne. Ça crache, ça vibre, ça fait du bruit mais, à l’époque, on n’hésitait pas à entasser la famille dedans pour prendre la route. Enfin, à condition d’avoir eu le privilège de pouvoir en commander une… et d’avoir survécu au délai de livraison !

Retour vers le présent

En 2016 [date à laquelle l’essai s’est déroulé, NDLR], il n’est plus nécessaire d’attendre une douzaine d’années pour en devenir l’heureux propriétaire. Quelques clics sur un site d’annonces en ligne vous en dégoteront un bel exemplaire en quelques minutes. Et pour pas cher qui plus est. La Trabant 601 a en effet le bon goût de ne pas avoir pris la grosse tête sur le marché de la collection et les bons exemplaires se négocient aux alentours de 5.000 €. Une vraie voiture du peuple !

Le coté rudimentaire de la Trabant 601 déroutera peut-être les habitués des voitures modernes, mais il fait aussi la force de la petite fille de la RDA qui, plus encore que n’importe quelle autre auto de collection, peut être facilement entretenue avec un minimum de compétences en mécanique et sur un petit budget. D’autant plus que, comme nous le confie Frédéric, son propriétaire, les pièces se trouvent encore très facilement et peuvent êtres commandées depuis l’Allemagne sans souci. De quoi faire vivre l’histoire encore longtemps, pour que le passé ne tombe pas dans l’oubli.

Merci à Frédéric, son propriétaire, pour sa gentillesse et son temps.