Le Nouvel Automobiliste
VW Microbus Concept

A leurs actes manqués : Volkswagen Microbus Concept

VW Microbus Concept

Il y a 20 ans, au salon de l’automobile de Détroit, Volkswagen avait décidé de nous faire rêver. Petite remise dans le contexte : le T4 approchait doucement de sa fin de carrière, VW n’était pas encore perçu comme une marque has-been aux USA, bien qu’ayant perdu en parts de marchés tandis que le scandale du Volkswagen-gate et des moteurs diesels truqués n’était pas né. Bref, le constructeur de Wolfsburg dévoile un joli concept car en terres américaines. Et le public s’est pris à rêver du VW Microbus Concept.

VW Microbus : Concept et contexte

2001, c’est encore l’âge d’or des monospaces, en Europe comme aux USA. Alors que dans l’Ancien Monde, VW commercialise le Sharan, fruit d’une union avec Ford, aux Etats-Unis, c’est moins brillant : l’allemand n’a pas d’autre offre que le Transporter T4 en version civile, baptisé EuroVan. Commercialisé avec une motorisation essence 5 cylindres en 1993, il est retiré du marché en… 1994 ! Toujours vendu au Canada et au Mexique, il revient aux USA en 1999 avec l’adoption du moteur VR6 et de la boîte automatique, seule offre au catalogue américain. Mais VW est décidé à revenir en force sur le marché à la bannière étoilée, porté par le succès de sa New Beetle. Bref, vous le voyez venir, ce concept VW Microbus. D’ailleurs, l’appellation Microbus vient directement des T1 et T2, baptisés de la sorte aux USA. Le T3 était vendu sous l’appellation Vanagon.

Et pour mieux capturer l’esprit cool des vieux T1 et T2 de la période baba… cool, VW confie son concept car à son studio de design californien à Simi Valley, au plus près des groupes hippies. Bien dans la tendance néo-rétro initiée chez VW par la New Beetle mais aussi chez Mini ou avant cela chez Nissan avec les véhicules de la Pike Factory, le concept car Microbus est présenté en fanfare au salon de Détroit 2001. Pour rappel, à cette époque, il y avait encore des salons automobiles, les constructeurs y étaient systématiquement présents et pour vous dire à quel point ça date, les tours jumelles étaient encore debout à New York. Bref, tout cela ne nous rajeunit pas.

California Dreamin’ dans le Michigan

C’est ainsi que nous découvrions il y a 20 ans un concept car particulièrement aguicheur, et dont le look, tout néo-rétro qu’il est, semble encore plutôt actuel. A ce titre, il n’oublie pas d’être bicolore, en bon descendant des T1 et T2 : une tendance qui commençait alors à refaire surface. Les Avantime, Mini puis Ypsilon ayant largement remis la chose à la mode au début des années 2000. Vert clair en haut, vert moins clair en bas, ses optiques ovoïdes à l’avant font écho aux feux arrière, tandis que la découpe de son capot lui confère un sourire jovial. La surface vitrée est abondante, le pare-brise est panoramique et en 3 parties, chose très inhabituelle pour VW, tandis que le pavillon s’orne de deux planches de surf. La sortie d’échappement centrale donne du peps à une ligne qui évite les lourdeurs malgré le gabarit et se permet des détails de style sophistiqués à l’image des poignées de portes.

A bord, le pavillon recelait une traverse translucide qui évoque -a posteriori- le rangement des toits panoramiques des Berlingo, Rifter, Combo Life et ProAce City Verso. La planche de bord, horizontale et beige s’orne en son centre d’un sélecteur de vitesse original avec son look circulaire, tandis que la configuration d’assise comprend Deux sièges individuels en rangs 1 et 2 et une banquette rang 3, en quelque sorte le standard des SUV et monospaces du marché américain… de nos jours ! Les sièges du centre, montés sur rails, pivotent pour former un salon avec la banquette dont la zone centrale recèle une tablette. De belles promesses de voyages en famille ou groupe hippie convertis à l’économie de marché, en somme. Les écrans 8 pouces logés derrière les sièges avant et celui de 7 pouces au pavillon divertiront les passagers en manque de LSD tandis que le moteur 3,2 VR6 de 235 ch et 320 Nm de couple a de quoi mouvoir un véhicule au gabarit pachydermique, puisque basé sur le T4. Réaliste ? On en a vraiment envie.

VW Microbus Concept

Et on finit par y croire : en juin 2002, Volkswagen annonce que le concept Microbus aura bien une suite, basée sur la plateforme du futur T5, lancé en 2004 dans l’usine de Hanovre. De quoi se réjouir et espérer un successeur glamour pour le très vieillissant Sharan, sorti en 1995 et produit avec Ford, désormais désengagé de l’usine portugaise et produisant son nouveau Galaxy à Genk en Belgique, aux côtés de la Mondeo. Mais dans la mesure où nous sommes en 2021 et que vous n’avez toujours pas vu de Microbus chez votre concessionnaire VW, vous vous doutez bien qu’il y a eu un changement de plan du côté de Wolfsburg.

Chacun sa route, chacun son Routan

Les espoirs sont ainsi vites douchés : sous la direction de Bernd Pischetsrieder, alors patron de VW, la marque indique que l’industrialisation d’un tel concept est trop compliquée. Trop cher, trop typé VUL, VW abandonne son ambition. Le site Internet de VW USA indique que l’EuroVan, disparu en même temps que tous les T4 en 2004, sera remplacé par « un véhicule plus adapté aux besoins du marché américain », sans donner plus de précisions, bien entendu, tandis que le reste du monde voit arriver le T5, logiquement décliné en Transporter, Caravelle et Multivan selon ses dérivés VU, combi ou VP de luxe. Quant au VW Sharan européen, désormais produit uniquement par VW pour VW et Seat, il n’en finit pas d’agoniser face à des rivaux bien plus modernes en provenance de France et d’Italie. Sans parler du nouveau Ford Galaxy fraichement renouvelé. Une nouvelle génération de Sharan n’arrivera qu’en 2010, consensuelle au possible, l’espoir de voir le Microbus en série est quant à lui définitivement achevé. Tout juste a-t-on eu droit à un T6 bicolore.

D’autant plus qu’aux USA, le constructeur allemand s’acoquine avec Daimler-Chrysler pour proposer un clone des Voyager / Town&Country / Caravan : le VW Routan (Guillaume vous en a parlé sur Twitch). Lancé en 2008, quasi-simultanément avec ses jumeaux, son replâtrage sans saveur ne peut que décevoir, et le peu de différenciation avec ses cousins américains accroît le sentiment de frustration. D’autant plus qu’il n’a même pas droit au système Stow&Go de Chrysler. Après avoir fait rêver le public avec un beau Microbus réimmiscent des anciens Transporter, on se retrouve avec un badge-engineering de plus. A peine 60 000 exemplaires seront vendus en moins de 7 années pleines, c’est près de 18 fois moins que les versions Chrysler aux USA. Et lorsqu’on y repense, il est finalement presque amusant de se dire que VW et Lancia ont eu un produit commun sur deux marchés différents ! Mais l’idée d’un revival du bon vieux Microbus continue de faire son chemin.

VW Microbus : de concepts en promesses

En effet, si VW a fini par renoncer au Microbus Concept en 2004 malgré les promesses, la marque allemande profite du salon de Genève 2011, 10 ans après le Microbus Concept, donc, pour dévoiler un nouveau show car : le Bulli. Le véhicule est bien plus compact et ne propose plus que 6 places sur deux rangées de banquettes. Quelque part, ça laisse un peu d’espoir pour un monospace compact au caractère nettement plus affirmé que celui de la Golf+ d’alors. Mais il n’en sera rien. Notons tout de même le gabarit très compact du Bulli : tout juste 4 mètres de long ! Le Bulli annonçait 299 km d’autonomie avec sa batterie 40 kWh. Eh oui, son moteur 114 ch était déjà électrique. Bien avant que VW ne crée le Volkswagen-gate. Mais il n’y a pas eu de suite… au Bulli, j’entends.

Nous voici en 2016 au CES de Las Vegas et à force de crier au Combi, on y croit de moins en moins. Cela dit, VW présente le concept car BUDD-e… mais nous sommes en plein début du Volkswagen-Gate : du coup, le BUDD-e (au lit ?) passe un peu au second plan, bien qu’il étrenne la nouvelle plateforme MEB du groupe allemand. Plateforme qui sert de soubassement aux actuelles ID.3, ID.4 ou Enyaq iV. Bref, deux moteurs (un par essieu) pour 300 ch, 375 km d’autonomie théorique, des panneaux solaires sur le toit, une teinte jaune flashy et deux rangées de sièges au programme. Et direction le musée. Au risque de ne pas vous surprendre.

Rendez-vous est pris en 2017 pour… saliver de nouveau. Nous voici au salon de l’automobile de Detroit, et nous revoici avec un concept car dans la lignée du Microbus Concept de 2001 : le VW ID Buzz est de sortie. Retour aux fondamentaux avec 3 rangées de sièges et un look très réussi non seulement dans le thème, modernisant celui de ses inspirateurs passés, que dans les proportions ou le traitement des détails. Long de près de 5 mètres, il revendique également 2 moteurs électriques (un par essieu) pour développer 375 ch et offrir entre 450 et 600 km d’autonomie grâce à une batterie 111 kWh… et surtout : il aura enfin une suite en série. Oui ! Et c’est prévu pour 2022, selon VW. Et il sera le remplaçant du Sharan sur notre marché.

A noter que le dirigeant de VW USA a également annoncé que le véhicule de série sera présenté lors de la Coupe du monde de football de 2022 au Qatar, cette fameuse coupe du monde écologique, durable et solidaire. Quel meilleur événement pour soigner son image après le Valkswagen-gate ? Trêve de sarcasme, on aura également droit à un dérivé VU (dont le concept était présenté au salon de Hanovre en 2018) et à une version autonome qui sera en phase de test à travers une flotte de 35 véhicules à Doha en 2022 également.

Et si le futur VW ID Buzz devenait plus rentable grâce à Škoda ? En effet, la marque tchèque a rendu hommage à son van 1203, à travers les sketchs du designer Daniel Hájek. Produit à environ 70 000 exemplaires, le Škoda 1203 est un van à moteur avant et propulsion, comme le break Škoda 1202 qui lui servait de base. Vous l’aviez aperçu ici avec nous, au musée de Szentendre. La production du van 1203 a d’ailleurs entièrement migré à Trnava, dans l’actuelle Slovaquie (la ville où sont produites les 208 et C3 de nos jours) à partir de 1981 et le véhicule a alors été commercialisé sous la marque TAZ -Trnava Auto Zavod- jusqu’en 1999 (la production a même continué au compte-goutte jusqu’en 2017 chez Ocelot en République tchèque !). Et si l’on se rappelle que le Škoda 1203 est sorti en 1968, on se dit qu’un revival électrique en 2023 pourrait être une bonne occasion pour célébrer les 55 ans du modèle. Ca n’aurait rien d’improbable sachant que VW est enfin décidé à nous produire un van au look délicieusement cool rappelant les bons vieux T1 et T2.

Summertime…

Plus de 20 ans… on aura longuement patienté pour voir le descendant du Microbus Concept sur les routes de France et de Navarre et de Germanie. En tous cas, il y a des gens qui n’ont pas attendu VW !

Direction la Chine avec Songsan Motors qui a dévoilé au dernier salon de Pékin en septembre 2020 son dernier modèle : le Summer. Doté de la mécanique 1,5 l PHEV du Songsan SS Dolphin (le dauphin nazi ?), il jouit d’un look très… ouvertement inspiré des vans Volkswagen. Je vous laisse admirer les images du gracieux Songsan Summer. Il est grand temps de clore cet article en attendant la vraie réincarnation du bus des hippies par VW. Et quoi qu’il en soit, joyeux anniversaire au Microbus Concept. Dire que si VW l’avait sorti comme promis en 2004, il serait déjà interdit de circuler dans certains endroits de France… A croire que 15 ans sont une éternité.

Sources : Wikipedia, Škoda, Carscoops

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.