Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Volvo V90 Cross Country : Suédoise de campagne (galerie, vidéos)

Je vous en parlais moi-même hier, j’aime les grandes et belles suédoises. Et pour ceux qui les aiment un peu plus aventureuses Volvo a pensé à tout et nous a révélé cette semaine la classique déclinaison baroudeuse de son break V90 : la V90 Cross Country.

Cette déclinaison est devenue une sorte de tradition du constructeur scandinave qui depuis de nombreuses années a pris l’habitude de transformer son grand break (mais pas seulement) sur le mode baroudeur en reprenant cette appellation Cross Country. Il ne s’agit pas du coup de créer un nouveau véhicule authentiquement 4×4 mais bien plus de proposer un tout chemin efficace et polyvalent comme c’est d’ailleurs devenu également la mode chez d’autres concurrents. Quand on connait les conditions hivernales et les espaces isolés de Suède on comprends aisément que cette déclinaison puisse s’avérer utile. Quand en plus on prend en compte l’attrait toujours très important du public pour les véhicules évoquant cet univers de baroudeur on réalise que Volvo aurait franchement tort de passer à côté d’un tel modèle.

Le traitement du véhicule est quant à lui classique. Prenez un break, rehaussez-le un bon coup, placez y quelques artifices esthétiques suggérant l’univers du tout-terrain et rajoutez-y quelques éléments spécifiques (jantes, monogramme exclusif) et hop ! vous avez réussi votre coup. Le V90 Cross Country adopte cette recette à la lettre en n’oubliant pas d’y intégrer la traction intégrale en série (également disponible sur les V90 classiques) ce qui n’est pas forcément le cas de tous les véhicules adoptant ce type de look. D’ailleurs avec 65 mm de garde au sol supplémentaire ce break devrait être capable de gravir autre chose que simplement des trottoirs. Le résultat reste assez séduisant même si, en toute logique, la fluidité et l’élégance du break est quelque peu altérée en particulier en raison des ajouts en plastique noir au niveau des pare-choc ou des passages de roue.

Indubitablement le Cross Country est un peu plus brut de décoffrage, un peu plus rustique et un peu plus massif mais, au final, c’est bien la preuve que le traitement stylistique a été réussi puisque c’est bien ce qui était recherché. Qu’on se rassure le véhicule ne devient aucunement une horreur sur roue et les aspects luxueux et raffinés, notamment de l’habitacle, sont tous conservés, en particulier l’indispensable système audio Bowers & Wilkins dont on ne se lasse pas de vanter la qualité. Vous pourrez donc maintenant en profiter aussi au milieu des champs.

La gamme de motorisation proposée est identique à celle des S/V90 à l’exception du D3 de 150 ch que Volvo ne proposera pas sur ce gros bébé. Et on a déjà envie de dire que c’est probablement mieux ainsi. Vous aurez donc le choix entre les blocs diesel D4 et D5 de 190 et 235 ch et les blocs essence T5 et T6 de 254 et 320 ch. reste à savoir si la version T8 sera de la partie. En attendant ce V90 Cross Country, que vous ne verrez pas au Mondial de Paris, sera disponible dès l’automne pour un tarif non encore dévoilé mais qui devrait débuter autour des 50 000 €.

En vidéos :

Via Volvo