Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Un restylage des plus légers pour la Maserati GranTurismo

Dix ans après son lancement, la Maserati GranTurismo et sa version découverte, la GranCabrio, n’ont presque pas vieilli. Alors pour durer encore un peu, le Trident a sorti ses crayons pour ne revoir que quelques de ses traits… et préparer la prochaine décennie.

Ricotto ma non troppo*

Il est des voitures dont les lignes sont intemporelles et ne demandent aucune modification profonde pour durer dans le temps, et la Maserati GranTurismo est de celles-ci. Alors certes, en tant que coupé 2+2 elle n’a pas l’agilité des lignes du concept Alfieri, mais tout de même ! Le regard signé Pininfarina n’a, notamment, pas pris une ride.

A l’image du restylage qui a été opéré sur la Quattroporte, la calandre est légèrement redessinée avec un esprit plus tendu, et des ouïes latérales bien plus grandement ouvertes. L’ensemble est plus harmonieux que la grande bouche que dessinaient ces entrées d’air, par le passé. On annonce aussi un pare-choc arrière repensé.

Peu de modification à bord également

La discrétion des modifications continue à l’intérieur. La planche de bord ne se distingue des précédentes que par l’arrivée d’un écran tactile 8,4 » disposant de la connectivité Apple CarPlay et Android Auto. Également à bord, un nouveau système audio Harman Kardon.

De même sous le capot, le V8 4,7 l de 460 ch à la musique atmosphérique demeure présent avec ses 520 Nm de couple. Il reçoit une boîte automatique ZF 6 rapports… seulement. Dommage, quand dans le groupe la BVA 9 semble devenir la norme. La GranTurismo MC (ici en photo avec son ouïe de capot) demeure au programme avec la Sport. Préparées avec le même moteur elles atteignent toutes une V-Max approchant les 300 km/h.

Ci-dessous, la GranTurismo MC exposée à New York ce jour.

*un restylage très léger

Via Maserati et L’Automobile magazine