Le Nouvel Automobiliste

Toyota produira la prochaine compacte de Suzuki au Royaume Uni !

L’annonce du partenariat avait été faite il y a quelques jours, nous en savons désormais un peu plus : c’est le site anglais de Toyota (Toyota Manufacturing UK, ou TMUK) qui produira le prochain modèle européen de Suzuki. Alors que le géant japonais maintient son opinion réservée à l’endroit du Brexit, il saisit l’opportunité de ce partenariat pour maintenir la charge de ses usines anglaises. C’est une des rares bonnes nouvelles de l’industrie automobile britannique, ces derniers jours.

Une Suzuki dérivée de la Toyota Corolla

Peu d’informations ont été divulguées au sujet de cette Suzuki. Nous savons simplement qu’il s’agira d’un modèle hybride permettant à Suzuki de diminuer son mix CO2 en Europe ; il s’agira d’un dérivé du break Corolla (dont vous pouvez retrouver l’essai à ce lien) fraîchement arrivé sur le marché. Badge engineering, restylage ou reskin complet du véhicule, il est trop tôt pour le dire. L’usine de Burnaston dans le Derbyshire ainsi que l’usine mécanique de Deeside en Ecosse seront en tous cas ravies de pouvoir maintenir une charge de fabrication élevée en dépit des menaces qui planent en ce moment sur l’industrie automobile britannique.

En effet, alors que Jaguar Land Rover s’apprête à annoncer 4 500 suppressions de postes, que Honda fermera l’usine de Swindon à la fin de vie de l’actuelle Civic, que Nissan ne produira plus de modèle Infiniti à compter de 2020 et que le prochain X-Trail quittera l’usine de Sunderland (avec des suppressions d’emplois à la clé), l’annonce de Toyota a de quoi soulager les salariés des deux sites du numéro 1 japonais. Le site de Burnaston et ses 3 200 salariés avaient bénéficié de  240 million de Livres pour l’arrivée de la nouvelle Corolla mais la fabrication de la prochaine Suzuki n’entraînera ni embauches, ni investissement complémentaire. Cela « démontre la confiance de Toyota en TMUK et la capacité des salariés à offrir des produits au meilleur niveau de qualité » , a déclaré Marvin Cooke, patron de TMUK.

S’il s’agit d’une bonne nouvelle pour le site, cela n’ôte en rien les craintes que font peser le Brexit au sujet de l’industrie automobile britannique. Toyota indique ainsi qu’en cas de Brexit « no deal », la production pourrait être momentanément stoppée. Toyota confirme ses craintes autour de la supply chain et du juste à temps, potentiellement en danger si le tissu de fournisseurs s’érode ou si des droits de douane changeaient la donne.  

Source : Sky
Couverture : 
FreeMalaysiaToday