Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

The Grand Tour Saison 2 : c’est reparti pour un (grand) tour !

The Grand Tour Saison 2 : notre avis !

En ce début décembre à Paris, la veille de la diffusion du tout premier épisode de la saison 2 de The Grand Tour, l’équipe d’Amazon Prime Video organisait à Paris, au Citroën C_42 dont la fermeture est imminente, une présentation du programme du trio anglais. Ce trio, tout le monde le connaît : Jeremy Clarkson, James May et Richard Hammond. Ils sont accompagnés de leur producteur exécutif, Andy William, l’homme de l’ombre à qui l’on doit aussi les 22 saisons de Top Gear. Alors, que penser de ce premier épisode de la saison 2 ? 

Ils sont toujours aussi fous.

Oui, la réponse est simple mais résume bien ce premier épisode. Intitulé Past-Present or future, le scénario confronte 3 supercars surpuissantes : la Lamborghini Aventador S, la Honda NSX et la Rimac Concept_One. La Lambo représente le passé, étant totalement thermique malgré la désactivation de 6 de ses 12 cylindres ; la Honda le présent, hybride – et la Rimac tout électrique le futur. Un futur surpuissant, oui, car avec 1224 chevaux, elle a de quoi parler en accélération ! Hélas, ce test s’est, comme chacun sait, fini différemment de ce qui était prévu

Promenant leur humour british sur les routes suisses, les présentateurs du Grand Tour reprennent la formule gagnante de la saison 1 -voire, de leur époque Top Gear- et l’améliorent. Une rubrique Conversation Street de discussion à mi-épisode ainsi que des concours de rapidité pour les célébrités invités -dans ce premier épisode, David Hasselhoff et Ricky Wilson. Le résultat ? On s’ennuie difficilement pendant les 52 minutes de l’épisode, on grince quand on voit la savante désinvolture du trio à promener leurs bolides dans les ruelles de Lucerne, on s’émerveille devant son musée auto, et on respire fort à la fin.

Une réalisation d’un niveau inégalé

Ce qui rend The Grand Tour différent d’une émission classique, c’est qu’elle pousse le principe de scénarisation à une altitude rarement atteinte. Nous ne sommes pas encore face à la qualité d’un film, car l’intrigue est hachée en rubriques, mais la réalisation est impressionnante. Les moyens mis pour filmer les voitures, les mettre à disposition, et marier scènes de reportage / scènes en plateau est unique ou presque, les Top Gear « survivants » mis à part.
Le grand moment de cette nouvelle saison sera la diffusion d’une session tournée à Milan et qui s’inspire du fameux court métrage de Claude Lelouch « Cétait un rendez vous ». Nous serons en Italie et l’affaire a été tournée à bord d’une Bugatti Chiron et non d’une Mercedes Benz 450 SEL 6.9 avec un son signé Ferrari. Ce sera à voir dans quelques temps sur Amazon Prime ou… ailleurs !

Dereck Chou fleur/May, Clarkson et Hammond sont repartis pour 11 épisodes, qui concluent un cycle de 2 saisons au budget fou de 250 millions d’euros. Passions, moyens, humour sont au programme. On en redemanderait presque !

Via Amazon Prime Video.