Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Spa-Classic 2016 : le sport auto comme on l’aime !

Le week-end dernier avait lieu la sixième édition de Spa-Classic, avec des voitures de course d’époque en piste pendant trois jours… On vous y emmène !

Spa Classic, voilà un événement qu’il me tardait de découvrir depuis plusieurs années. Tous les ans c’est la même chose, l’enchaînement des courses et autres meetings automobiles sur la période avril/mai fait qu’il faut faire des choix, établir des priorités. Cette année, c’est au dernier moment que j’ai décidé de prendre la direction de la passion-même : un week-end dans le cadre idyllique de Spa-Francorchamps avec des merveilles à découvrir tous les trois mètres…

A partir du moment où c’est Peter Auto qui organise, est-ce vraiment nécessaire de préciser que la qualité du plateau est hors-norme ? On me dit que non, mais je vais quand même faire un rapide résumé des choses : Lola T70, Ferrari 250 Breadvan, 250 GT Berlinetta, 275 GTB4, Porsche 908 LH, 908/3, 2.8 RSR, 962 C, Ford GT40, Jaguar XJR-14, Peugeot 905, Shelby Cobra, BMW 3.0 CSL… Et j’en « oublie » la moitié ! Sans rire, on commence par se dire : « Bon, je vais mettre la priorité sur les Groupe C et les italiennes », puis à l’annonce du prochain plateau… « Ah mais attends, Porsche 908LH, Alfa T33/3, impossible, j’y vais ! ». Et c’est ça pendant tout un week-end !

Samedi 14 mai, 9h, l’arrivée au circuit est fraîche, mais après deux heures de route depuis la France, le réveil est brutal ! Premier tour rapide des horizons : une 911 3.0 RSR s’apprête à rentrer sur le raidillon, pendant qu’une 550 A et une 250 LM dorment paisiblement, ou bien que l’on fait innocemment le plein d’une Ferrari 250 GT Berlinetta… Bienvenue à notre Disneyland à nous, celui des amoureux de sport auto !

Quelques instants plus tard, je vais tâter l’ambiance des paddock F1, où dorment les Groupe C. Enfin, pas tout à fait, les mécaniciens sont déjà au travail. L’espace de quelques minutes, on a l’impression de faire un voyage dans le temps : ces incroyables autos sont là, sans tous les moyens apparents des équipes d’aujourd’hui, elles sont juste là avec des gens passionnés autour, dans un box où les odeurs de gomme et d’essence se mélangent. On entend parler anglais majoritairement (tiens tiens…), mais aussi allemand, italien, français…. mais on ressent la même passion sur le visage de chacun, la même envie, la même hâte de démarrer le moteur pour faire revivre ces autos qui sont un véritable patrimoine pour nous tous ! Jouissif !

Le temps passe, et me voilà sur la pitlane des « anciens » paddocks, en bas du raidillon de l’Eau Rouge. Alors que le plateau « Classic Endurance Racing » est en piste, les murs tremblent. Littéralement. Dans ces moments, la passion prend le dessus sur la photographie, impossible de ne pas poser l’appareil quelques minutes pour se glisser le long du mur des stands et voir passer ces bolides le long du mur à l’approche du plus beau virage du monde… Je crois que l’on ne mesure pas toujours la chance que l’on a de pouvoir vivre ce genre d’expérience à Spa Francorchamps ou sur la Nordschleife, certainement les deux plus beaux circuits au monde. Parlez à un américain par exemple, et évoquez ces deux pistes, il vous dira « qu’un jour dans sa vie, il espère y mettre les pieds ». Alors quand c’est une Ford GT40 qui passe à fond juste à côté de vous… Non, on ne se bouche pas les oreilles, on se pince, et on profite !

La concentration d’un pilote, dans une ambiance Old School comme celle-ci, est la plus belle des choses !SPACLASSIC (22)La matinée est passée, il est temps d’aller en piste pour se dégourdir les jambes oreilles. Et puisqu’on est un peu masos sur les bords, on va aller se placer aux Combes, en plein freinage, et en pleine séance de Groupe C ! Les deux stars de la session sont incontestablement la Jaguar XKR-14 et la Peugeot 905, qui détruisent d’ailleurs tout le reste du plateau. Réputée capricieuse, la Jaguar et son moteur de F1 enchaîne les tours sous nos yeux pour le plus grand plaisir de tous ! Quoi de mieux, planté sous les sapins de Spa, que d’entendre ces moteurs stridents passer le Raidillon quelques centaines de mètres plus bas, puis de les voir arriver sur nous depuis l’autre bout de la ligne droite dans un bruit à réveiller un mort ! Ah, et vous vous dites peut-être que c’est bien gentil mais que ces autos sont là en démonstration… Oh non ! Les pilotes donnent tout ce qu’ils ont, pas d’arrière-pensées sur les prix mirobolants de leurs joujoux, c’est à fond du début à la fin ! En bon Porschiste, les 962 C me font un effet que j’aurais du mal à décrire, même si je dois avouer que la Jaguar et sa couleur atypique me titille peut-être encore plus ! SPACLASSIC (32)

SPACLASSIC (35)

Le plateau se termine, le silence est de retour entre les arbres, et on se dit alors qu’on va pouvoir se remettre de nos émotions… Puis une Ferrari 250 Breadvan arrive… Je vous l’ai dit, pas de répit à Spa-Classic, c’est de la qualité tout le temps, à tous les niveaux, et on ne va pas s’en plaindre ! Ce que j’apprécie avec Spa-Classic, c’est aussi de voir que ces merveilles ne sont pas toutes cachées au fond d’une collection privée en attendant que la spéculation des prix fasse effet. Imaginez un peu, la 250 Breadvan est unique au monde, sa valeur est simplement inestimable, et pourtant elle est régulièrement aux quatre coins du globe, sur les plus beaux circuits, et dans les événements les plus prestigieux ! C’est ça le sport auto : peu importe le prix, ces autos sont faites pour rouler ! Moins brutal que les Groupe C, ce plateau « Trofeo Nastro Rosso » n’en est pas moins prenant et émouvant. La finesse de la musique qui sort des échappement de ces belles rouges est magnifique ! Amoureux d’italiennes, c’est pour vous ! SPACLASSIC (43)

Alors que je m’apprêtais à reprendre la navette direction les paddocks, une partie du « Classic Endurance Racing » reprend la piste… Vous commencez à me connaitre, une BMW M1 Procar par ci, une Porsche 935 par là… roulements de tambours…. « JE RESTE ! ». Ce plateau est peut-être le plus spectaculaire de l’événement : comme le veut la tradition, les M1 et les 934/935 crachent d’énormes flammes, fument, tandis que les échappements lâchent des « Boom », des « Crac », ou encore des « Pan » ! La BMW M1 n°84 va enchaîner les tours sur un bon rythme avec un épais nuage de fumée à son arrière train, et ça ne choque personne, c’est une M1 ! Encore une fois, on est plongés dans une époque où le sport auto n’était pas filtré, pas limité par des règlements qui privent de ceci ou de cela… Et tout le monde est invité à la fête !SPACLASSIC (48)

De retour dans les paddocks pour une petite pause, voici une Ferrari F40 et une F50… grise ! C’est aussi ça le charme de Spa-Classic : des parkings remplis d’autos incroyables, de clubs, ou de propriétaires privés ! Génial !SPACLASSIC (51)Puis vient le moment que j’attendais avec impatience : les deux courses de la soirée ! Entre 18h30 et 20h30 vont se battre en piste les pilotes du Classic Endurance Racing 1 (Sixties), qui laisseront ensuite leur place jusqu’à 22h aux Classic Endurance Racing 2 (HTC). Être à Spa Francorchamps, c’est une chose, voir Spa de nuit c’est incroyable, mais voir une course avec 75 voitures de rêve (Cobra, Type E, 904 GTS, 550 A, etc…) de nuit à Spa c’est…. indescriptible ! Au départ de la course, je suis au niveau du « Bus Stop », et j’ai alors une marrée d’autos qui se présente à moi, avec les premières lignes uniquement composées de Shelby Cobra ! Intimidant vous avez dit ? SPACLASSIC (52)Dès le tour suivant, les Cobra prennent le large, et vont dominer la course sereinement dans un barouf comme on les aime ! Les rythmes sont très variés dans cette course, entre des Cobra et des Types E très énervées, et des petites 356 pas moins belles mais qui ont un peu plus de mal à suivre. La Porsche 550 A fait office d’ovni, ou de jouet, au milieu de ce plateau, mais mon dieu qu’elle est belle ! On retrouve également quelques belles Corvette et Mustang, le plateau est vraiment hétérogène, c’est superbe !

Encore une fois, c’est le genre de moment qu’il faut également savoir apprécier avec les yeux, sans appareil photo ! Je prends donc le temps d’aller une demi-heure en tribune pour apprécier ce spectacle avec des amis. Car oui, Spa-Classic c’est aussi cet endroit où vous retrouvez tout votre répertoire de passionnés de sport auto, et avec qui vous partagez ces moments précieux tout au long de l’année.

Un peu plus tard, sur mon chemin vers les Combes, je m’arrête quelques instants en bas du Raidillon pour voir comment ces « mamies » appréhendent ce fameux virage. Les pilotes sont chevronnés et maîtrisent parfaitement ce challenge, que c’est beau à observer ! SPACLASSIC (63)Enfin, le moment tant attendu arrive : me voilà dans l’obscurité le long de la piste, avec pour seul éclairage les phares des bolides qui continuent de tourner ! Et l’ambiance est telle que je l’avais imaginé : comme dans un vieux film sur le sport auto ! Je suis seul dans mon virage, personne à l’horizon, juste la nuit et ces autos de légende, le bruit phénoménale qui me fait trembler tout le corps, et l’excitation de sortir de belles images pour immortaliser ce moment. Il fait froid, très froid même puisque le thermomètre affiche moins de 5 degrés, mais je suis complètement euphorique face à ce spectacle qui fait chaud au cœur ! SPACLASSIC (66)

Certains pilotes sont très en forme, mangent allègrement les vibreurs et se permettent quelques belles dérives… Que le sport auto de cette époque est beau ! A la fin, ce sont donc cinq Cobra qui terminent en tête après avoir écrasé la concurrence, devant une Type E, une Mustang, une 904 GTS ! Deux heures de pur bonheur et de passion ! SPACLASSIC (67)SPACLASSIC (68)Vient enfin le dernier plateau de la journée : le HTC avec ses sublimes BMW 3.0 CSL, 635 Csi ou encore Ford Capri 2600 RS. La visibilité est cette fois critique pour les photos, mais je resterai le long de la piste jusqu’à plus de 22h pour observer ces autos en découdre en pleine nuit. Certaines voitures lâchent des flammes comme la Mustang et les 3.0 CSL, d’autres ont les freins bien rouges comme la Camaro Z28 ! MAGNIFIQUE ! SPACLASSIC (72)SPACLASSIC (74)SPACLASSIC (73)SPACLASSIC (75)Dimanche 15 mai, après une courte nuit bien méritée, me revoilà sur le beau et froid circuit de Spa Francorchamps pour profiter le temps d’une demi-journée supplémentaire de cette ambiance si particulière qui règne à Spa-Classic ! Je commence par me rendre dans le box Jaguar pour admirer la XJR-14 et ses copines de Groupe C, puis je reste estomaqué devant une 911 3.0 RSR monégasque qui fait des vocalises de bon matin. Juste à côté la Porsche 908 LH en fait de même, bien bichonnée par ses mécaniciens. Cette auto est sans doute mon gros coup de cœur de cette édition. Elle m’avait déjà fait de l’effet au Musée Porsche de Stuttgart il y a quelques mois de cela, mais la voir en piste est quelque chose d’encore plus fabuleux ! Quelques mètres plus loin, la F50 de la veille est seule, l’occasion rêvée pour faire quelques images ! On en rêve tous de matins comme ça, non ?

SPACLASSIC (78)

Une heure plus tard, je suis de retour aux Combes pour apprécier le « Classic Endurance Racing », que je n’avais pas eu en piste la veille. Le Porschiste que je suis ne peut s’empêcher d’être admiratif devant cette pelleté de 911 RSR et ces deux 908 (LH et /3) : je suis sur mon nuage ! Autre coup de cœur, l’Alfa Romeo T33/3 est une œuvre d’art, simplement ! J’apprécie également la bestialité des GT40 et Lola T70… Quel plateau de bon matin ! Il s’agit de la séance de qualification, qui sera dominée par une Chevron B19, devant deux Lola T70. Plus tard dans la journée, ce seront deux Chevron qui remporteront la course, devant une Lola. Voyez plutôt : SPACLASSIC (88)

SPACLASSIC (100)A la suite, voici la première course du Trofeo Nastro Rosso. Je vois la 250 LM en piste pour la première fois, avec son jaune qui ressort au milieu de ce plateau tout rouge… quelle beauté ! La course est dominée par le célèbre et expérimenté Vincent Gaye dans sa 275 GTB/C, devant l’incroyable Breadvan et la Bizzarrini A3/C Grifo Competizione ! Longtemps aux avants postes, la 250 LM abandonnera malheureusement dans les tous derniers tours sur un problème technique. SPACLASSIC (106)

SPACLASSIC (110)La matinée avance et la dernière course pour moi commence : celle des Groupe C ! Positionné dans le double gauche, je me rends compte du niveau de performance de ces autos : phénoménal ! Malheureusement, point de Peugeot 905 au départ, on ne la reverra pas en piste en ce dimanche. La voie semblait donc libre pour la Jaguar XJR-14, qui a dominé facilement le début de la course…. avant de connaître des soucis de fiabilité ! C’est donc la Porsche 962 C de Trumper qui en profite pour s’imposer devant une Spice SE90C, et une autre 962 C. Lors de la seconde course, le podium sera exactement le même ! SPACLASSIC (111)

Toutes les bonnes choses ont une fin, et la mi-journée sonne comme l’heure de rentrer en France, alors que la pluie arrive sur le circuit. Toutefois, je ne résiste pas à l’idée de faire un dernier tour de paddock symbolique, où je trouve finalement une 3.0 CSL totalement isolée dans la pitlane, puis un duo F40/GT40 fort sympathique !

Spa-Classic 2016, c’était donc un mélange harmonieux d’incroyables voitures de courses d’époque, organisé parfaitement sur un des plus beaux circuit du monde par la référence en la matière : Peter Auto ! Que dire de plus ? Allez y l’année prochaine et découvrez par vous même ! Le voilà, le sport auto comme on l’aime !

De mon côté, la prochaine étape sera les 24H du Nürburgring, le week-end prochain, que je vous ferai vivre en intégralité sur le site ! A très vite ! SPACLASSIC (118)SPACLASSIC (121)SPACLASSIC (119)

Crédits Récits et Photos : Nicolas Verneret pour www.theautomobilist.fr