Le Nouvel Automobiliste

Sony se lancera-t-il dans l’automobile avec la Vision-S ?

Après Google, Apple, Dyson, et quelques mois avant Xiaomi, Sony dévoile à son tour des ambitions dans le secteur automobile. Et si les trois premiers ont renoncé à proposer un véhicule fini, le japonais semble prêt à tenter l’aventure avec un concept-car électrique dévoilé au CES de Las Vegas, le Vision-S.

Sony Vision-S : elle a tout d’une grande

Une berline électrique qui s’appelle S, jusqu’à présent ça nous évoquait surtout Tesla et sa Model S… Mais demain, peut-être sera-ce une Sony ! En tout cas, la berline profilée révélée à Las Vegas apparaît complète et plus réaliste que ne l’était le mini-véhicule « Google Car ».

Electrique oblige, le capot est court et le style profilé et aérodynamique, afin de réduire la traînée, et l’ensemble sans être impersonnel est assez discret (teinte bi-ton, logo très fin, rétro-caméras).

L’ensemble est plutôt bien proportionné, spacieux et la communication de Sony laisse figurer des noms prestigieux parmi ses partenaires. L’on apprend ainsi que les équipes autrichiennes et italiennes du bureau d’études Magna Steyr, constructeur des Classe G, BMW Z4 et Toyota Supra, ont signé toute l’ingénierie ainsi que la plateforme du véhicule. Un gage de confiance qui se complète d’équipements et de technologies en provenance de Bosch, ZF, Continental, Qualcomm, Benteler, BlackBerry ou encore Nvidia.

A bord, l’esprit Byton fait de multiples et gigantesques écrans est bien présent. Après tout, nous sommes dans une Sony et leur spécialité n’est pas le style automobile mais la technologie embarquée. Plusieurs dalles sont implantées en continu d’une portière à l’autre, ainsi que deux grands écrans 16/9 au dos des sièges avant.

Jusque là, bien que tout ceci soit à la pointe de la technologie, rien de révolutionnaire. Même côté conduite, pas d’incantation vers la délégation de pilotage ou l’autonomie de niveau 5 : la Vision-S, malgré 33 capteurs (caméras, radars, Lidar), reste à un niveau classique niveau 2, comme une « simple » Clio V. L’ensemble s’accompagne d’une interface pilotable depuis mobile et mise à jour à distance.

Nouveau constructeur ou simple démonstrateur ?

Là est toute la question : Sony franchira-t-il le pas devant lequel ses concurrents ont jusqu’à présent renoncé ? Rien n’est moins sûr : ni plan industriel, ni ambition vers une commercialisation dans quelques années n’ont été dévoilés. Il faut dire que pour Sony, la nouvelle PlayStation 5 est plus urgente (et plus proche du lancement !) que cette voiture… Et la « tech » est un secteur où des investissements aussi lourds que ceux réclamés par l’automobile sont difficiles à assumer, même pour Apple dont on ne saurait remettre en question les moyens financiers ou humains.

Dès lors, avant de rêver de « rouler dans la voiture du créateur de GranTurismo », on se contente de la fiche technique. Electrique avec deux moteurs, la Vision-S totalise jusqu’à 400 kW ou 536 ch de puissance pour un 0 à 100 km/h en 4,8 secondes, et sa plateforme serait adaptée pour tout type de carrosserie ou d’usage (SUV, berline, utilitaire). Et technologie Sony oblige, elle promet un soin particulier apporté à la Hi-Fi, avec notamment un son spacialisé à 360° via des haut-parleurs dans les sièges.

Toutes les images de la Sony Vision-S :

La Sony Vision-S en vidéo :