Le Nouvel Automobiliste

Salon de Bruxelles : il vaut le détour

A mi-chemin, d’un point de vue géographique, entre les mastodontes parisiens et de Francfort, le salon de Bruxelles est, depuis presque un siècle, le premier rendez-vous automobile européen. Un rendez-vous discret, mais qui mérite néanmoins qu’on s’y intéresse.

Avec 437 112 visiteurs pour l’édition 2017, le salon de Bruxelles paraît bien modeste face aux géants mondiaux du genre qui dépassent le million d’entrées. Pourtant, année après année, il semble retrouver les faveurs de constructeurs désireux de ne plus voir leurs nouveautés noyées au milieu de dizaines d’autres. En comptant les utilitaires, qui, comme chaque année impaire, s’invitait à la fête, ce ne sont ainsi pas moins de neuf premières mondiales qui étaient dévoilées dans la capitale européenne.

Certes, la plupart sont assez anecdotiques comme la camionnette électrique Addax, l’ORNI, électrique lui aussi, Ecar, le Hyundai H350 double cabine ou encore le micro-restylage de la Fiat 500X. Mais certaines modèles majeurs sont également concernés comme la Jaguar F-Type, qui subit ses premières retouches esthétiques, le Renault Kangoo Z.E. qui reçoit une nouvelle batterie lui permettant d’afficher une autonomie homologuée de 270 km, son grand frère, le Master, qui reçoit pour la première fois une variante électrique, mais aussi la Skoda Octavia phase II avec sa face avant inédite. Les amateurs de voitures de rêve ont également été ravis de pouvoir approcher le concept BMW 3.0 CSL Hommage R, exposé pour la première fois dans un grand salon automobile.

Le principal avantage du Salon de Bruxelles, c’est de conserver une taille humaine permettant, en quelques heures de faire un tour complet du marché des voitures, des utilitaires, mais également des motos actuellement commercialisés sur le marché. Le tout, sans la bousculade qui règne, notamment, au Mondial de l’Automobile. Cerise sur la gâteau, le salon belge profite d’une attraction « interdite » à son homologue parisien depuis plusieurs années : une piste de démonstration pour les 4×4. Une bonne alternative, donc, à environ 1 heure de la frontière française.

Crédit photos : Thomas Capiaux, Cédric Morançais – The Automobilist & Renault.
Retrouvez demain une galerie photo complète du Salon de Bruxelles signée Thomas Capiaux.