Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Road-trip to Scotland en Infiniti QX30 : Rising sun in Highlands

Lorsque l’on est photographe, il arrive d’éprouver cette envie irrésistible que de vouloir de grands espaces, d’air frais mais surtout de pouvoir faire un reportage photo permettant de repousser vos limites. Un peu comme la crise de la cinquantaine mais réduite à un métier.

Comme toute opportunité que l’on aimerait avoir dans la vie, il faut savoir la créer et c’est donc de cette idée qu’est née la volonté d’effectuer notre premier road trip avec pour destination toute trouvée : l’Ecosse et ses immenses paysages aux couleurs automnales.

Restait toutefois à trouver le véhicule qui rendrait aussi bien à l’image que sur la route, avec un petit côté baroudeur sans toutefois sombrer dans l’énormité et c’est finalement sur un Infiniti QX30 que nous sommes tombés d’accord.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-vue-trois-quart-arriere-2
Une baroudeuse sexy? Voici l’Infiniti QX30!

Point de temps à perdre car nous devons effectuer 4000km en 10 jours tout en respectant un planning chargé et serré ! Mais à trop vouloir se précipiter, on finit par oublier quelque chose, en l’occurrence, le plafond bas au moment de s’asseoir. Car oui, le QX30 a beau être haute de 1m52 – soit 2 cm de plus que le Q30 – le plafond reste bas, résultat d’un style fluide et élégant.

road_trip_scotland_infiniti_the_automobilist_03

Bagages, matériel et victuailles, check ! Alors en route !


L’intérieur – classique – incite à venir s’installer et à démarrer afin d’enchaîner les kilomètres

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-interieur-de-qualite
Le style du tableau de bord est certes moins à la page mais dispose d’une très bonne qualité perçue

 

Direction Calais afin de prendre l’Eurotunnel permettant de se rendre rapidement au Royaume-Uni, et comme pour tout trajet ferré ou aérien, si vous ne vous mettez pas la pression afin de respecter votre feuille de route, vous finirez par le payer tôt ou tard et il en est de même pour le tunnel sous la Manche et ses innombrables contrôles.

La traversée en elle-même dure moins de 30 minutes, ce qui nous laisse le temps de passer au crible l’habitacle de notre Infiniti QX30 et son design moins avant-gardiste que ses concurrents mais restant de qualité tant au niveau des matériaux que des assemblages et renvoyant un doux air de cocon avec ses sièges enveloppant : c’est que l’on s’y sent à l’aise mine de rien !

Nos premiers tours de roues se font, adieu radars automatique et autres automobilistes se croyant seuls sur la route! Bon, en réalité, ils ont les mêmes… et certains n’hésitent pas à vous doubler au dernier moment, ce qui peut causer des frayeurs mais l’avertisseur d’angle mort représenté par une diode orange à chaque rétroviseur, est là pour veiller sur vous. Et autant vous dire que cette option tout simple nous a soulagé une bonne partie du trajet !

Une première étape à Nottingham afin de se reposer quelques heures mais faute d’avoir pu y croiser le shérif, nous devons repartir de bonne heure le lendemain matin.

Trop beau pour être vrai, le temps correct que nous avions eu jusqu’à lors se dégrade sans pour autant nous inquiéter. Entre essuie-glaces automatiques et 4 roues motrices, nous pouvons pleinement nous concentrer sur la route et tenter de se frayer un chemin au travers de la circulation en sollicitant le 2.2d d’origine Mercedes– grâce à la coopération Renault / Nissan – et développant 170ch.

Répondant à l’appel d’un appui prononcé sur l’accélérateur – on reste dans la logique amorphe des boîtes de vitesses automatique, celui-ci délivre 350 Nm de couple dès 1400 tours avec une sonorité fort prononcée pour un diesel et ce malgré une bonne isolation de l’habitacle.

 

Cet Infiniti QX30 se prête parfaitement aux routes sinueuses comme aux chemins de terre

Les vastes plaines aux couleurs automnales nous feraient presque oublier l’essai de la voiture. Nous cherchions de l’inspiration, nous en avons eu pour notre argent avec un soleil complétant ces magnifiques paysages mais difficilement appréciable de l’intérieur, la barre de renfort du toit panoramique venant gâcher la vue… Autant une visibilité réduite sur un toit ouvrant peut s’expliquer par la présence du mécanisme, autant sur un toit panoramique, cela reste incompréhensible… J’en profite d’ailleurs pour immortaliser notre Infiniti QX30, qui se prête parfaitement aux chemins de terre sur lesquels on peut s’aventurer sans douter de l’efficacité des 4 roues motrices mais surtout de cette garde surélevée.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-perdus-au-milieu-des-highlands
Le côté surélevé nous à permis de nous aventurer hors des sentiers battus sans être inquiétés

Les 430 litres de volume du coffre me permettent de ranger le matériel parmi nos bagages, chose qui aurait été plus difficile sur un Mercedes GLA et encore plus sur une DS 4.

Si Nessy a fait son timide lors de notre passage le long du Loch Ness, la version baroudeuse du Q30, elle, se laisse admirer sous toutes ses coutures !

C’est que mine de rien, les designer d’Infiniti ont réussi à allier courbes élégantes sur la calandre avant comme sur les côtés, avec une allure générale assez masculine.

Les lignes partant de la calandre pour remonter le long du phare et se poursuivre sur les portières, renforcent cet aspect d’élégance ainsi que de fluidité et pour finir par se mélanger avec quelques éléments de style plus affirmés. En autres, le montant arrière qui dans un coup de crayon assez vif, se voit plus aplatit et, marié avec une chute des lignes plus tombantes, donne un côté confiné voire trapu mais étrangement sécurisant, à cette QX30.

 

Nous voilà seuls au monde, dans la nature Écossaise. Et quelle vue!

 

Les longues routes et paysages à perte de vue ont de quoi vous dépayser et vous perdre rapidement. Fort heureusement, le GPS bien que disposant d’un interface vieillissante comparée à la concurrence est fluide et précis dans ses instructions. Le seul point pour lequel il ne pouvait nous prévenir, était la conduite déplorable des routiers, qui empiètent sur votre voix vous ramèneront brutalement à la réalité voir même vous inciterons à une manœuvre d’urgence ! Car bien qu’avec des disques ventilés de freins de 320mm, cela n’a pas suffi pour rester à distance du camion venant en face et tardant à se rabatte, nous forçant à aller dans le bas côté.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-seuls-sur-la-route
Seuls au monde avec un pneu éclaté… Nous passons donc en mode économie de batteries!

Et autant vous dire, les Ecossais font vraiment les choses à moitié lorsqu’il s’agit de réseau routier, car dépourvu d’accotements mais rempli de nid de poules ! Les pneus en 18 pouces de notre Infiniti QX30 n’ont guère apprécié et nous voilà avec un pneu éclaté au beau milieu de la nature. De quoi maudire cet idiot mais aussi nous inquiéter quant au dépannage à mettre en place d’autant que le caisson de basse Bose occupe la place de galette de secours, située normalement dans le coffre.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-detail-jante-18-pouces
Le pneu posant un peu avant le drame…

Bien mal nous en a pris car l’assistance Infiniti a pu nous sortir de se pétrin puis trouver un pneu de dimensions identique (non sans mal étant donné cette taille peu répandue) afin que nous puissions reprendre notre périple au plus vite.

Lassés par tant de paysages somptueux, nous nous tournons vers les innombrables château parsemant l’Ecosse et c’est à Eilean Donan Castle, que nous avons effectué une halte touristique. Ancien édifice fortement endommagé au début du 18ème siècle puis restauré depuis par le clan MacRae, celui-ci se dresse aujourd’hui fièrement sur son île servant de temps à autres comme décors de films tels qu’Highlander ou encore Goldeneye. Et puis, autant en profiter pour immortaliser le passage du QX30 !

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-eilean-donan-castle
Un petit sourire pour Christophe Lambert qui était là lors du tournage du premier Highlander!

L’arrêt nous est finalement doublement utile car prévoyant d’aller ensuite dans l’île de Skye, il nous faut ravitailler ce 2.2 diesel malgré un appétit contenu de 6.2l / 100.

Les sièges arrière restent assez larges et confortables pour laisser – indignement – son collègue conduire

 

On a beau dire, enchaîner les kilomètres ainsi que les étapes d’un soir aurait tendance à fatiguer, ce qui est bien évidemment le cas mais dans une moindre mesure, les sièges ainsi que le filtrage des défauts de la route rendent cette Infiniti QX30 très confortable sur de longs trajets (et en ayant vu notre roadmap en début d’article, vous ne pourrez dire le contraire). Le rembourrage des sièges étant déjà confortable, ceux-ci le deviennent encore plus grâce aux nombreux réglages électriques – notamment au niveau du bas du dos – tandis que l’ergonomie des éléments du tableau de bord comme ceux sur le tunnel de transmission, sont facilement accessibles. Seul élément perturbateur mais supportable sur un long trajet, la sonorité du moteur diesel à froid, dont les claquements arrivent à se faire entendre sans difficulté mais s’atténuant avec les kilomètres.

Sur le trajet de l’île de Skye, – aucun lien avec Skyfall – nous en profitons pour affiner nos connaissances sur le whisky, en allant visiter la distillerie The Famous Groose avec une petite dégustation en fin de parcours, nous donnant du courage… exception faite du conducteur, bien évidemment.

C’est ensuite vers le seul pont reliant l’île avec le continent, que nous nous sommes dépêché de rejoindre afin de pouvoir admirer le magnifique coucher de soleil à Neist Point.

 

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-enjoying-the-ride
Un confort de conduite sans égal pour une berline!

Sans sourcilier, la voiture enchaîne les innombrables virages nous faisant passer d’un col à un autre et ce quel que soit le rythme, bien campée sur ses 4 roues motrices tout en offrant un freinage efficace.

Enfin arrivés à destination et le temps de lâcher la voiture quelques instants afin de profiter du coucher de soleil, nous repartons de nuit. Pour le coup, notre modèle équipé des phares à LED, nous a permis d’anticiper le gibier embusqué – tels des fourbes – ainsi que les virages aveugles.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-stairway-to-heaven
le QX30 nous aura emmené sur la route de la rédemption

Les places arrières permettent d’accueillir jusqu’à 3 passagers sans pour autant devoir se tasser à l’extrême mais lorsque l’on est seul, c’est assez large, grand et confortable pour se reposer pendant que l’on laisse – indignement – son collègue conduire. Évidemment, avec des lignes aussi fluides, la garde au toit est amoindrie, ce qui pourrait poser problème aux plus grand gabarits même si cela est resté acceptable du haut de mes 1m81.

 En termes d’équipements, le QX30 dispose d’un beau pédigrée… mais cher payé

 

Laisser derrière nous le charme Écossais afin de revenir vers la civilisation ainsi que le temps déprimant, n’a pas été une mince affaire. Bien moins que d’essayer de déterminer si le QX30 est bien positionné en termes tarifaires tant le secteur est devenu concurrentiel ces dernières années.

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-la-baroudeuse-4x4
Envie de jouer dans la boue? C’est tout à fait envisageable avec les 4 roues motrices!

Car sur une base véhicule déjà existante, très peu de constructeurs proposent une version baroudeuse, différente dans leur philosophie, des SUV que l’on connaît aujourd’hui tels que les BMW X1, Audi Q3, ou encore Peugeot 3008 que nous avons essayé dernièrement.

Le match se joue donc avec le Mercedes GLA dont elle partage la base ainsi que quelques composants, et la DS4 Crossback.

Cette Infiniti QX30 en finition premium tech – la seule des deux disponibles – vous coûtera 44 370 euros hors options. C’est une somme certes mais pour ce tarif, vous aurez un intérieur bien fini avec une sellerie en cuir Nappa et des inserts décoratifs en bois. Côté équipements sécuritaire et technologiques, la dernière née d’Infiniti dispose des phares à LED à réglages automatique, d’un GPS à écran tactile 7 pouces, caméra de recul, alerte de franchissement de ligne ou encore l’assistance au freinage adaptatif en plus des équipements de bases que l’on peut avoir en choisissant une finition haute.

Reste que différents packs permettront de compléter les équipements tels que la caméra à 360 ou encore le détecteur d’angles morts mais au prix fort.

Le passage par Londres prend plus de temps que prévu, la faute à un trafic routier assez congestionné. Au moins, la boîte double embrayage aide à faire passer la pilule ainsi qu’à garder un rythme de conduite décontracté et les idées claires pour finir cette analyse avec le Mercedes GLA. Sur une finition similaire baptisée Activity Edition, le prix démarre bien plus haut, à 47 000 euros mais avance plusieurs arguments tels que le hayon à ouverture/fermeture automatique, le détecteur d’angles morts ou encore un écran central de 8 pouces. La différence de 3000 euros parâit un peu exagérée d’autant que la qualité de fabrication du QX30 peut tenir la dragée haute à son homologue allemande.

Trop concentré sur ces deux véhicules, j’en aurais presque oublié la DS4 (à 40 030 euros en finition Sport Chic), la française offre certes 10ch supplémentaires ainsi qu’un prix plus accessible de 4000 euros) mais fait l’impasse sur quelques équipements tels que le hayon automatique, la caméra 360 ou encore le toit panoramique (de série comme en option).

 

Non seulement cette Infiniti QX30 nous a donné entière satisfaction mais elle se positionne comme un bon rapport qualité / prix par rapport à ses rares concurrents. Une première expérience concluante et qu’il nous tarde de refaire. Who’s next ?!

Nous tenons également à remercier chaleureusement Venceslas, sans qui cette aventure n’aurait pu voir le jour!

Photos et article : Fabien LEGRAND

road-trip-to-scotland-essai-infiniti-qx30-premium-tech-graphite-resume-road-trip