Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Rétromobile 2018 : Deux anniversaires pour Citroën

Retromobile : les Citroën 2CV et Mehari

Les années en 8 sont des années particulières pour Citroën. D’abord parce qu’elles précèdent d’une unité les années en 9, synonymes de jubilé pour le chevron né en 1919 qui fêtera l’an prochain son Centenaire. Ensuite parce que par deux fois, Citroën a marqué l’histoire de l’automobile dans des années en 8 : 1948, avec la 2CV, et 1968, avec la Mehari

Joyeux anniversaires les 2CV, TPV, et Mehari !

Mais encore avant cela, il nous faut parler de l’année 1938. Dans cet entre-deux-guerres finissant, Citroën peaufine le véhicule populaire qu’il doit présenter au Salon de Paris 1939 : la TPV, pour Toute Petite Voiture. Au total, 250 exemplaires sont assemblés, certains en tests à la Ferté Vidame. Lorsque le conflit est déclenché en septembre 1939, ordre est donné de détruire tous les prototypes. Un est finalement retrouvé entre 68 et 70, remis à neuf. Puis trois autres, en 1994. Restés dans leur jus, ils sont exposés à Rétromobile… 1998, pour les 50 ans de la Deuche. Les Citroënistes sont en joie. Dans le public, Jean-Martin Folz tout juste nommé à la tête de PSA perçoit le potentiel de Citroën en collection : quelques mois plus tard est décidé la construction du Conservatoire.

A Rétromobile, l’une de ces trois TPV retrouvées est de retour à côté d’une 2CV Jaune Cédrat de 1975. Cette série est originale car elle se veut l’entrée de gamme des 2CV à la moitié des années 1970, pour relancer les ventes et proposer une version « pré-low cost ». Sur base de 2CV4 Spécial, elle est considérablement dépouillée, jusqu’à son compteur d’Ami6 qui est remplacé par celui d’une Mehari, des phares ronds quand le reste de la gamme passait aux phares carrés, et pas de custode vitrée. Un dépouillement qui ne fera, à l’image de la Renault 3, pas recette puisque 3 ans plus tard, d’autres couleurs et équipements arriveront.

Enfin, sur base de 2CV fut imaginée la Mehari avec sa carrosserie en plastique. Désormais quinquagénaire, son histoire est présentée par un modèle contemporain du lancement qui date de 1969. Le stand Citroën quant à lui est orné de deux oeuvres de Stéphane Gillot, qui a reproduit, pièce par pièce, les éléments des Mehari et 2CV pour en faire des « kits complets », tels des jouets. Un hommage à la simplicité et à la facilité de prise en main de ces légendes chevronnées.

Les autres Citroën de Rétromobile

Toujours sur le stand Citroën, les clubs étaient comme chaque année présents, notamment l’Agence CX et la Traction Universelle. Autour d’une superbe CX 2000 Super de 1979, l’Agence CX commercialisait un ouvrage sur l’histoire de la voiture, traduit du néerlandais, de Michael Buurma. Séparées de la CX par une C4F, les Tractions de cette année étaient des Cabriolet et Faux Cabriolet, chacune bleue/noir comme sorties d’usine. Superbes de chic, d’autant qu’à quelques encablures, une autre Traction Cab’ étaient proposée à la vente, la rareté faisant monter de beaucoup les prix de ce modèle.

Le double-chevron n’était donc pas à l’honneur que sur le stand de l’Aventure Peugeot Citroën DS. Côté ventes, outre la Traction Cabriolet, signalons Hall 3 une rare FAF A 4×4 de l’armée française (10 exemplaires assemblés), qui nous rappelle qu’un modèle similaire fut proposé lors de la vente des réserves de Citroën Héritage. Comment ne pas mentionner la présence de la Rosalie des records Yacco, ainsi que le démontage/remontage express de 2CV proposé chez RMC Découverte ? Enfin, si l’on revient sur le stand de l’Aventure, côté DS Héritage il y avait aussi quelques belles pièces présidentielles badgées Citroën, dont on parle à ce lien.

Une belle présence chevronnée qui devrait être encore plus grande en 2019 pour les 100 ans de Citroën. Un anniversaire que l’on annonce déjà sur le stand de l’Aventure… sur le stand DS !

Crédit photos : The Automobilists – François M., Christian C.