Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Rencontre photographique avec la Renault R.S.01

L’Atelier Renault à Paris, le showroom du constructeur au Losange sur les Champs-Elysées, a la primeur de certaines exclusivités. Parfois ce sont des nouveautés : ici la Mégane Estate GT, là le Grand Scénic IV, ou encore récemment le Koleos II. Pour dynamiser sa vitrine cet été, Renault fait appel au sport. D’un côté, la désormais connue Formule 1 R.S.16 ; de l’autre, la moins connue mais très efficace R.S.01. Rencontre avec la Renault la plus puissante et la plus chère de l’ère actuelle.

RS01 : une dénomination magique dans l’histoire de Renault, puisqu’elle est celle de la toute première Formule 1 du constructeur, en 1977. En 2014, pour signer son retour au premier plan dans les compétitions client sur circuit, Renault convoque ce patronyme, adapté au « naming » moderne : RS devient R.S., les initiales marketées de Renault Sport.

La voiture est dévoilée sous la forme d’un concept-car au Salon de Moscou puis au Mondial de l’Automobile de Paris. Derrière ses lignes dessinées pour la sportivité se cachent néanmoins des éléments propres à annoncer le futur style de Renault. Voyez les longues virgules descendant sous les projecteurs ; voyez la forme des-dits projecteurs ; voyez la signature rouge des feux qui se rejoint : on a là l’annonce du design de la Talisman, dévoilée l’année suivante en 2015.

Dès 2015 justement, ce sont les premiers tours de roues en compétition de la R.S.01. Elle roule à la fois en championnat monotype, le Renault Sport Trophy, en remplacement de la Mégane Trophy.

Sous une carrosserie taillée pour l’aérodynamisme, que ce soit par son immense extracteur d’air, son aileron pelle à tarte ou sa faible hauteur, le cœur mécanique de la R.S.01 est celui de la Nissan GT-R : un V6 bi-turbo de 550 chevaux et 630 Nm de couple en propulsion avec boîte 7 Sadev. Mêlé à un poids plume (1150 kg), cette troïka puissance/poids/aéro fait de la R.S.01 un outil de compétition extrêmement efficace face aux concurrentes que sont les Porsche 911 GT3 RS, Audi R8 GT3, McLaren 650 GT3 ou Ferrari 488 GT3. Mieux, elle les bat !

Toutefois, une limite : si elle est meilleure que ses opposantes, elle n’est pas autorisée à se battre avec dans les championnats européens car leur règlement stipule qu’une GT3 course doit être l’émanation d’un modèle de série. Ce n’est qu’en fin 2015 que Renault Sport a pu trouver un arrangement : moyennant un kit (10 500 €) qui amoindrit (!) l’efficacité de la voiture, la R.S.01 peut s’inscrire en GT Tour, Blancpain GT Sports Club, VdeV et 24H Series. Elle a d’ailleurs cette année remporté les 12 H d’Italie pour l’écurie V8 Racing en 24H Series. Les écuries privées, clientes uniques du produit, sont contentes et peuvent davantage rentabiliser leur achat.

Le bridage choisi pour pouvoir s’engager dans les championnats GT/GT3 implique notamment une réduction de l’appui aéro, des freins à disque acier plutôt que carbone/céramique, un lest de 45 kg et une bride à l’admission de carburant.

La structure de la R.S.01 est issue d’une coque en fibre de carbone avec arceau en acier de Dallara, tandis qu’à bord rien n’est superflu. Les sièges baquets disposent de harnais Sabelt, et la seule concession au « confort » est une obligation, celle d’assurer un air « tempéré » au pilote avec deux tuyères pour aérateurs autour du combiné du volant.

A la fin, restent deux légers freins au « développement » de la R.S.01 : elle n’est pas homologuée route, même si Jean Ragnotti la sort parfois pour devenir « Interceptor » ; et surtout elle coûte plus de 300.000 €, un prix cependant normal en compétition. Mieux, là encore la R.S.01 fait mieux que la concurrence en étant près de moitié moins chère, pour de meilleurs résultats à la fin !… mais avec cette contrainte de ne pas être en mesure de courir tous les championnats notamment européen, faute d’existence en série au catalogue civil de Renault.

La prochaine course de la R.S.01 ? C’est à Spa-Francorchamps les 24 et 25 septembre prochains. Et d’ici-là, elle reste à l’Atelier Renault pour quelques semaines !

Crédit photo : Fabien L – The Automobilist