Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Rencontre avec Serge Bellu au Festival Automobile

Journaliste automobile de renom, Serge Bellu est une figure fidèle du Festival Automobile International, dont il fut Commissaire général de l’exposition Concept-cars en 2008. Nous l’avons rencontré lors de cette 32e édition et lui avons posé quelques questions.

The Automobilist : Bonjour Monsieur Bellu. Racontez-nous comment s’est construite cette édition 2017 aux Invalides…

Serge Bellu : Bonjour ! Ma réponse va se limiter à la partie historique de l’exposition que j’ai réunie avec Rémi Depoix, le Président du Festival. Nous voulions rendre hommage aux anciens designers, comme Fioravanti avec une Ferrari et une Alfa Romeo. J’ai fait une liste idéale avec toutes les voitures importantes pour le design aérodynamique dans l’histoire, que l’on retrouve dans la fresque affichée au mur.

A partir de cette liste, nous avons contacté les possesseurs qui pourraient nous les prêter le temps de l’exposition, mais hélas, aujourd’hui une grande partie de ces voitures est aux États-Unis…

TA : Un constructeur européen semble avoir répond à l’appel aussi, Opel avec l’Experimental GT. Pourquoi pas de label français ?

SB : On avait prévu d’exposer l’Étoile Filante de Renault, et aussi une Alpine du Mans, l’A210, mais ça ne s’est pas fait. Pourtant, la collection de Flins n’est pas loin ! On aurait bien aimé avoir aussi la Peugeot 402 aérodynamique de l’ingénieur Andreau. Les constructeurs veulent que nous prenions en charge les frais de transport des voitures, alors que l’assurance est déjà très élevée.

Nous avons aussi joué de malchance : 2 Ferrari anciennes carrossées par Fioravanti auraient dû être là, mais leur propriétaire est tombé en panne avec pas plus tard qu’hier.

TA : L’attraction de l’exposition historique, ce sont les 2 Voisin. Que pouvez-vous nous dire sur elles ?

SB : Oh, beaucoup de choses ! Elles appartiennent au même propriétaire privé, grand spécialiste de la marque. Il a rédigé un livre sur Voisin, et s’est mis en tête de reconstruire les modèles disparus. Prenez cette C28 Aerosport, elle avait été produite à 6/7 voire 14 exemplaires, on ne sait pas exactement, mais il n’en existe aujourd’hui qu’une seule, exposée aux États-Unis. Celle-ci a donc été refaite, mais elle est en tout point identique, et l’intérieur a été réalisé par Hermès. Le résultat est exceptionnel.

TA : Vous avez une histoire particulière avec le Festival Automobile International, et cela n’est que la neuvième édition à se tenir aux Invalides. Que pensez-vous de l’évolution du Festival ?

SB : A l’époque où j’ai travaillé avec le Festival, je travaillais pour Automobiles Classiques, qui fournissait le programme depuis le milieu des années 2000. Rémi Depoix, le Président du Festival, a eu alors l’idée d’une exposition ouverte au public. Auparavant, le Festival était juste une soirée de gala, d’abord à Chamonix puis à Paris, et ce jusqu’en 2008 où ce fut la première édition de l’Exposition Concept-Cars.

Avec Rémi Depoix, nous voulions le Grand Palais comme lieu d’exposition. Mais c’était compliqué, sans grand soutien des gens de la culture ni de la RMN (Réunion des Musées Nationaux)… De fil en aiguille, avec des contacts que nous avions avec des militaires, on nous a proposé la Cour d’Honneur des Invalides. C’était super, mais ça présentait un risque, celui d’être viré en cas d’obsèques nationales. C’est ainsi que nous avons fait le choix, depuis, d’être installés derrière le Dôme des Invalides.

TA : Merci pour ces explications, Monsieur Bellu.

Journaliste écrivain, spécialiste de l’automobile, Serge Bellu écrit aujourd’hui pour la revue Auto Heroes.