Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Rencontre avec les Gazelles Connectées, équipage 198 du Rallye des Gazelles 2018

Le Rallye Aïcha des Gazelles est devenu, année après année, une institution du rallye-raid international. Exclusivement composé d’équipages féminins, il se veut le pendant de l’Africa Eco Race. Mais attention : amateur ne signifie pas que les équipages y viennent en touristes. La sélection est longue, les exigences des inscriptions élevées, et les ambitions pour y accéder doivent être au top niveau.

Pour l’édition 2018, nous allons suivre l’équipage des Gazelles Connectées. Composé de Wensi et de Florence, ce binôme d’exploratrices, réunies pour la préparation du rallye depuis l’automne 2017, est aujourd’hui en pleine phase de recherche de sponsors. Comment ça se passe ? Quelles sont les étapes de l’inscription ? Rencontre avec les Gazelles Connectées.

The Automobilist : Qui sont les Gazelles Connectées ?

Wensi : Nous sommes deux femmes rencontrées sur le terrain de la transformation digitale. Passionnées par notre travail, nos voyages, et surtout plus que tout par l’envie de sortir de notre zone de confort. Le Rallye Aïcha des gazelles est un rêve qui nous a réuni dès notre première rencontre…

Florence : …J’en avais le projet depuis 10 ans et je comptais bien le faire un jour ! Pourquoi pas maintenant ? Le timing semblait idéal.

Wensi : Et de mon côté j’avais constitué un équipage Chips & Nuts, quand ma coéquipière m’annonce qu’elle se désiste pour des raisons personnelles. C’est ainsi qu’avec Florence on décide alors de faire équipe ensemble.

Florence : Il n’y a pas de hasard je pense : parfois, les meilleures choses sont les plus inattendues mais aussi celles qui se décident vite, en synchronicité. Et ainsi sont nées les Gazelles Connectées !

The Automobilist : Mais c’est un rallye qui se fait « à l’ancienne », sans GPS non ?

Florence : C’est tout le défi ! Dans le monde ultra connecté qui est le nôtre, c’est une aventure déconnectée où l’humain doit l’emporter. Pas de technologie, pas de GPS ni smartphone durant toute la durée du Rallye. Juste la possibilité de quelques messages le soir au centre de communication du Bivouac pour échanger avec notre community manager qui gérera nos comptes et donnera quelques nouvelles et photos à nos followers.

The Automobilist : Côté équipement justement, pour constituer votre équipe, vous êtes en pleine recherche de sponsors ?

Wensi : Oui, depuis l’automne même. Pour participer aux Rallye des Gazelles, il faut deux enveloppes de 15.000 euros, la première étant pour l’inscription, et la seconde pour le véhicule, les stages, l’équipement, ou l’entraînement.

Florence : Pour l’instant, on est à mi-chemin car nous avons validé notre inscription. Nous sommes cependant toujours à la recherche de nouveaux sponsors pour financer la location d’un 4X4 et les frais tels les assurances, les stages et les équipements indispensables.

The Automobilist : Quelle est votre démarche pour attirer des sponsors ?

Florence : On a dès le départ posé un projet global avec une identité visuelle, une stratégie de communication sur les réseaux sociaux et une approche win-win avec nos sponsors.

Wensi : Tout l’objectif est de fédérer une communauté pour faire de rêves individuels une aventure collective. Dans nos posts, on ne se met pas en avant, on met en avant nos valeurs, nos objectifs, nos soutiens. Il n’y a que lors des formations ou des entraînements que l’on parle de nous au sens personnel. On veut vraiment, de cette façon, que l’aventure soit collective pour tous.

Florence : On vit chaque jour des connexions humaines incroyables, des amis mais aussi des gens qu’on ne connaît pas. Il y a quelques jours, un de nos fans à Copenhague via Twitter nous envoyait des contacts et un autre de Nice partage des vidéos de YouTube pour nous aider sur le choix de notre 4X4. Ce temps, cette disponibilité et cet enthousiasme partagé c’est franchement génial !

Wensi : On a réussi à fédérer des personnalités reconnues du rallye. Tim Coronell nous suit par exemple, un peu moins ces derniers temps avec le Dakar…

Florence : Hubert Auriol aussi, il nous a écrit, comme Tim. C’est inattendu, et très valorisant pour nous. C’est tout le but de donner envie de nous suivre, de nous aider, de nous mettre en relation avec des sponsors.

The Automobilist : Vous êtes donc inscrites. Quel est votre numéro ?

Florence : Nous sommes le numéro 198 ! C’est un numéro talisman pour nous car on a validé notre inscription le 9 janvier 2018 (9.1.18) ! Mais bon, nous ne sommes qu’à mi-chemin car il nous faut maintenant rassembler la seconde tranche de 15.000 € pour être certaines de participer.

The Automobilist : Sur quel véhicule comptez-vous vous engager ?

Florence : Nous sommes quasi certaine maintenant que nous allons devoir louer un véhicule. Notre choix n’est pas encore définitif. Nous prospectons.

The Automobilist : Qui de vous deux sera la pilote et la copilote ?

Wensi : Ce n’est pas encore décidé ! On ne va pas tarder à le savoir cependant car les 10 et 11 février nous serons en stage de navigation du côté d’Avignon, puis du 22 au 26 février en stage de conduite au Maroc avec Isabelle Patissier. Ce sera le moment de vérité pour voir comment on s’organisera.

Florence : D’ores et déjà on a beaucoup appris je pense, dans notre capacité à s’organiser. En quelques mois, on a réuni des amis, des fonds, même si le plus gros reste à faire avec les stages, le véhicule et son covering, et un grand meeting le 12 février avec la fondatrice du rallye, Dominique Serra, avec tous nos sponsors et influenceurs à l’OpenMind Kfé (110 rue La Boétie, Paris).

The Automobilist : Qu’attendez-vous de ce rallye ? Vous avez évoqué l’aventure, le défi…

Florence : L’inattendu, sortir de ma zone de confort et aller à la rencontre de mes propres limites. Me découvrir un peu plus et surtout vivre et partager une aventure humaine extraordinaire avec Wensi, les autres équipages et tous nos sponsors et supporters.

Wensi : C’est une expérience humaine, pour développer la solidarité, l’entraide, le partage. Nos valeurs sont le leadership, l’audace, le collectif, mais il nous en reste peut-être d’autres à découvrir. On nous a souvent dit que cette aventure tranforme les femmes, il y a un avant et un après le rallye. Puisque nous vivons dans un monde en pleine tranformation, il est capital de d’être agile et affronter nos peurs. Donc j’espère découvrir durant cette aventure mes propres limites à la fois mentale que physique!

The Automobilist : Alors, bonne route !

Vous pouvez soutenir les Gazelles Connectées à travers leur financement participatif sur Le Pot Commun à ce lien, et découvrir leur dossier de sponsoring pour participer à l’aventure à ce lien.

Rendez-vous le 16 mars à Nice pour les vérifications technique et le 17 mars pour le départ. Mené de main de maître par Dominique Serra, fondatrice du rallye en 1990, le rallye se déroulera dans les dunes marocaines, avec une arrivée le 31 mars à Essaouïra. Les Gazelles, elles, nous donnent rendez-vous le 9 avril pour nous raconter leurs aventures lors de leur soirée « Les Gazelles, le retour ».