Le Nouvel Automobiliste
Renault-FCA Rapprochement

Renault : vers un rapprochement avec FCA

C’est une annonce qui sera vraisemblablement officialisée dès demain, Renault et FCA sont en pourparlers très avancés pour amorcer un rapprochement qui pourrait, à terme, aller jusqu’à la fusion.

Renault double PSA

Nous vous en parlions il y a seulement quelques semaines, des rumeurs de rapprochement (voire de rachat) entre les groupes PSA et FCA circulaient activement ces derniers mois. Même si la plupart de ces annonces ont été officiellement démenties par les intéressés il y avait cependant bien eu la confirmation d’un projet de plateforme commune entre le groupe français et le groupe italo-américain.

Sauf qu’on apprend aujourd’hui que PSA semble bien s’être fait largement dépassé par Renault pour le rapprochement avec FCA. Si l’on en croit des sources proches du dossier citées par l’AFP, Renault et Fiat Chrysler Automobile vont entamer des pourparlers de rapprochement dès demain matin. Un conseil d’administration du constructeur au losange est d’ailleurs convoqué ce lundi 27 mai 2019 pour en discuter mais l’annonce officielle pourrait se faire très tôt le matin, avant l’ouverture de la Bourse de Paris.

Géant en vue

Le plan prévu serait très ambitieux puisqu’il irait jusqu’à évoquer la fusion totale des deux groupes. Une telle alliance qui regrouperait donc les marques Renault, Nissan, Mitsubishi, Infiniti, Dacia, Lada, Samsung et Alpine d’un côté et Fiat, Abarth, Lancia, Alfa Romeo, Maserati, Chrysler, Jeep, Dodge, RAM, SRT et Mopar de l’autre, deviendrait un géant de l’automobile qui se placerait directement et de très loin, à la première place mondiale. En effet, avec plus de 16 millions de véhicules vendus ce nouveau super-groupe se positionnerait très nettement devant Volkswagen ou Toyota dont le total des ventes ne dépasse pas 10,6 millions de véhicules.

Côté complémentarité, si tout n’est pas parfait, plusieurs marques du portefeuille pouvant entrer en concurrence directe, il y aurait néanmoins une couverture quasi totale des marchés géographiques (le marché chinois restant dans les deux cas moyennement pénétré) et des segments allant de la voiture low cost à la sportive de luxe en passant par le généraliste, le premium ou le spécialiste du tout-terrain. Plus en difficulté depuis plusieurs mois c’est le groupe FCA qui apparait le moins à son avantage dans ces négociations, toutes ses marques n’affichant pas le même état de forme (on pensera en particulier aux difficultés de Maserati et dans une moindre mesure à celles d’Alfa Romeo) mais il pourra néanmoins mettre sur la table le prestige, il est vrai trop souvent passé, de certains de ses blasons.

Nissan peut-être pas aussi ravi

Commencées sous l’ère Carlos Ghosn ces négociations tenues jusqu’ici secrètes ne sont en revanche guère à même de calmer les choses dans la relation entre Renault et Nissan au sein de l’Alliance. Depuis la chute de Carlos Ghosn les tensions entre le japonais et le français se sont en effet faites jour, la crainte de Nissan de se voir totalement happé par Renault ayant même fait naitre de nombreuses supputations plus ou moins fondées sur la dénonciation de Carlos Ghosn. Une dénonciation venue de Nissan.

Or, dans ce nouvel épisode on apprend aussi que l’allié Nissan n’aurait pas été mis au courant et qu’il pourrait bien se montrer « furieux », selon les propres mots d’une des sources (restée anonyme) de cette annonce. De quoi sans doute s’attendre à d’autres rebondissements dans les semaines et les mois qui viennent.

Source : AFP