Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Renault Mégane R.S. 2017 : Un premier prototype incognito

La Mégane R.S. s’apprête à faire peau neuve. Alors que la gamme Mégane berline et Mégane Estate ont été renouvelées, et que la Mégane Sedan vient d’être dévoilée, l’actuelle Mégane R.S. quitte doucement le catalogue, auréolée de son temps de moins de 8′ sur la Nordschleife (7’54 »36 exactement) en version 275 Trophy-R. Mais elle part pour mieux revenir, en 2017…

…et, avant cela, elle se prépare sous la carrosserie d’une Mégane GT. Il s’agit donc d’un mulet, c’est-à-dire un prototype de tests sans sa carrosserie définitive. Cela dit, on peut tout de même penser que la prochaine R.S. empruntera beaucoup à la GT, que ce soit extérieurement (optiques, portes, vitrages) ou dans les soubassements (le châssis 4Control à 4 roues directrices).

 

Ce qui est appelé à changer, ce sont les boucliers avant et arrière, propres à devenir plus aérodynamiques encore, plus spectaculaires aussi, avec peut-être une « lame » F1 comme sur la Clio R.S. ou l’ancienne Mégane R.S., ou à l’arrière un large extracteur à double sortie d’échappement centrale. La teinte jaune Sirius devrait bien-sûr être du package esthétique, puisqu’elle la teinte réservée aux modèles de Renault Sport.

A l’intérieur, si le R-Link2 devrait se doter du R.S. Monitor comme la Clio R.S., on pourrait avoir peu de changements par rapport à la Mégane GT. A commencer par les baquets, qui ont semblé satisfaisants lors de nos essais. L’architecture globale de la planche de bord avec la vision tête-haute des informations sera à coup sûr reprise, et c’est donc côté moteur qu’il faudra attendre du changement.

Pour faire bonne mesure face aux Civic Type R, Golf R voire Focus RS, la motorisation devrait développer une puissance d’au moins 300 chevaux. Même si, la vérité, c’est que pour le moment… on n’en sait rien. Le moteur le plus puissant à l’heure actuelle chez Renault est le bloc F4RT 2,0 l de 275 ch, présent sous le capot de la Clio R.S. 16, et l’on attend de connaître quel sera le moteur de la future berlinette Alpine. Ce qui est sûr, c’est que ce sera un bloc essence à turbo, probablement avec une boîte EDC 7 rapports double embrayage.

Dans le domaine des hypothèses, on peut envisager que ce moteur soit hybride, ou à l’inverse qu’une option soit proposée -Patrice Ratti, DG de Renault Sport Cars, a laissé courir l’idée devant AutoExpress. La Mégane R.S. 2017 pourrait cependant faire l’impasse sur les 4 roues motrices, de même que sur la carrosserie Coupé, supprimée du catalogue avec cette génération IV.

 

Prête à devoir ferrailler avec la Peugeot 308 GTi, l’Opel Astra OPC, ou encore la Seat Leon Cupra, il faudra attendre l’an prochain pour la découvrir. La voiture n’en étant encore qu’au stade des mulets, on pourrait devoir l’attendre jusqu’en 2018 pour la voir sur nos routes.

Via Motor1.com