Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Renault Clio R.S. 200 EDC et Trophy 220 restylées 2016 : Menues retouches

Menues retouches pour un max’ de séduction et d’agrément !

Renault continue sur sa lancée et après les présentations du duo Scénic/Grand Scénic, de la Clio civile restylée, c’est au tour de la teigneuse de la famille de passer par la case  » Un bistouri pour fêter la mi vie » d’une citadine sportive, voilà une bonne idée pour bien commencer l’été !

Quelques semaines après la présentation de la Clio 4 restylée, Renault Sport présente à son tour les nouvelles Clio RS 200 EDC et Clio RS Trophy 220 EDC phase 2.

Entre la Clio 4 restylée et sa variante R.S., il aura fallu attendre près d’un mois pour voir arriver la version mise à jour de la sportive de la gamme. Un rythme plutôt effréné que Renault s’efforce de tenir, afin de continuer sur la lancée du renouvellement de la gamme. En effet, entre la Mégane, première nouveauté de l’année 2016 et la Clio R.S. corrigée, présentée aujourd’hui, la marque Losange aura présenté 7 modèles et 1 showcar en 6 mois. Objectif : Mondial de l’Auto.

Cette Clio R.S. se repoudre gentiment le nez avec de nouveaux feux arrières, des projecteurs avant full LEDs Pure Vision et des antibrouillards repris de la Clio R.S 16, showcar présenté au GP de Monaco en mai dernier. Ces derniers permettent de regrouper les fonctions de projecteurs anti-brouillard, d’éclairage de l’intérieur des virages, de feux de position et de projecteurs longue portée afin d’améliorer la vision nocturne.

Pour le reste, l’apparence extérieure ne change que très peu : kit carrosserie spécifique comprenant le pare-chocs doté de la lame F1 à l’avant, la calandre noire laquée, les jupes latérales au dessin revu, le pare-chocs arrière intégrant un diffuseur et deux sorties d’échappement rectangulaires et un becquet. Seules de nouvelles jantes de 18 pouces, au dessin plutôt réussi, font leur apparition.

A l’intérieur, rien ne change ou presque : on retrouve le volant sport 3 branches à méplat signé « R.S. » cachant les grandes palettes au volant de la boite EDC, les sièges baquet, ou encore le système d’infotainment Renault R-Link mis à jour et intégrant le système télémétrique R.S. Monitor (à vérifier sur l’ancienne version). Seul le dessin des aérateurs est revu.

Sous le capot, aucune modification n’a été apportée au cœur de la bête : le 4 cylindres 1,6 L turbocompressé d’origine Nissan propose au choix 200 ch ou 220 ch en version Trophy, le tout, relié à la boite à double embrayage maison EDC à 6 rapports avec palettes au volant.

En revanche, il est possible d’opter pour 3 châssis différents : un châssis Sport orienté vers une polyvalence bienvenue, entre le quotidien à la semaine et les sessions circuit le week-end, tel un bon gentlemen driver ; un châssis Cup rigidifié pour le conducteur souhaitant se faire plaisir dans les lacets de montagne et/ou sur la piste avec une caisse capable de faire de bons chronos, reconnaissable à ses jantes noires et ses étriers de frein rouges ; ou encore un châssis Trophy, qui transforme la muse du Losange en une véritable pistarde chasseuse de chronos, avec une caisse rabaissée de 20 mm à l’avant et 10 mm à l’arrière. Dernier point, la nouvelle Clio R.S. est équipée d’un système d’échappement exclusif développé avec le spécialiste Akrapovič, réservé cependant à la version Trophy.

Via Renault.