Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Prius Day et « Hands-on » Prius MK4

A l’occasion de la sortie de la quatrième génération de la Prius, Toyota –surement grand fan de Top Chef- a décidé de mettre les petits plats dans les grands en organisant le premier Prius Day sur le sol français. Et plus précisément en l’endroit d’un des bastions de l’aéronautique Française : le musée de l’Air et de l’Espace du Bourget.

Etaient attendues quelques 200 Prius toutes générations confondues venant des quatre six coins de l’Hexagone, et 600 personnes (soit, comme vous l’aurez ingénieusement déduit, une moyenne de 3 personnes par véhicules : l’éco-conduite à son meilleur). L’occasion pour moi de passer une fois n’est pas coutume du côté obscur du site. Accompagné comme souvent depuis 32 ans de ma brillante caution morale, à savoir Eric.

Sommaire :
Page 1 : Parade Electrique
Page 2 : 3615 MaLife
Page 3 : Electric Feels
Page 4 : Et sinon, tu suces?

Parade électrique

Pour ce Special Event, Toyota a prévu toute une série d’animations façon Disney, afin de rentabiliser le déplacement des nombreux provinciaux, petits comme grands. Au programme sont donc prévus pêle-mêle : l’accueil des participants à quelques encablures du tarmac de l’aéroport, un discours de Pascal Ruch, président de Toyota France, pour galvaniser les troupes, un petit jeu concours permettant aux gagnants d’essayer en priorité et en exclusivité la Toyota Mirai présente pour l’occasion. Et bien entendu, vous l’aurez deviné, diverses activités gravitant autour de la Prius. Notamment le très attendu essai sur route, la démonstration du système de parcage automatique, et une Prius « en coupe » permettant de voir les entrailles de la bête.

Petit bonus fort sympathique, le musée de l’Air est gracieusement ouvert à tous les participants disposant du bracelet « Prius Day » fourni à l’entrée pour l’occasion.

Le moins que l’on puisse dire, c’est les comptages de Toyota s’avèrent plus précis que ceux des différents belligérants lors des manifestations publiques. Le compte des 200 véhicules ne semble pas du tout farfelu. D’emblée, la file d’attente pour pénétrer dans l’enceinte du site est impressionnante. Le personnel situé au niveau du portique d’accueil se charge de filtrer les entrants -la piste n’est accessible que pour les possesseurs de Prius-, et de distribuer les bracelets donnant accès à l’évènement et à la visite du salon. Toyota tenant à son ancien slogan, un sac de goodies est aussi remis à cette occasion. L’éco-pèlerin aura donc droit un verre thermos, un porte clef LED, un poster Prius et à la sempiternelle brochure détaillant les prestations de sa dernière-née Hybride.

Arrivé à l’intérieur, on se retrouve nez à nez avec les véhicules mis à disposition pour l’essai, et une zone de parking ou sont « classés » les véhicules par génération. Cette mise en scène sera par la suite immortalisée par une photo aérienne pas loin d’être impressionnante. Un bref décompte permet de valider les 200, le logo Prius étant formé par les nombreux heureux possesseurs du véhicule.

Le reste de l’espace visiteur est partagé entre un accueil pour les essais, une zone de démonstration permettant de se familiariser avec le park assist (on aurait peut-être dû, comme on le verra par la suite), une autre ou tournera régulièrement le sympathique i-Road et un prototype hybride du Championnat du Monde d’Endurance. Ce dernier étant plus ou moins en mode poisson rouge, contraint de tourner en rond à 15 km/h sur un espace de 10 m2. Cocasse.

Le but avoué de la journée étant de passer du temps au volant de la belle, nous nous empressons de nous enquérir du nécessaire pour démarrer l’essai sur route. Car oui, nous ne sommes pas venus uniquement pour les beaux phares de la Prius. Le hasard faisant bien les choses, votre serviteur est justement en pleine réflexion concernant son avenir automobile. Avec une forte appétence pour le passage à l’hybride. Au vu de l’avance prise par le géant Japonais, la Prius se retrouve naturellement en top priorité sur ma shopping list. C’est donc avec une attente toute particulière en tant que potentiel client, et avec une pensée bienveillante pour l’équipe de The Automobilist que je remercie au passage, que je troque exceptionnellement mon appareil photo contre une plume. Afin bien entendu de vous retranscrire mes impressions sur la woiture, et non pas pour m’en servir d’ornement pour mon postérieur.

Page 2 : 3615 MaLife