Le Nouvel Automobiliste

Pininfarina Battista : au nom du père

Le projet de supercar Pininfarina PF0 quitte enfin son nom de code pour révéler son véritable patronyme : ce sera Battista. 

Au nom de Battista Farina

Annoncé à la fin de l’été, le projet de supercar électrique du carrossier et designer italien Pininfarina prend forme peu à peu. C’est que le temps file d’ici à sa présentation définitive au prochain Salon de Genève 2019, en mars prochain ! D’ici là, avant que d’être mémorable, cette voiture a tout pour ressembler à une voiture mémorielle.

En effet, son nom, annoncé officiellement mi-décembre, n’a pas été choisi au hasard : Battista fait référence à l’un des fondateurs de la carrozeria, Gian-Battista Farina, dit « Pinin » à cause de sa petite taille. Quant à la puissance de 1926 ch électriques, elle pourrait parfaitement être cette fois une référence à l’autre figure de la famille, son fils Sergio, né en 1926. L’influence de Paolo Pininfarina, fils de Sergio et petit-fils de Battista, à la tête de la carrozeria, n’y est sûrement pas pour rien : ce dernier rêve d’une gamme Pininfarina comme en aurait rêvé son aïeul.

Héritage et supercar futuriste

Doté d’un couple de 2300 Nm de couple (!), la Battista Pininfarina abattra le 0 à 100 km/h en à peine 2 secondes. Il y aura match avec la Tesla Roadster II si celle-ci vient à connaître la série. Conçue avec la Rimac, la supercar Pininfarina promet une autonomie de plus de 480 km, qu’un usage ultra sportif risque de réduire à peau de chagrin. Son style, à l’image de celui d’une Aston Martin Walkryie, ne laisse place à aucun appendice aérodynamique et semble d’une grande pureté. A voir si cela ne dissimule toutefois pas un système d’aileron actif.

Prévue pour un tarif allant de 2 à 2,5 millions de dollars (à ce compte-là, ce n’est pas une fourchette mais une fourche tarifaire), la Battista sera livrée à ses premiers clients avant fin 2020. Ce sera alors l’heure du 90ème anniversaire de la carrozeria, fondée au 107 Corso Trapani à Turin en 1930, avec comme actionnaires Gaspare Bona et Vincenzo Lancia. La Carrozeria Pinin Farina, qui possède dès sa première année une soufflerie, devient Pininfarina SpA en 1961, cinq ans avant la disparition de Gian-Battista Pinin Farina.