Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Pagani Zonda MD : Immortelle et unique au monde

Certains constructeurs, petits ou grands ont bien du mal à arrêter la production de leurs modèles phares. De la Coccinelle à la Rolls-Royce Phantom, en passant par la Fiat 500, la DS 3, ou encore l’Alfa Romeo MiTo, leur point commun est d’avoir passé les 5 voire 10 ans de production ininterrompue, tant le succès s’est avéré majeur pour leurs marques respectives. Ce mal touche aussi les constructeurs de supercars, comme Pagani, qui, malgré un certain nombre de séries limitées d’adieu (ou d’au revoir, c’est selon…) de sa Zonda, modèle mythique produit depuis 1999, n’arrive pas à se séparer d’elle. En témoigne, la dernière création de la marque transalpine : la Pagani Zonda MD.

Reposons le contexte. La Pagani Zonda est la première supercar produite par l’officine d’Horacio Pagani. Depuis 1999, sous un physique à l’encontre du style fin et sensuel italien, elle arbore une ligne profilée à nulle autre pareille dans la production, et est motorisée par l’un plus mélodieux moteurs au monde, le V12 AMG. Les mises à jours se sont succédé, d’abord mécaniques, comme le moteur V12 poussé de 5,5 (C12S) à 7,3 (Zonda F), puis esthétiques, comme en témoigne le nombre et la puissance naturelle des séries limitées qui ont suivi : le cabriolet C12 pour commencer, puis la Zonda Cinque, la Zonda Tricolore, la Zonda 760 LM, la Zonda 760 Lewis Hamilton, ou encore le duo bestial Zonda R/Zonda Revolucion.

La Huayra, qui arrive au catalogue en 2011, la côtoie plus qu’elle ne la remplace. Âgée de plus de quinze ans, la Zonda séduit toujours. Dément, pour une si petite marque, petite par la structure, grande par la passion qu’elle dégage. En 2016, Pagani propose une nouvelle édition ultra limitée de la Zonda, un exemplaire « one-off » sobrement baptisé « MD », selon les initiales de son propriétaire, basé sur la Zonda 760 LM, à la livrée extérieure plus sage.

Construite il y a un an dans la plus grande confidentialité au sein de l’usine Pagani de Modène au milieu des Huayra, la Zonda MD se caractérise par une carrosserie entièrement en fibre de carbone teinté d’une fine couche de peinture bleue, si bien que cette dernière change de couleur en fonction de la perspective et de la lumière. A noter la présence d’une grande et large prise d’air au sommet du véhicule, d’un grand aileron, d’un extracteur d’air et de canards de part et d’autre du pare-chocs avant, tous en fibre de carbone brute. Les belles jantes gris mates cachent de gigantesques disques ventilés en carbone-céramique, pincés par des étriers noirs. Néanmoins, la Zonda MD propose quelques détails uniques comme un nouveau capot avant doté de larges ouvertures et des prises NACA sur les ailes arrière.

A l’intérieur, le poste de pilotage se remarque par la fibre de carbone bleue de la même teneur que l’extérieur, les inserts en aluminium anodisé et la présence de sièges en cuir marron et Alcantara beige.

Sous le grand capot, en position centrale arrière trône le mythique V12 réalisé par les sorciers d’AMG. Porté à 7,3 l de cylindrée, il délivre 760 ch et est associé à une transmission manuelle à 6 rapports à la demande de son riche propriétaire.

Grand adepte des « Cars & Coffee », ces rassemblements automobiles réunissant certaines des plus belles voitures du monde dès le lever du jour, le futur acquéreur, qui souhaite rester cependant anonyme, assure faire rouler cette Pagani Zonda unique au monde pour faire profiter aux heureux (chanceux ?) passionnés de belle mécaniques du chant de sa magnifique sportive et de sa robe bleue ultra-légère.

Via Prototypezero.net