Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

On a lu le tome 6 de la nouvelle saison de Michel Vaillant, « Rébellion »

Le pilote de course le plus célèbre de la bande dessinée est de retour ! Voici le Tome 6 de la nouvelle saison Michel Vaillant Rébellion. Après avoir parcouru les circuits de WTCC, de Formule E, de rallye ERC, et battu des records de vitesse sur le Lac de Bonneville, le voilà revenu à ses premières amours : les 24 Heures du Mans ! La sortie de l’album est prévue le 2 juin prochain, pour convenir à l’épreuve mancelle, les 17 et 18 juin. Mais une édition « Work in progress » est déjà sortie début mai et révèle les premières planches de « Rébellion » !

Michel Vaillant est de retour au Mans

On le savait depuis l’hiver dernier, Michel Vaillant revient au Mans. Il n’y retourne pas seul d’ailleurs : les lubrifiants Motul et les pneus Dunlop sont présents aux côtés du projet. De même que l’écurie de course Rébellion Racing qui font courir cette année leurs 2 prototypes de LMP2 sous les couleurs de Vaillante ! La voici telle que capturée par Jean-Michel Le Roy aux 6 Heures de Spa :

Vous comprenez ainsi le choix du titre du Tome 6 : Rébellion. Mais il s’agit aussi d’une autre rébellion, celle de la famille Vaillante. Touchée au cœur dans les précédents épisodes, elle a soif de revanche. Pire, de vengeance. Pour ceux qui n’ont pas tout suivi, Vaillante s’est allié à un personnage obscur, Ethan Dasz, pour financer ses activités. Sur le point de racheter son éternel rival, Leader, la marque Vaillante est absorbée par celle de Dasz, les voitures « Slate » (cherchez l’anagramme !). Seules demeurent leurs activités en compétition. Et c’est la nouvelle génération, celle des fils de Jean-Pierre et Michel Vaillant, Jean-Michel et Patrick, qui les emmène.

Un inédit proto d’endurance à hydrogène

Ces derniers sont les nouveaux talents de la famille Vaillant : le premier comme team-manager, le second comme ingénieur de génie. Après avoir voulu réinventé la roue et la voiture électrique, les voilà partis avec un prototype d’Endurance électrique à hydrogène ! Selon la fiche technique, il est bi-moteur : une pile à combustible de 490 ch en propulsion, un moteur électrique de 400 ch en traction. Lourde de 900 kg seulement, et dotée d’une radicale suspension pilotée numériquement, la Vaillante Rébellion brave le fer avec la Porsche 919 !

Bien menée, haletante jusqu’au bout, l’intrigue de « Rébellion » promet et conserve le même rythme que les précédents albums. Le réalisme des personnages, voulus plus humains, se confronte à la dureté d’un scénario qui ne leur épargne rien. L’on note en contrepoint l’arrivée d’un nouveau visage, la pilote québécoise Elsa Tainmont. Recommandée par Steve Warson, elle vient ponctuer par son originalité 56 pages d’une bande dessinée dense et complète. Les auteurs sont toujours Philippe Graton, Benjamin Benéteau, Marc Bourgne et Denis Lapière.

Évocations cinématographiques

Les plus fidèles de Michel Vaillant se souviennent de l’album 67, qui dans la première saison occupe une place particulière. Intitulé « Pour David », c’est le tome illustré du film Michel Vaillant de Luc Besson, sorti en salles en 2003. Le scénario est d’ailleurs co-signé de Jean et Philippe Graton avec Luc Besson et Gilles Malençon. C’est enfin le seul tome où un des héros meurt, à la suite du sabotage de sa voiture.

Eh bien, sans trop spoiler les futurs lecteurs de « Rébellion », on peut à juste titre que certains détails de « Pour David » se retrouvent dans le tome 6, quatorze ans plus tard. De plus, les tests du prototype d’Endurance sont effectués sur le circuit du Mas du Clos, là où fut tourné les essais de Julie Wood dans le film de Besson. Quant aux plans de course au Mans, certains rappellent aussi ceux du tome 59, « La Prisonnière »…

Il y a donc des clins d’œil salutaires à l’histoire de la série dans ce nouveau tome. Preuve que la nouvelle saison ne fait table rase du passé. Ne serait-ce que le retour au Mans est, déjà, un retour aux sources.

Un coffret inédit pour le pré-lancement

La sortie officielle de la BD interviendra le 2 juin. Mais depuis le 5 mai est disponible une édition limitée, à 2017 exemplaires et 35 €, intégrée à une « Fan Box ». On y trouve l’édition « Work in progress » du tome 6, avec les crayonnés et l’état d’avancement du dessin. Mais aussi, des photos du repérage (dont une de Jean Graton en 1960), les plans du prototype, la couverture du journal « L’éclair de France » et 4 ex-libris d’un strip (du story-board aux cases finales).

L’ensemble est très réussi et toujours aussi plaisant. En effet, les éditions Graton avaient déjà proposé une version « en travaux » du Tome 5 l’an dernier. De même avec le Tome 1, lors du lancement de la nouvelle saison. Reste qu’un tel coffret prendra immanquablement de la valeur, alors courrez le trouver !

Crédit photos : François M. – The Automobilist & Jean-Michel Le Roy