Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Nürburgring VLN1 : Merveilleuse rentrée des classes !

Après une longue trêve hivernale, le VLN a repris ses droits le week-end dernier sur la Nordschleife, avec un plateau largement mis à jour du côté des GT3… Que du bonheur !

C’est chaque année la même chose, une fois le dernier VLN de la saison terminé le réflexe reste le même : à quelle date est prévue le VLN1 ? La météo permettra-t-elle à la course de se dérouler ? Quelles autos seront de la partie ? Chez The Automobilist, on est tellement accros à cette discipline qu’on en vient à réserver l’hôtel 6 mois à l’avance… « on sait jamais » !

Vous l’aurez compris, l’attente a été longue ! Alors une fois arrivé en terre sainte, chaque moment s’apprécie : le plaisir de retrouver Brünnchen et son ambiance atypique, le petit village de Nürburg où les plus belles mécaniques dorment ici et là, les longues marches en forêt pour arriver aux virages intéressants… Après six mois sans piste, c’est un peu comme un drogué en manque que je suis arrivé sur les lieux ! Même la sirène stridente des paddocks (que la plupart des gens « normaux » auraient tendance à trouver insupportable) me donne un frisson dans le dos et me rappelle les belles nuits passées aux 24h des années précédentes. Vous pensez que je pousse le bouchon un peu loin ? Seuls ceux qui se sont une fois rendus sur les lieux peuvent comprendre, et puis après tout j’assume le fait d’être une rare espèce de « Nürburgring Extremiste » ! 😀

Vous vous dites peut-être que le VLN c’est bien, mais que c’est tout de même répétitif, que chaque année c’est la même chose, et que de toute façon c’est toujours Audi qui gagne. Oui, mais non ! Cette année, l’ensemble du plateau GT3 est renouvelé. Les bestiales Mercedes SLS GT3 sont remplacées par les méchantes AMG GT3. Le doux rugissement des BMW Z4 GT3 est remplacé par le miaulement des moteurs turbos des nouvelles M6 GT3. Porsche débarque en masse avec les nouvelles 991 GT3-R, qui chantent encore plus haut dans les tours que la génération précédente. On retrouve également les toutes jeunes R8 LMS « phase 2 », et les toujours atypiques Bentley Continental GT3. Vous êtes totalement blasés et ça ne vous suffit pas ? La Scuderia Cameron Glickenhaus réengage ses deux SCG 003C, et ressort la sublime et unique au monde Ferrari P4/5 C ! Une Lamborghini Huracan GT3 et une Lexus RCF GT3 font même leur apparition. Enfin, « last but not least », le circuit est de retour en conditions normales : plus de limitations de vitesses, zones dangereuses mises aux normes… La fête peut reprendre ! Alors si maintenant vous n’êtes toujours pas chauds, vous pouvez directement vous jeter d’un pont, on ne peut plus rien pour vous !vln1 2016 (45)Arrivé sur les lieux le vendredi soir, je prends d’abord le temps de profiter avec les yeux de l’ambiance et de ces nouveaux modèles qui fleurissent aux quatre coins de la pitlane. Nous sommes en pleine séance d’essais libres, sous drapeau rouge toutefois suite à une sortie de piste (littéralement, le Cayman a fini dans les arbres, mais il n’y a visiblement pas de blessés). Les pilotes trépignent d’impatience en attendant le drapeau vert, mais très peu de tours seront effectués en cette journée. Il faut dire qu’il y avait encore de la neige sur la piste le matin… Oui oui, de la neige, ça ne choque personne ici ! Nous passons donc une petite heure dans les stands avant de donner rendez-vous aux autos le lendemain aux aurores !

vln1 2016 (1)

vln1 2016 (8)

Samedi, 7h15, un épais brouillard recouvre le circuit et les paddocks. C’est de bon augure pour la suite, le soleil devrait être de la partie. Petit à petit, les autos et les mécaniciens arrivent sur la pitlane en grelotant : les premiers courageux sont les mécanos de chez Black Falcon, qui sortent notamment leurs nouvelles AMG GT3. J’adore ces premiers instants qui caractérisent le début d’une journée de VLN : pitlane déserte, ambiance froide et humide… le calme avant la tempête !

Vu sous cet angle, le monstre de course qu’est la nouvelle AMG GT3 donne l’impression d’être un gros jouet pour enfant !

vln1 2016 (15)Quelques minutes plus tard, l’Italie résonne dans la pitlane encore déserte : voici les géniaux mécanos de la Scuderia Cameron Glickenhaus et leur splendide prototype jaune qui fait résonner tout le paddock ! Malheureusement, la SCG 003C noire n’a pas fait le déplacement pour cette première manche, et la Ferrari P4/5C ne roulera pas suite à des problèmes de règlements. Nous devrions toutefois les voir rapidement en course lors du VLN2.

vln1 2016 (17)vln1 2016 (18)Puis les lieux se remplissent petit à petit, un peu trop vite à mon goût d’ailleurs : je n’ai pas souvenir d’avoir vu autant de monde si tôt dans la matinée. Il faut croire que nous ne sommes pas les seuls accros sur place ! Une flopée d’AMG GT3 vient d’arriver, tandis que la R8 LMS du Phoenix Racing est toujours aussi menaçante de bon matin ! Les pilotes arrivent eux aussi, à l’image de Patrick Pilet pour Porsche ou Fernando Rees chez Aston-Martin. Chez manthey, on prend le temps de faire une rapide séance photo avec un magnifique Cayman GT4 Club Sport, en présence du grand Olaf Manthey s’il vous plait ! Frédéric Makowiecki est le premier à enfiler le casque et à se glisser dans le cockpit de sa 991 GT3-R flambant neuve aux couleurs de l’usine Porsche… ça sent bon le drapeau vert !

La pitlane est remplie cette fois, ça commence à se gâter pour les photos, je m’apprête donc à me rendre en piste, mais je ne peux résister à la BMW M6 GT3 de Rowe Racing, toute fumante comme si elle s’était levée du mauvais pied ! vln1 2016 (21)Le départ des essais qualificatifs est quelque peu retardé à cause du brouillard, mais cette fois-ci ça y est : la saison est lancée ! Et quel lancement : le rythme est extrêmement élevé dès les premiers tours, comme si les pilotes avaient faim de vibreurs depuis des mois… ce qui est surement le cas ! Le brouillard est encore bien présent pendant la première demi-heure, puis il se lève petit à petit au fil des minutes.

La séance matinale étant relativement courte, je suis positionné dans le tout premier virage de la boucle nord, ce qui m’évite de perdre une heure à marcher en forêt, la photographie au VLN c’est aussi de la stratégie ! Et ça tombe bien, car l’endroit se prête parfaitement aux photos de bon matin : une excellente mise en bouche avant la course de l’après-midi !

Les Mercedes semblent particulièrement efficaces en ce début de saison, il va falloir compter sur elles pour la course au podium ! Elles sont aussi particulièrement photogéniques, et quand un rayon de soleil sort, c’est encore plus agréable !

vln1 2016 (39)vln1 2016 (40)Au petit jeu des qualifications, c’est donc (encore) une R8 LMS qui tire son épingle du jeu : l’auto du team Land Motorsport décroche la pole en 8.06.097 minutes, 28 centièmes (!) devant la Bentley Continental GT3 du team ABT, et 1.7 secondes devant la surprenante Ford GT (ancienne génération, il faut le préciser maintenant) de H&R Spezialfedern GmbH, qui n’avait pourtant plus roulé en compétition depuis plus d’un an ! La première Mercedes est quatrième, la première Porsche septième, et la première BMW quatorzième. La SCG part en ving-quatrième position.

C’est donc l’heure du départ, retardé lui aussi suite au décalage du matin. L’idée était de suivre le départ depuis Brünnchen, lieux mythique du circuit et source de tous les abus possibles et imaginables dans le public, mais c’est aussi pour ça que cette section est légendaire ! Arrivé sur place, impossible de se garer, je n’ai jamais vu autant de monde sur une manche de VLN, c’est surréaliste, on a presque l’impression d’être aux 24h lorsque l’on voit les embouteillages formés entre Pflanzgarten et Brünnchen ! Le renouvellement du plateau y est surement pour beaucoup, le beau temps aussi. Je manque donc le départ et arrive au niveau du cinquième tour dans le virage de Wehrseifen.

vln1 2016 (50)

La meute des GT3 arrive alors dans un grondement à faire trembler toute la forêt, et c’est déjà une grosse bataille à laquelle on assiste ! La R8 LMS est repassée en tête après que la Ford GT ait mené la course pendant les premiers tours. Les AMG GT3 sont en embuscade, tandis que la première Porsche est cinquième. Wehrseifen est un virage relativement lent et étroit, peu propice aux dépassements, mais c’est un endroit magnifique et très technique, où les Mercedes semblent particulièrement à l’aise ! La présence visuelle de la Lamborghini est vraiment impressionnante au milieu du plateau !

vln1 2016 (54)

vln1 2016 (49)

L’horloge tourne et il est largement l’heure de changer de virage, l’heure de retenter « l’épreuve » Brünnchen ! Cette fois c’est la bonne, et après quelques minutes de marche, me voilà positionné le long de la piste entre le festif Brünnchen et le spectaculaire Pflanzgarten (je vous rassure pour les noms, on finit par s’y faire !). Après presque deux heures de course, difficile de savoir qui est en tête désormais. Tout ce que l’on sait, c’est que ça attaque tant et plus, et que c’est absolument splendide ! Nous sommes dans un virage sans profondeur de champ, on ne voit donc pas ce qui arrive mais… on l’entend ! Les bruits des différentes GT3 sont inimitables, on sait donc quasi à coup sûr quels modèles arrivent, et ça devient presque un jeu entre photographes pour deviner quelle auto va se présenter dans les 10 secondes qui suivent !

Quelques images un peu plus dynamiques…

vln1 2016 (63)vln1 2016 (64)vln1 2016 (62)vln1 2016 (65)vln1 2016 (61)Cette partie du circuit est très intéressante pour plusieurs raisons : le tracé est magnifique et propice au spectacle, c’est d’ailleurs LE lieu de rassemblement de tous les fans qui viennent camper, faire la fête, et manger un bon barbecue le long de la piste entre amis ou en famille. Mais c’est aussi un enchaînement de virages excellents pour les photographes qui ont un nombre infini de « spots » photos sur une courte distance. Seulement cinq minutes de marche, et me voici donc à un deuxième endroit magnifique, puis à Pflanzgarten trois minutes plus tard. C’est amusant de voir le public à trente mètres, juste derrière le grillage de l’autre côté de a piste, d’entendre leurs réactions, et de ressentir la ferveur allemande. La palme d’or du plus beau saut revient à la Bentley Continental GT3, note artistique : 5/5 !

vln1 2016 (75)

Enfin, alors que la course entre dans sa dernière demi-heure, je me rends de l’autre côté de la piste, en zone publique, pour faire quelques photos à travers les arbres. Ce sont les images que j’affectionne le plus, non pas pour leur qualité qui reste assez subjective, mais pour le fait que c’est un des seuls circuits au monde qui permette ce genre d’angle de vue.

vln1 2016 (78)vln1 2016 (79)vln1 2016 (77)vln1 2016 (76)vln1 2016 (80)

Et à la fin, c’est Audi qui gagne ! Ne soyez pas ronchons comme ça, l’expérience d’Ingolstadt en endurance parle une fois de plus, mais tout peut vite changer en VLN, surtout quand on voit la très bonne forme des Mercedes pour leur première sortie en course ! Les deux premières places reviennent donc aux R8 LMS du team Phoenix Racing. Le podium est complété par la Mercedes AMG GT3 n°6 du team Black Falcon. A noter, la belle cinquième place de la Bentley n°17. Les BMW et les Porsche ne sont pas très loin derrière (respectivement septième pour la première M6 GT3 et dixième pour la première 991 GT3-R), et on compte sur la force de frappe de ces deux constructeurs pour venir titiller Audi (et Mercedes) en tête de la hiérarchie !

18h00, la course est terminée, le circuit se vide, les autos sont en parc fermé… Il est temps pour nous aussi de plier bagages ! On vous donne rendez-vous très vite pour la suite de ce merveilleux championnat ainsi que pour les 24H du Nürburgring fin mai, que nous ne raterions pour rien au monde !

Crédits récit et photos : Nicolas Verneret pour www.theautomobilist.fr