Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Nouvelle Citroën C4 Cactus : plus de C4, moins de piquant ?

Nouvelle Citroën C4 Cactus Berline : plus de C4, moins de piquant ?

Souvenez-vous, le 5 Février 2014, jour anniversaire de la naissance de son fondateur, André, Citroën présentait le C4 Cactus, sa voiture essentielle. Du volume, du confort, le nécessaire en équipement au bon prix. La voiture fut bien accueillie. Très bien accueillie même car elle reçut de nombreux prix pour son design ! Mais s’il attira la sympathie, le petit SUV des chevrons n’attira pas autant les clients qu’espéré, même s’il fait tourner à lui seul l’usine de Madrid. Alors, 4 ans et plus de 270 000 exemplaires écoulés plus tard, oubliez tous vos préjugés sur la voiture. Citroën relance son C4 Cactus qui devient une berline. Nouveau style, nouveau statut, avec un objectif : devenir la berline la plus confortable de la catégorie.


Le renouveau de Citroën

Depuis la séparation avec DS, Citroën revoit son positionnement, et a choisi d’axer son image autour d’un point clé : le confort. Il y a même un programme pour ça, « Citroen Advanced Comfort ». En parallèle, la gamme se vend : depuis l’arrivée de la nouvelle identité sur Citroën C4 Picasso, les modèles ont du succès. Les Citroën C3 pullulent, le C3 Aircross débute bien. Et le Citroën C5 Aircross a relancé les chevrons en Chine. Et Citroën arrive pour la première fois à avoir une gamme avec une identité reconnaissable. Qui permet d’identifier une Citroën de suite. C’est réussi même si Hyundai semble récupérer quelques gimmicks de la marque aux Chevrons sur ses produits à venir.

La marque Citroën n’oublie pas les services non plus. La connexion à un espace client via My Citroën. L’offre Rent & Smile, qui permet de louer n’importe quelle Citroën commercialisée. Mais aussi la Maison Citroën qui se développe. Trente boutiques sont attendues en 2018. Est-ce que cela compensera la fermeture du flagship C_42 sur les Champs-Elysées ? Peut-être… l’avenir nous le dira.

L’exception à la règle de ce développement est le Citroën C4 Cactus, qui a déçu. Il faut dire que son positionnement et son look n’a pas aidé. Il a un côté baroudeur mais ça n’en est pas un. Le Renault Captur et le Peugeot 2008 sont pourtant plus chers, mais leur positionnement plus clair de SUV urbains leur ont permis de surfer sur la vague du succès. Et ce n’est pas la série spéciale Rip Curl qui changea la donne.

Arrivé à mi-vie, fait rare dans l’histoire d’une voiture, c’est tout son positionnement qui a été revu. Le hasard du calendrier et des finances en berne ont aidé cette démarche. En effet, la Citroën C4 arrivant au terme de sa carrière, et n’étant pas remplacée immédiatement, Citroën s’est dit : faisons donc de la C4 Cactus une berline compacte !

La Citroën C4 Cactus se refait une beauté

Forcément, ce qui saute aux yeux avec cette nouvelle C4 Cactus, c’est l’abandon des airbumps latéraux. Retour à la tôlerie complète pour les flans. Il reste quand même une petite dose d’Airbumps en bas des portières. Malgré l’appellation « berline », les arches de roues plastiques sont restées. On est plus dans le côté baroudeur que GTi malheureusement. L’enveloppe budgétaire ne devait pas couvrir la refonte des ailes et tant mieux, c’est ça de gardé contre les chocs en ville.

A l’arrière aussi, fini le plastique. Mais les feux s’élargissent et débordent sur le hayon. On est proche dans l’esprit du Citroën C4 Picasso, avec un traitement un peu plus moderne. A noter, et contrairement à l’ancienne C4, les feux sont fonctionnels aussi sur la partie hayon.

A l’avant, on reconnaît bien le C4 Cactus. Tout a changé mais l’architecture est restée la même. Il y a aussi moins de plastique, mais les phares sont entourés d’un masque noir laqué. Et les chevrons retrouvent la double barre chromée qui rejoint les veilleuses.

Une Citroën moins typée ?

Le tout paraît moins original que la première version, mais c’est le but recherché. Dommage pour le côté galet et la singularité. A noter que la hauteur de garde-au-sol ne change pas. Ni les vitres arrière, qui ne descendent toujours pas dans les portières et restent seulement entrouvrables. Il aurait fallu revoir la portière entièrement, réduire l’espace aux coudes et au vu du taux d’occupation des places arrière sur ce segment, Citroën a préféré investir ailleurs. Toutefois, on sait que cette affaire est un élément qui est considéré comme gênant par la clientèle et ce, depuis la mise sur le marché du modèle.

A l’intérieur, même si la planche de bord n’évolue pas et ne propose toujours pas de compte tours, il y a un changement de taille. Citroën C4 Cactus abandonne l’effet banquette avec son accoudoir unique, et remplace le tout par une console centrale standard pour toutes les versions.
Pour nous, c’est un petit retour en arrière à l’heure de la généralisation des boites automatiques et de l’arrivée des voitures autonomes. Mais c’est aujourd’hui un standard dans la catégorie, Citroën s’est plié à la loi du marché. La reste de la planche évolue peu, ce sont essentiellement les nouvelles ambiances qui permettront de faire la différence avec l’ancienne.

L’ADN Citroën : berline et confort

Mais la révolution est ailleurs. Non, n’espérez pas le retour des suspensions  hydropneumatiques. Mais sous le doux nom d’Advanced Comfort, Citroën a réuni nombre de dispositifs pour améliorer la vie à bord : mousses innovantes pour les sièges, confort auditif et, inaugurée sur ce C4 Cactus mi-vie pour la première fois, une nouvelle suspension.

Les sièges pour commencer : leur structure n’évolue pas. Elle est même largement partagée au sein du Groupe PSA. Mais Citroën en a modifié la mousse, qui est plus dense sans être plus dure. Elle serait plus durable dans le temps. A cela, la marque ajoute un matelas de 15 mm qui donne un moelleux d’approche. Car c’est la première impression qui se retient quand on parle de confort. Mais pour les avoir essayés en statique, l’ensemble semble convainquant, même au bout de quelques minutes. Ce matelas est cousu à la coiffe, et réduit un peu le champ du choix des tissus ou des cuirs. Il faut d’ailleurs du Nappa pour que ça fonctionne avec le cuir.

Côté trains roulants, les suspensions évoluent avec l’ajout des Butées Hydrauliques Progressives qui permettraient d’avoir un effet tapis volant. On avait naturellement hâte d’essayer ces suspensions, ce fut fait e, cette fin de semaine et l’essai arrivera très bientôt sur The Automobilist. A noter que les suspensions Advanced Comfort seront proposées sur d’autres modèles de la marque à terme, dont le C5 Aircross. Et peut-être même sur des modèles du groupe PSA tout entier, avec des réglages spécifiques. Elles sont préférées à l’ancienne suspension hydropneumatique par sa légèreté d’adaptation à la plateforme et son coût, moindre, de développement.

Mais ce n’est pas tout. L’insonorisation a aussi été retravaillée, notamment le travail sur les joints ou le tablier mieux isolé. Cela a toutefois une conséquence : + 40 kg sur la balance.


Le prix de la nouveauté

L’avantage de partir sur une base de voiture essentielle, c’est que les prix sont contenus. La gamme Citroën C4 Cactus commencera à 16 290 € avec le PureTech 82 BVM en finition Live. Prix d’appel intéressant pour un segment C, même si cette C4 ne mesure que 4,17m de long.

Pour mémoire, la Citroën C4 actuelle, débute à 22 750 € en finition Millenium (la seule désormais disponible) hors remise mais avec le moteur PureTech 110 BVM. Pour avoir autant d’espace pour moins cher, Il faut se tourner vers la Citroën C-Elysée essayée par François à 14 300 € avec le moteur PureTech 82 BVM.

En plus du PureTech 82 BVM, vous pourrez avoir le PureTech 110 en BVM ou EAT6 (que nous avions essayé en phase 1) et, nouveauté sur le modèle, le PureTech 130 BVM6. Et si vous voulez émettre moins de CO2, vous avez aussi la possibilité de vous tourner vers le BlueHDi 100 BVM.

Citroën C4 Cactus met l’ambiance

Côté finitions et ambiances, on retrouve les appellations classiques de la marque : Live, Feel et Shine. L’ensemble est proposé avec une ambiance « sobre et épurée » (traduction : grise) et, en option sur les finitions Feel & Shine, 4 ambiances :

  • Wild grey, orientée vitalité et dynamisme
  • Metropolitan Red, plus claire et raffinée
  • Hype Grey, plus élégante, plus haut de gamme
  • Hype Red, que nous trouvons très réussie, avec des sièges mixtes Cuir Nappa/tissus (ambiance disponible seulement sur Shine)

A l’extérieur, 3 teintes opaques sont proposées en base : Blanc Banquise, Olive Brown et Rouge Aden. En option, 2 teintes métalisées : Gris Acier et gris Platinium ; ainsi que 4 teintes nacrées : Blanc Perle, Deep Purple, Emeraude Blue et Noir Obsidien. Et ce n’est pas tout, ces 9 teintes peuvent être complétées par des packs color (option sur Feel, série sur Shine) : Glossy Black, Silver Chrome, Anodised White et Anodised Deep Red. Ils égaieront les airbumps et projecteurs antibrouillards de touches colorées. Vous aurez un choix de 31 combinaisons au total.

Côté équipement, l’écran central évolue et passe à 7 pouces. Avec fonction Mirror Screen, Connect Nav avec reconnaissance vocale, ainsi que le Citroën Connect Box incluant le pack SOS et l’assistance. Le Citroën C4 Cactus propose 12 aides à la conduite. A noter que dans ces 12 aides, le Grip Control sera disponible. Vous avez dit… berline ?

Citroën C4 Cactus bientôt à l’essai

Les commandes sont d’ores et déjà ouvertes avec également, signalons-le, une version Feel Business pour les entreprises. Et l’avantage de l’abandon des Airbumps, c’est que ces dernières pourront sticker d’avantage les portes que sur l’ancienne version !

Rendez-vous dans quelques jours pour lire notre essai, et nous vous reparlerons de ce C4 Cactus « nouvelle berline » avec les interviews de ses concepteurs.

Crédit photo : Fabien LEGRAND pour The Automobilist, Citroën