Le Nouvel Automobiliste

Nouveau Ford e-Transit, ou la transit-ion énergétique

Ford dévoile aujourd’hui son nouvel e-Transit, déclinaison 100% électrique de son célèbre fourgon 2 tonnes. Avec cette version à batteries, Ford présente bien plus qu’une nouvelle motorisation, en introduisant nouvelles technologies et environnement dédié conçu autour des besoins des professionnels.

Ford e-Transit : Il fait du bien à l’extérieur, et ça se voit à l’intérieur

La nouveauté n’est pas à chercher du côté du design. A part une nouvelle calandre à barrettes bleues abritant la prise de recharge, le Transit électrique est identique à son homologue thermique. Restylé l’an dernier, il ne nécessitait de toute façon pas une mise à jour particulière. Cette variante à watts est proposée dans les différentes configurations du Transit thermique : 2 hauteurs, 3 longueurs et une version châssis-cabine. Cette dernière dispose d’une charge utile record de 1 967 kg, quand les fourgons supportent jusqu’à 1 616 kg. Grâce à l’emplacement des batteries, la capacité de chargement n’est pas impactée et variera de 9,5 à 15,1 m3 selon les versions.

A l’intérieur en revanche, on remarque immédiatement la tablette multimédia de 12 pouces, montée de série sur le e-Transit. Pour la première fois sur un utilitaire Ford, elle abrite le nouveau système multimédia SYNC 4, aux commandes vocales améliorées. Son système de navigation est également plus sophistiqué dans la mesure où il permet la localisation des bornes de recharge. La mollette de sélection de vitesses e-Shifter et le frein à main électrique allègent visuellement le tableau de bord et permettent un petit gain d’espace. Pour que ses usagers soient encore plus à l’aise à bord, l’habitacle pourra être préconditionné lors de sa recharge et économiser ainsi de l’énergie.

Charge facile et charge utile

La vraie nouveauté se cache évidemment sous le plancher, entre des renforts latéraux qui protègent les batteries de 67 kWh à refroidissement liquide. Cette capacité est, d’après le constructeur, supérieure à 30% de celle de ses concurrents (le Renault Master ZE offre 33 kWh). Résultat, une autonomie annoncée à 350 km en cycle mixte selon l’homologation WLTP (120 km pour le fourgon Renault ). Pour la garantir, un mode permet de renforcer le frein moteur pour recharger la batterie en décélération et conduire à une seule pédale. Ford ne prévoit pas de variante à plus faible ni à plus forte capacité, l’autonomie annoncée correspondant déjà au triple du kilométrage moyen parcouru quotidiennement par les professionnels en Europe. Disponible en propulsion uniquement, le Ford e-Transit s’avère bien armé pour affronter ses concurrents et les épreuves que lui imposeront ses utilisateurs. Fort de 430 Nm de couple et d’une puissance de 269 ch, il est le fourgon électrique le plus puissant du marché. Reste à connaître sa consommation électrique, que le constructeur ne communique pas.

Qui dit électrique dit charge, et là encore Ford met les petits plats dans le grands en offrant différentes options en fonction des usages. Le plus courant sera sans doute la charge en courant alternatif de 11kW. A l’entrepôt en fin de journée par exemple, ce mode permet une charge complète en un peu plus de 8 heures. Le Ford Transit électrique peut aussi se brancher en courant continu pour une charge rapide en 115 kW, grâce à laquelle il suffira d’une demi-heure pour passer de 15 à 80% de batterie. Soulignons que Ford est partenaire du consortium Ionity, qui offre aux clients des marques adhérentes des tarifs préférentiels (comme nous en avions fait l’expérience à bord du Mercedes-Benz EQV, par ailleurs techniquement proche). Avec l’application FordPass, il sera aisé de trouver un point de recharge parmi les 160 000 bornes disponibles en Europe.

Think global, act local

Autre nouveauté technique majeure, les suspensions arrière indépendantes font leur apparition pour gagner de l’espace et permettre la transmission aux roues arrière. Le Ford Transit profite de son électrification pour gagner des technologies, parmi lesquelles la reconnaissance des panneaux, l’assistance au freinage en marche arrière qui intervient si elle détecte un obstacle lors des manœuvres à faible vitesse ou encore des caméras à 360° fort utiles sur ce genre de véhicules. Intéressant également, le système « Pro Power Onboard », qui permet d’alimenter via le véhicule son matériel et ses outils. Cette source de 2,3 kW peut être contrôlée et limitée dans la durée ou en puissance via l’écran tactile.

Le Ford e-Transit sera lancé dans le Monde (Amérique du Nord, Europe et Australie notamment) au printemps 2022. Il sera assemblée en Turquie, dans l’usine de Otosan Kocaeli, aux côtés du Transit Custom PHEV ; ses cellules électriques proviendront de Pologne tandis que le moteur électrique arrivera des Etats-Unis. Pour l’heure, les prix ne sont pas encore connus. D’ici le lancement, Ford poursuivra pendant un an les derniers ajustements de son fourgon électrique auprès de flottes qui complèteront les 240 000 km de tests déjà effectués.