Le Nouvel Automobiliste

Nissan IDS Concept (Tokyo 2015) : une ID de la future Leaf ?

Le salon de Tokyo ouvre ce jour : si vous n’étiez pas au courant, la débauche de concept-cars révélés est là pour vous en convaincre. Nissan ne fait pas exception à la règle, et présente l’IDS Concept, qui pourrait bien préfigurer la nouvelle génération de Leaf.

Si la Leaf (essayée par Rémy il y a quelques temps) a été l’une des premières à se lancer dans l’aventure de l’électrique, on ne peut cependant pas dire qu’elle brille par son design. Sa remplaçante, qui devrait pointer le bout de son museau d’ici deux ans, pourrait changer la donne. En tout cas, le concept-car IDS révélé à l’occasion du salon de Tokyo, est spectaculaire. La large calandre, comme sur les précédents concepts de la marque (GripZ, Sway), est de la partie, tandis que les phares arbore une signature lumineuse qui se prolonge jusque dans le pourtour des vitres.

Les lignes du capot et celles du bouclier sont sculptées. A l’arrière, les feux verticaux et le décroché particulier de la troisième vitre latérale (déjà vu sur la dernière génération de Nissan Murano) donnent du caractère à l’ensemble. Espérons que ces éléments se retrouveront sur les futures productions de la marque.
L’IDS (pour « Intelligent Driving System » ) profite d’une carrosserie réalisée en fibre de carbone, et sa faible hauteur (1,38 m) garantit sûrement une bonne aérodynamique.

A l’opposé de l’extérieur, l’habitacle fait quant à lui dans la sobriété. Plus de boutons : l’ère du tactile semble enclenchée. Les boiseries claires et la couleur beige des sièges contribuent à cette sensation de zénitude, et le pédalier rétro-éclairé fait son petit effet.

Cela étant, c’est bien techniquement que l’IDS concept est intéressant. Bien sûr, il est électrique, et jouit d’une batterie de 60 kWh (Nissan n’en dit pas plus). Mais son cheval de bataille est la conduite autonome. Le (petit) volant peut ainsi disparaître, et laisser place à un écran par le biais duquel « l’ex-conducteur » peut paramétrer ses préférences de conduite. Il pourra ainsi discuter avec les passagers compte-tenu du fait que les fauteuils peuvent se tourner vers le centre de l’habitacle. Un interrupteur permet au pilote de reprendre les rênes, et de désactiver la conduite autonome.

Nissan paraît ainsi vouloir rejoindre le clan des constructeurs automobiles s’intéressant à la conduite autonome. Néanmoins, un tel dispositif semble bien difficile à introduire en série à court-terme. On pourra se consoler en espérant que la future Leaf s’inspirera du design de cet IDS.

Source : Nissan.