Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Nissan 370Z : Petites mises à jour cosméto-mécaniques pour le modèle 2018

Née il y a 9 ans déjà, la Nissan 370Z approche de sa fin de vie et pour que le départ vers la retraite se passe bien, le constructeur de Yokohama apporte quelques petites modifications à son modèle. Digne descendante de la 350Z mais aussi solide héritière de la lignée des 240, 260, 280 et 300 Z ou ZX, la sportive de Nissan bénéficie donc à l’approche du millésime 2018 de quelques petites évolutions qui touchent aussi bien le style extérieur que la partie mécanique.

Attention toutefois, le coupé 370Z standard est l’unique variante concernée par cette mise à jour 2018 car les versions roadster et Nismo restent inchangées tant dans leur design que dans leurs « entrailles ».

Ainsi cette 370Z reçoit des poignées de portes noires, ainsi que qu’un diffuseur arrière qui délaisse la couleur « carrosserie » pour devenir lui aussi noir. Les fonds des phares sont plus foncés, et à l’arrière les blocs optiques sont légèrement assombris. On note l’arrivée de nouvelle jantes alu en 19 pouces qui conservent la monte pneumatique actuelle (245/40 R19 à l’avant et 285/35 R19 à l’arrière). Elles délaissent la couleur « Gris alu » pour devenir Glossy/Black comme le veut la tendance du moment. On ne sait toutefois pas si ces jantes seront proposées de série ou en option sur le coupé « standard » ou si il faudra passer à la version Pack. Il serait toutefois dommage de délaisser les jantes RAYS pour un modèle plus commun.
Enfin une nouvelle livrée rouge très proche du Rouge Carmin Métallisé proposé au japon fait son apparition. On ne sait pas si ce nouveau rouge est une peinture Nissan Scratch Shield auto-réparante. A revoir avec le constructeur !

Du coté mécanique, l’évolution 2018 est à chercher du coté de la boite de vitesse manuelle et de son système d’embrayage. Nissan installe sur la 370Z un nouvel embrayage signé Exedy pour les exemplaires dotés de la BVM6. Si cette dernière est toujours équipée de la fameuse fonction talon-pointe automatique, elle est désormais accolée à un nouvel embrayage haute performance qui permet un changement des vitesses nécessitant moins d’efforts sur la pédale tout en améliorant la précision et la douceur dans le passage des rapports. Bien sur le différentiel à glissement limité est toujours de la partie sur ce coupé Nissan pour le plus grand plaisir des amateurs de conduite dynamique ou sportive.
Pour le reste, on retrouve l’excellent et chantant V6 3.7 L VQ37VHR dans sa version 328 ch à 7000 trs/min, 363 Nm à 5200 trs qui permet d’aller chercher sans peine la Vmax autolimitée de 250 km/h et d’abattre l’exercice du 0 à 100 km/h en à peine 5.3 secondes.

Pas d’évolution dans le cockpit prévu pour deux passagers mais on découvre que le coupé 370Z peut désormais s’équiper, en option, du système d’infotainment Nissan Connect Premium avec écran tactile sept pouces, caméra arrière, lecteur DVD et système de navigation alors qu’il était jusqu’à maintenant réservé aux versions Pack (option) et Nismo (série).

Nissan n’annonce pas d’évolution tarifaire, ce qui fait que la 370Z voit son prix d’accès toujours fixé à 32.900€ (hors option et hors malus écolo de 10.000€). Pour rappel et en restant dans le monde des coupés, aux environs de 32.000-33.000€, on trouve sur le marché la BMW 218i Coupé, la Mazda MX-5 2.0 L RF et la Toyota GT86, c’est à dire une concurrence à des années lumières en matière de sportivité et de performances.

NDLA : pour vous proposer plus d’images du coupé japonais, nous avons « mixé » des images de la version japonaise 2018 et des images de la version française ou européenne 2018. La version japonaise se singularise par une lèvre avant légèrement moins marquée, l’absence de becquet à l’arrière et par des poignées de portes « alu satiné ».
Le coupé Nissan 370Z de « base » est livré normalement avec des jantes de 18 pouces chaussées 225/50 R18 et 245/45 R18.

Pour retrouver notre essai du roadster 370Z, c’est par là.

Via Nissan.