Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

MotorVillage : retour sur l’exposition Per l’Amore della Corsa

Cet automne, avant les fêtes de fin d’année, le MotorVillage mettait à l’honneur les voitures de course mythiques qui ont marqué les esprits lors des 1000 Miglia de la boucle Brescia-Rome-Brescia et sur les pentes du Massif des Madonies de la Targa Florio en Sicile. Cette exposition intitulée Per l’Amore della Corsa intégrait également une série de clichés du photographe Giacomo Bretzel qui nous replongent dans l’univers de ces courses épiques.

La Targa Florio et les 1000 Miglia à l’honneur

Dès la première édition des Mille Miglia, Alfa Romeo est au départ en 1927 et décroche une septième place avec l’Alfa Romeo RL SS MM. Le début d’une belle histoire, qui se ponctuera de onze victoires en 24 participations.

Après guerre, voici les années 1950 et la Fiat Abarth 750. Fidèle à ses créations, Carlo Abarth développa cette version avec Zagato pour transformer la Fiat 600 en voiture de course prête à gagner. Elle est alors propulsée par un moteur quatre cylindres en ligne développant 47 chevaux. Cette version se démarque par son double bosselage sur la pavillon, véritable signature de Zagato.

Maserati n’est pas en reste avec la Tipo 63 V12 qui évoluait au sein de la Targa Florio de 1961. Cette sublime ligne rouge était également appelée birdcage ou cage d’oiseau en raison de son innovante structure tubulaire entourant un moteur V12 de 3 litres.

Mais revenons au Biscione. En 1973, l’Alfa Romeo 33 TT 12 réalisait ses premiers tours de roue à Spa avec Rolf Stommelen et Andrea de Adamich au volant. L’athlète italien a ensuite gagné les 1000 km de Monza et a terminé le championnat à la deuxième place. Ce monstre était propulsé par un moteur 12 cylindres à plat de 3 litres développant pas moins de 500 ch. Les victoires ont été rendues possibles grâce au couple moteur / châssis tubulaire qui optimisait la répartition des masses, avec une position de conduite optimisée. Résultat, elle remporte le championnat  du monde des constructeurs en 1975 et décroche la victoire lors de la Targa Florio.

Aujourd’hui les voitures de course se font plus rares pour ces mythiques marques automobiles.  Alfa Romeo revient en F1 certes, mais le groupe se détourne peu à peu des grands championnats. Heureusement les modèles sportifs de série ne désertent pas les showrooms et nous pouvons toujours les retrouver au Rond-Point des Champs-Elysées à Paris.

Crédit photos : Fabien Legrand – The Automobilist