Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Mondial 2016 : le Groupe VW expose en avant-première…

… à la Fondation Louis Vuitton (Paris XVI), au cœur du Bois de Boulogne. C’est la traditionnelle soirée « média » du Groupe Volkswagen qui invite, pour l’ensemble de ses 13 marques, des journalistes du monde entier à découvrir les nouveautés présentées en avance. Cette année avait une saveur particulière, celle de l’anniversaire du Diesel Gate, et de ce qui arrive ensuite : la Stratégie 2025.

Avec le concept I.D. et la digitalisation de ses activités, le Groupe VW entend défricher les pistes principales de son futur : le véhicule électrique, le véhicule autonome ainsi que la révolution des IHM et des modes de conception des véhicules. Au point d’en faire une treizième marque pour le groupe, dédiée au commerce de services de mobilité. Sans jamais le nommer, mais toujours en sentant son poids, le Diesel Gate subit par le premier groupe auto mondial a entraîné par son souffle judiciaire et réputationnel le management dans une sphère de changement.

Ainsi, d’ici 2025, sont annoncés 30 véhicules électriques, 17 plug-in hybrides, et une stratégie de digitalisation prête pour les 2 prochaines décennies. Un partenariat avec l’application Gett, pour des taxis commandés par smartphone, rejoint cette idée que demain, on pourra être client VW sans posséder de VW, mais en recourant à un service qu’ils ont créé ou qu’ils gèrent. Idem pour Audi qui a signé des accords avec Baidu, Alibaba et Tencent en Chine. L’on apprend aussi que le design (esthétique mais aussi conceptuel) est au centre de leurs efforts… Même si l’on doute que cela vienne à révolutionner les lignes répétitives et redondantes des productions du groupe.

Chamboulé dans ses persuasions, le Groupe VW commence sa mue vers les nouvelles mobilités donc… et imagine son futur. Pour manager cela, un « Conseil de la Durabilité » (Sustainability Council) sera nommé avec 9 membres internationaux en provenance des sciences, de la société civile, de la politique. Il aura un rôle de conseil auprès du Conseil de surveillance à la fois sur la protection de l’environnement, la RSE, l’éthique le développement durable, et sera bâti à la fin du mois d’octobre. Une initiative à suivre, tant les comités « consultatifs », « théodules » et autres experts ne sont hélas rassemblés que pour valider des stratégies sont monnaie courante…

Pour autant, comme le dit Matthias Müller, si « le futur est électrique, mais pourtant les moteurs classiques vont continuer à jouer un rôle clé dans les prochaines décennies. Nous allons pousser à l’évolution des moteurs Diesel et essence et nous progresserons dans le même temps dans les nouvelles technologies. » Ce n’est qu’à la fin du Communiqué donné à la presse que l’on apprend, toujours par la voix de M. Müller, que « le Diesel est et reste un virage essentiel, un pivot dans notre histoire. Nous sommes entrain de travailler avec toutes nos ressources pour remonter aux sources de cette crise et de toutes ses conséquences. Nous avons fait des progrès ces derniers mois. Cependant, dessiner un futur durable pour Volkswagen est au moins aussi important ». Une façon de ne pas lancer le générique de fin tout en indiquant bien pourtant la sortie de la salle de cinéma…

Avant de penser le futur, il y a le présent. Un présent qui, c’est amusant, est à bien des lieues de ce futur. Les SUV Seat Ateca et Skoda Kodiaq y faisaient leur première présentation française, de même que l’Audi A5 Sportback et la Porsche Panamera e-Hybrid ou bien encore la Lamborghini Centenario. Une Bugatti Chiron venait, sur son plateau au milieu du bassin de la Fondation Vuitton venait apporter un contrepoint quelque peu magique, comme l’image d’un Groupe suspendu dans le temps, entre deux rives.

Crédit photo : François M. – The Automobilist