Le Nouvel Automobiliste

Mini John Cooper Works GP Concept : surenchère (galerie, vidéo)

Encore un article sur la Mini ! Eh oui, après l’étude de Mini électrique présentée la semaine dernière, et notre essai de la Mini Clubman JCW, parlons à présent de la Mini John Cooper Works GP. Un concept-car annonçant une future déclinaison sportive de la petite anglaise.

MINI-John-Cooper-Works-GP-Concept

La Mini John Cooper Works GP Concept annonce la couleur…

Des spoilers avant et arrière surdimensionnés, des ailes on-ne-peut-plus élargies, des boucliers (très) ajourés : impossible de dire que cette Mini John Cooper Works GP Concept ne se différencie pas d’une Mini « classique » . Même la version John Cooper Works « tout court », au catalogue depuis le printemps 2015, paraît être un enfant sage à côté.

Non, les designers de Mini n’y sont pas allés de main morte pour transformer la Mini en ce qui semble être un véritable missile. Pour continuer l’énumération au sujet de l’esthétique de la voiture, les jantes sont estampillées « GP », les feux reprennent le motif « Union Jack » de ceux de la Mini Electric Concept… Bref, c’est voyant, criard, et finalement… démesuré. Soit on aime, soit on n’aime pas du tout.

A l’intérieur non plus, la Mini John Cooper Works GP Concept ne fait pas dans la demi-mesure. La banquette arrière n’existe plus. Même le pavillon de toit a été enlevé pour gagner quelques kilos sur la balance, tandis que des sièges baquets prennent place à l’avant.

… Mais pas les specs !

Avec autant de « gueule », vous attendez sans doute les spécificités techniques de la voiture. Et celles-ci laissent rêveur… car Mini, ne les dévoile pas ! Nous ne connaissons en effet pas la motorisation utilisée, ni le poids, ni la puissance, ni le 0 à 100 km/h… Il va falloir les imaginer, en espérant que Mini livre ces informations au salon de Francfort (ouvert à partir du 12 septembre). En attendant, il est bon de rappeler que la dernière Mini JCW a sous le capot un 2.0 Turbo, essence, 4 cylindres, à injection directe développant 231 ch (extrapolé de la Mini Cooper S et ses 192 ch).

Elle passe de 0 à 100 km/h en 6,3 secondes (avec la boîte manuelle à 6 rapports), et en 6,1 secondes si la boîte automatique (également à 6 vitesses) a été choisie. Nous pouvons ainsi supposer que la déclinaison de série de la Mini JCW GP reprenne le moteur 4 cylindres, tout en gagnant des chevaux. Pour atteindre la barre des 250 ch ? Ou peut-être moins, après tout : l’ancienne itération de la Mini John Cooper Works GP, lancée en 2012, ne développait que 7 chevaux de plus que la Mini JCW « de l’époque », soit 218 ch. Mais les réglages du châssis, largement optimisés, et l’allégement du poids, ont permis de bien marquer la différence, et même de réaliser un temps de 8,23 minutes sur la boucle nord du Nürburgring.

En gris, l’actuelle Mini John Cooper Works (cabriolet). En noir : l’ancienne Mini JCW GP, de 2012.

Le temps nous le dira. Toujours est-il que cette déclinaison radicale devrait être limitée à 2000 exemplaires (comme l’ancienne), et commercialisée à un tarif salé (une Mini JCW coûte aujourd’hui, au minimum, 33100 €). Aussi, nous ne devrions pas voir la version de série avant 2018 ; Mini préférant d’abord présenter les versions restylées des Mini « normales », sans doute d’ici la fin de l’année.

Ci-dessous, la Mini John Cooper Works Concept en vidéo :