Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Mercedes-Benz Classe E Break : Élégance, luxe… et un peu moins de déménagement

C’est une tradition à Stuttgart en ce qui concerne les Classe E, leur dérivé break se doit de répondre à des exigences importantes en terme de capacité de chargement. Le nouveau dérogera-t-il à la règle en misant un peu plus sur une élégance indéniable à l’extérieur ? Revue de détail de cette nouvelle Classe E Break.

Mercedes-Benz E-Class Estate (BR 213), 2016Il faut bien le dire, au premier regard posé sur l’engin on est plutôt agréablement surpris par ses proportions générales assez bien maitrisées qui confèrent à cette grande routière une réelle élégance, une belle prestance et même un dynamisme certain. L’effet sac à dos n’est cependant pas totalement supprimé et le porte-à-faux généreux à l’arrière n’est pas des plus discrets mais l’ensemble est allégé autant que possible visuellement via le traitement de la vitre latérale (identique à celui de la Classe C Break), par les feux étirés en largeur et flanqués au dessus d’une barrette chromée (comme sur le GLC) ou encore par les grosses roues. Tout cela laisse néanmoins présager, et c’est tant mieux puisque c’est le but, d’un excellent volume de chargement à même de transporter aisément votre armoire Normande.

Mais peut-être serait-il ici plus approprié de parler de buffet Louis XV car ce qui impressionne le plus dans cette version c’est le luxe dont le coffre bénéficie lui aussi, à l’instar du reste de l’habitacle. Avec l’intérieur clair et les décors en boiserie l’intérieur de ce grand break fait irrésistiblement penser à l’univers du nautisme et se donne des airs de yacht. Mais, si visuellement tout cela flatte efficacement l’œil, contre toute attente notre break Classe E est en régression par rapport à son prédécesseur puisque son volume de coffre passe de 695 à 670 litres et qu’une fois tous les sièges rabattus le volume maximal n’atteint plus que 1820 l contre 1950 auparavant.

Quoi qu’il en soit, avec ces 1820 l, la Classe E continuera à toiser sa concurrente directe d’Ingolstadt (A6 = 1680 l) et à toiser plus 10 litres sa concurrente directe de Munich (Série 5 = 1670 l). Mais elle ne fera rien d’autre que de se montrer discrète face à une concurrente (très) indirecte puisque la Skoda Superb fait mieux (1950 l).Mercedes-Benz E-Class Estate (BR 213), 2016La modularité est classique mais efficace avec une banquette rabattable électriquement depuis le coffre ou sur les sièges eux-mêmes selon un schéma 40/20/40 ainsi qu’un dossier qui peut se redresser d’environ 10 ° pour ainsi gagner 30 litres de contenance sans amputer l’espace des passagers. Mais surtout Mercedes-Benz annonce une version à 7 places, sans prendre trop de risques cependant puisque le communiqué précise bien « pour les enfants », d’ici la fin de l’année. L’accès au coffre se fait par un hayon électrique ouvrable en passant son pied sous le pare-choc, et, petit détail en plus, le cache-bagage se relève lui aussi automatiquement. Il est enfin possible de configurer son chargement de manière optimale via des packs en option permettant le maintien.

Rien ne change naturellement ni pour le reste de l’habitacle, ni pour les équipements particulièrement nombreux et high-tech, ni surtout pour la gamme de motorisation proposée au lancement. Cette dernière est la même que pour la berline (retrouvez son essai ici) avec des blocs diesel 4 ou 6 cylindres allant de 150 à 258 ch et des blocs essence de 184 à 333 ch.

Un petit bonus est également offert puisque le break est immédiatement proposé dans sa version 43 AMG. Le V6 biturbo développe ici 401 ch et 520 Nm, de quoi déménager vite et bien…Mercedes-AMG E-Class Estate (BR 213) 2016Pas encore d’informations sur les tarifs ni sur la commercialisation mais nous en saurons plus rapidement.

Via Mercedes