Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Maserati : la Quattroporte au lifting

Commercialisée en 2013 la grande Maserati Quattroporte, 6e du nom, s’offre un petit lifting histoire de rester dans le coup et surtout de poursuivre une carrière assez réussie.

Maserati Quattroporte FL 2016 001En effet, d’après Maserati, ce ne sont pas moins de 24 000 Quattroporte qui ont trouvé preneur depuis un peu plus de 3 ans. Il faut dire que la grande berline était très attendue et marquait le début d’un renouveau de la marque au trident avec, enfin, un habitacle un peu plus en adéquation avec le standing du segment.

Avec ce restylage cette politique se poursuit. A l’extérieur on remarquera tout particulièrement le remaniement de la calandre qui s’avère du coup plus démonstrative. Les baguettes verticales chromées la font ressortir plus nettement. C’est peut-être un peu moins discret et classieux mais c’est bien plus en adéquation avec le récent Levante et cela donne une identité visuelle voulue plus forte et, surtout commune, à la marque. Le bas de pare-choc est également redessiné selon deux modèles (on y revient plus loin) mais les optiques sont inchangées et ne s’équipent toujours pas de la technologie LED. De profil les rétroviseurs ont été retouchés très légèrement tandis qu’à l’arrière les modifications, encore plus discrètes, ne concernent que le pare-choc.

A l’intérieur les retouches sont là aussi très parcimonieuses. Elles sont concentrées avant tout là où cela était nécessaire c’est-à-dire sur le système multimédia. Ce dernier est totalement modifié, très bien intégré dans le dessin général de la planche de bord il allège encore globalement celle-ci, en particulier parce que le nouvel écran tactile HD de 8,4 pouces ne compte plus qu’un très fin rebord. En revanche, juste en dessous, les boutons qui permettent de contrôler la climatisation apparaissent un peu moins originaux et plus grande série. Encore un peu plus bas le tunnel central accueille un nouveau bouton rotatif derrière le levier de vitesse pour régler différentes fonctions. Pour le reste, de nouvelles selleries et de nouveau inserts sont disponibles pour créer un intérieur chaleureux, distingué, épuré ou sportif… selon vos goûts. Et il y a de quoi faire, même le pire, au catalogue.

Maserati propose deux finitions sur ses modèles qui doivent immédiatement permettre de définir une sorte de philosophie du véhicule. Avec une finition GranLusso c’est vers le luxe que l’on se tourne aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Cette ligne adopte une face avant un peu moins agressive dans sa partie basse et les quatre sorties d’échappement sont rondes. Mais si vous êtes plus « sport » c’est vers la finition GranSport qu’il faut vous tourner. Elle bénéficiera alors de cette face avant spécifique comprenant des ouvertures latérales plus larges, de jantes de 21 pouces et de sorties d’échappement trapézoïdales…

Côté motorisations la Quattroporte s’appuie toujours sur des 6 et 8 cylindres en V en essence et sur un V6 en diesel. C’est ce dernier qui constitue l »entrée de gamme ; d’une cylindrée de 3 l il développe 275 ch et 600 Nm. En essence le V6 3 l 350 ch ne sera pas disponible sur le marché français et il faudra donc se tourner (quel dommage) vers la version 410 ch. Enfin, tout en haut, de la gamme le V8 3,8 l biturbo d’origine Ferrari fort de ses 530 ch et 710 Nm de couple affiche des performances de tout premier plan : 0 à 100 en 4,7 s et 310 km/h en pointe. Toutes les versions sont couplées à une boîte automatique à 8 rapports d’origine ZF.

Les tarifs n’ont pas encore été annoncés.

Via Maserati