Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Lotus Elise Race 250 : Ange et démon

On connaissait les Lotus Elise et Exige et leurs multiples séries spéciales variant en fonction les pays, Cup, Race, et même 2-Eleven, entre autres. Voici la version pistarde de l’Elise la plus affûtée du catalogue : la Race 250.

Quand on connaît la version de base et ses 136 ch, il y a déjà de quoi s’amuser à bord de l’Elise, considérée comme la plus pure incarnation du célèbre dicton prononcé par le fondateur de Lotus, Colin Chapman : « Light is right ». Et bien voici à l’autre bout de la carte la plus radicale de toutes les Elise  : l’Elise Race 250.

A quoi voit-on que c’est une pistarde ? A sa dotation aérodynamique, pardi ! Le châssis en aluminium (68 kgs à vide seulement) accueille de nouvelles pièces en fibre de carbone : discrète lame avant, démentiel extracteur d’air, panneaux opaques en guise de feux avant, jantes en alliage forgé ultra-légères de 16 pouces à l’avant et 17 pouces à l’arrière, surfaces vitrées en polycarbonate, et aileron fixe. En clair, comme dirait la célèbre expression, la Cup 250 « n’est pas là pour beurrer les biscottes ».

Dans le détail technique, l’Elise Cup 250 reçoit des amortisseurs entièrement ajustables fournis par Nitron et Eibach, ainsi que de nouveaux étriers de freins, des AP Racing à l’avant et des Brembo à l’arrière.

A bord, si l’Elise était déjà presque dénuée de tout équipement de confort, la Cup 250 atteint le néant en termes d’équipements de confort et cantonne son propriétaire à son seul rôle de pilote : baquet de course en fibre de carbone avec harnais 6 points, volant escamotable, arceau cage « FIA approved », extincteur … tout y est !

Son alter ego sur route revendiquait déjà ce titre avec un bloc moteur identique à celui de la Race. En effet, associé à une boite manuelle à 6 rapports, le moteur 1.8 L d’origine Toyota de l’Elise S passe de 220 à 246 ch pour 250 Nm de couple maxi et envoie le petit bolide anglais de 0 à 100 en 4.3 secondes et jusqu’à la Vmax de 243 km/h. De toute façon, la Vmax n’a jamais été sa vocation première : ma chère Elise, on te pardonne. Au contraire, les 246 ch de l’anglaise passent au sol via des pneus semi-slicks (merci, Yokohama) et une caisse légère de seulement 931 kg ! Et vendue sans toit, la sportive se fait encore plus légère et le hard-top est relégué aux options.

Avec cet attirail de guerre, on imagine l’Elise Cup 250 être une bête de course : cela se confirme via un chrono de 1:33.5 sur le circuit d’essai de la marque à Hethel (GB). Soit une demi-seconde de moins que son homologue sur route, pourtant dotée du même moteur ! Le titre de Lotus Elise la plus véloce revient donc à la Race 250.

Au rayon des options, seuls deux éléments retiennent notre attention : le Carbon Aero Pack, composé de tous les éléments en fibre de carbone indiqués plus haut (- 10 kgs), et, plus cocasse, une batterie lithium-ion (- 10 kgs).

Abordons enfin le sujet qui fâche : le tarif. En prenant comme base l’Elise Cup 250, qui s’affiche au prix de 61 620 € hors taxes en France, la Race 250 s’échange à 63 830 €, soit un supplément de 2 210 €.
Son arrivée au catalogue coïncide sur le plan historique avec les 50 ans de la marque par son fondateur, Colin Chapman, lorsque celui-ci a déménagé son entreprise à Hethel dans le comté de Norfolk. Alors, ange ou démon ?

Via Lotus Cars.