Le Nouvel Automobiliste

Live Genève 2019 : Mercedes-Benz SLC Final Edition

Il est des séries limitées plus tristes que d’autres : la Mercedes SLC Final Edition en fait partie. Comme sa dénomination l’indique, elle marque la fin de carrière du roadster de Stuttgart. Et malheureusement, la SLC n’étant pas un SUV, aucune remplaçante ne pointe le bout de son nez, laissant le champ libre à la nouvelle BMW Z4 sur le segment. C’est triste mais puisque cette série limitée SLC Final Edition ne manque pas d’allure, on va faire le détour pour l’admirer pour vous !

Mercedes SLC, Ford Capri : même combat, c’est fini !

Alors que la Mercedes SLK, lancée en 1996 inaugurait, ou plutôt, réintroduisait les toits durs escamotables sur le marché, elle relançait alors la mode des roadsters. Mode sur laquelle Peugeot allait rapidement suivre avec son cabriolet 206 CC et le succès fulgurant qu’on lui connaît. Mais voilà, après 10 bonnes années, le marché des cabriolets et des roadsters allait rapidement se confronter à deux éléments : la crise et le fait que ces segments de marché obéissent à des effets de cycles, des modes… et que la clientèle préfère parfois se faire plaisir ailleurs que dans une voiture.

Après avoir connu le succès avec sa première SLK, après avoir lancé une seconde génération en 2004, reprenant le style « Formule 1 » de la SLR, puis l’avoir remplacée par l’actuelle et troisième génération, rebaptisée SLC lors de son restylage, Mercedes fait le choix de ne pas renouveler cet emblématique modèle. A noter pour l’anecdote que la première SLK avait servi de base à la Chrysler Crossfire, qui, malgré son style, n’a pas convaincu beaucoup de clients.

Le péril jaune

Alors revenons à cette série spéciale Mercedes SLC Final Edition. Si elle est également disponible en blanc polaire, noire obsidienne, gris sélénite et blanc diamant, on retiendra surtout cette splendide teinte jaune soleil, hommage appuyé à la teinte de lancement du premier SLK, le jaune Yellowstone.

Pour le look, on dispose du pack AMG, rehaussé de touches en noir brillant sur divers éléments (grille inférieure, poignées de portes, rétroviseurs), de la suspension sport (assiette abaissée de 10 mm), disques de freins perforés et des monogrammes spécifiques Final Edition.

A bord, une belle sellerie en cuir Nappa bicolore (noir / perle argent avec surpiqûres gris alpaga) vient garnir les sièges et se singularise par un grain « façon carbone » sur divers empiècements. Tandis que le tableau de bord se pare d’aluminium, les sièges se dotent du pack memory, d’une fonction chauffante et surtout, de l’Airscarf qui ne vous donnera aucune excuse pour ne pas ouvrir le toit rigide escamotable de ce SLC.

Disponible avec toutes les motorisations de la gamme, voici les tarifs du SLC Final Edition :

  • SLC 180 (156 ch) : 41 536 €
  • SLC 200 (184 ch) : 46 534 €
  • SLC 300 (245 ch) : 52 633 €
  • SLC 43 AMG (V6 390 ch) : 65 045 €

Mercedes-Benz SLC Final Edition en photos