Le Nouvel Automobiliste

L’étrange Citroën C6 Lignage du salon Automédon

Les études de style de Citroën peuvent-elle encore réserver des surprises ? En 2019, la réponse est oui ! On l’a vu lors du Centenaire à la Ferté-Vidame, avec la présence de l’inédite 2CV 2000, et cela se vérifie encore cet automne avec la découverte d’une étrange version de la Citroën C6 Lignage. Le concept-car présenté au salon de Genève 1999 n’avait-il pas déjà dévoilé tous ses secrets ? Rien n’est moins sûr…

Citroën C6 Lignage : revenons 20 ans en arrière

Nous sommes à la fin du siècle et Citroën, label (la belle ?) endormi(e) du Groupe PSA, commence seulement à se réveiller. Un succès populaire se profile avec le Xsara Picasso, et surtout une série de concepts-cars augure d’un festival de style dans les années 2000. Marc Pinson, designer de la C6 Lignage, raconte dans le livre Concept cars et prototypes d’études Citroën de Christophe Bonnaud, « Jean-Martin Folz et Robert Peugeot ont ouvert une nouvelle séquence chez Citroën avec une forte volonté de faire respirer l’entreprise ».

Dont acte : au Mondial de Paris 1998, Citroën dévoile avec la C3 Lumière celle qui deviendra sa meilleure vente, tandis que six mois plus tard apparaît une grande berline au salon de Genève 1999. Baptisée C6 Lignage, ses lignes tendues rappellent la CX et font espérer une descendance flamboyante la XM. Surtout, le grand public l’ignore mais une troisième voiture doit compléter le triptyque : la C4 Volcane, aussi appelée CURV pour Coupe Utility Rapid Vehicle. Elle ne sera jamais dévoilée afin de ne pas éventer la stratégie design des chevrons ni les idées de la marque pour sa prochaine compacte, qui ne sera lancée qu’en 2004.

Tout cela a un prix : le programme de la C4, codé en interne B5, est jugé plus prioritaire que X6, le code projet de la C6, dont le développement est par conséquent retardé avec une date de lancement reportée à 2005. Ainsi va la stratégie, et la C6 Lignage d’incarner, pendant 6 ans, les espoirs des Citroënistes. Dommage, si elle avait été lancée dès 2003/2004, la C6 et ses innovations (vision tête-haute, capot actif…) n’en aurait été que plus impressionnante encore…

Des détails spécifiques pour une maquette inédite

Revenons au salon Automédon : pour le centenaire des chevrons, les organisateurs avaient prévu plusieurs animations. Une randonnée au matin en Citroën d’avant-guerre, sur laquelle nous reviendrons, et de larges plateaux d’exposition trônaient dans les allées, que nous vous invitons à (re)découvrir dans notre article. Parmi celui consacré aux concept-cars se trouvait la C6 Lignage. Ou plutôt devrait-on dire « une » C6 Lignage car elle diffère quelque peu de l’étude présentée voilà 20 ans à Genève !

Le diable ne niche dans les détails et les voici :

  • les rétroviseurs : absents sur l’étude de 1999, présents sur celle d’Automédon
  • l’aileron arrière : rétracté en 1999, fixe en 2019
  • l’ouverture des portes : antagoniste en 1999, conventionnelle en 2019
  • le pavillon vitré : il était percé de 5 ouvertures en chevrons en 1999, de seulement 2 en 2019.

A vous de comparer en images les 2 C6 Lignage :

Ce ne sont peut-être que des détails pour vous mais pour le style Citroën, cela ouvre une nouvelle question : d’où sort cette maquette « bis » ? Est-ce une pré-maquette de validation avant l’étude finale de 1999 ? Est-ce au contraire une maquette post-salon afin d’assurer la direction de Citroën de la capacité à traduire la C6 Lignage en modèle de série ? Marc Pinson raconte ainsi dans le livre de C. Bonnaud qu’il y eut une compétition interne après le Salon de Genève pour créer la « vraie » C6. Il suivit alors la recommandation de Robert Peugeot selon laquelle « il fallait changer le moins de choses possible du concept-car [car] il n’était pas question de le pervertir pour faire la voiture de série ». Et c’est ainsi, surtout, que la C6 finale resta si proche de la C6 Lignage.

Les visiteurs du salon Automédon auront en tout cas eu la (quasi) primeur de découvrir une Citroën inédite (en réalité exposée discrètement au Conservatoire depuis quelques années). Une curiosité du style Citroën dont on espère qu’elle n’est pas la dernière !

Photos : Le Nouvel Automobiliste – Citroën

Curiosité complémentaire : la C6 Lignage japonaise

Curiosité complémentaire, qu’on doit au blog Zoom auto, la présence au Japon d’une « C6 Lignage » originale. La grande Citroën y fut commercialisée et dotée en 2010 d’un restylage mais dès 2007, elle recevait une série spéciale Silver Style Edition de teinte grise avec V6 essence. Il semble que ce soit de cette base qu’un propriétaire japonais soit parti pour donner un côté « CX » à sa voiture avec roues arrière carénées, jantes pleines ou encore chevrons « historiques » ça et là. Les puristes crieront au scandale mais il n’en demeure pas moins que l’opération ne manque pas d’originalité !