Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Les voitures des équipes du Tour de France 2017

Le Tour de France n’est pas que la plus grande course cycliste au monde. C’est aussi un défilé quotidien de 4000 personnes et d’un bon millier de véhicules sur les routes, pendant trois semaines. Et quels véhicules ! Certains sont exubérants comme les chars de la caravane ou les autocars des équipes. D’autres plus discrets, à l’image des voitures des équipes, dites « voitures suiveuses ». Découvrons ensemble le plateau 2017 !

Nous n’eûmes hélas pas autant de temps qu’en 2015 pour détailler chaque véhicule d’équipe. Cependant, nous avons pu approcher à la fin de l’étape menant à la Station des Rousses les voitures des différentes équipes engagées cette année.

Des breaks pour faire un Tour de France

Au programme, toujours des breaks, la carrosserie la plus pratique pour porter une galerie avec vélos en toiture, mais l’on remarque un penchant vers le premium. Côté Movistar, l’équipe est historiquement équipée de Volvo mais reçoit cette année la dernière-née du constructeur, la V90 Cross Country. Et chez Sunweb, l’équipe du grimpeur Warren Barguil, c’est en BMW Série 2 Active Tourer que l’on vient en assistance aux coureurs.

Partenaire auto du Tour depuis 2004, Skoda est bien sûr très présent dans les voitures suiveuses. Katusha, Lotto Soudal et FDJ roulent en Superb et Octavia Combi. Idem pour Dimension Data et bien sûr toute l’organisation ASO. Si Christian Prudhomme roule toujours en Superb Rouge Corrida, l’encadrement notamment de la caravane a reçu les dernières Octavia restylées.

Des valeurs sûres

Année après année, deux constructeurs semblent s’imposer parmi les voitures suiveuses : Ford et Volkswagen. Le premier est partenaire de l’équipe Sky de Christopher Froome. Il en profite pour placer des Edge et Tourneo Custom dans les rangs de l’équipe anglaise. Le bus est lui fourni par Volvo. Le rival du britannique, le français Romain Bardet, roule lui aussi en Ford avec des Mondeo SW Vignale avec son équipe AG2R-La-Mondiale.

Remarquons que l’équipe Bora ne s’est toujours pas tournée vers Volkswagen (comme fut le nom de cette Golf tricorps !), et continue d’utiliser un ancien Ford S-Max. Puisque l’on évoque Volkswagen, les Passat SW et surtout les Transporter continuent d’avoir des fans dans le peloton. Ainsi de Cofidis, Astana ou de Bahrain Merida… Mais pas de Trek Segafredo, qui roule en Trafic.

Quelques originalités

N’allons pas croire cependant que le paysage des voitures suiveuses est monotone. Ainsi, l’équipe Wanty qui roule en Citroën C5 Tourer, comme le fit naguère l’équipe Tinkoff. Ou l’équipe Direct Energie, qui a conservé du temps où elle s’appelait Europcar sa préférence envers Toyota et notamment l’Avensis SW ! Et côté fidélité, remarquons aussi l’équipe Orica Greenedge, toujours en Mégane III Estate depuis 2015.

La fidélité est aussi cultivée côté Quick-Step envers Peugeot. L’équipe Belge roule ainsi en lionnes depuis une décennie, et le 5008 de l’équipe est toujours là à l’arrivée. Pour la nouvelle équipe UAE Emirates, on pouvait s’attendre à un choix original et celui du Mitsubishi Outlander PHEV, seul modèle hybride du plateau, l’est. Cependant il s’agit d’un prolongement de l’équipement en Mitsu’ de la précédente structure de l’équipe, du temps où elle s’appelait Lampre.

Et les autres voitures suiveuses ?

Mais il n’y a bien sûr pas que les voitures des équipes comme modèles quasi conventionnels, sur la route du Tour. On trouve évidemment aussi les voitures sponsors ou média, celles de VIP ou des divers invités. Nous en avons croisé de nombreuses, avec toujours des Skoda et Transporter, mais aussi la C5 berline de RTL pour Laurent Jalabert. Restent que les plus originales sont les 2CV de Cochonou mais celles-là, on va en reparler tout bientôt…

Crédit photo : The Automobilist