Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Les grandes ambitions de Renault en Chine

Renault vient d’officialiser son plan de croissance sur le marché chinois. Objectif pour les 5 prochaines années avec son partenaire Dongfeng, atteindre les 400.000 ventes, les 400 points de ventes et proposer une gamme de 9 modèles, dont un tiers sera électrique. Le Losange compte ainsi multiplier par près de 10 sa production en 5 ans ! Une ambition qui se complète à la récente coentreprise annoncée entre Renault et Brillance – Jinbei dans le domaine des utilitaires… Voyons ces objectifs en détails.

Dongfeng Renault vise les 400.000 ventes pour 2022

D’une centaine aujourd’hui, les points de ventes de Dongfeng Renault seront 400 d’ici 5 ans. Cette présence dans l’Empire du Milieu sera nécessaire pour atteindre les 400 000 unités produites par an par Dongfeng Renault. C’est une marque près de 7 fois supérieure au résultat actuel, qui voit la co-entreprise avoir dépassé le 30 octobre les 60.000 ventes en 2017 -son objectif de l’année.

Pour réussir à séduire la clientèle chinoise, Renault compte passer de 2 à 9 productions locales, dont 3 modèles électriques, ce afin de suivre les deux tendances majeures du marché. Quand on sait que l’usine actuelle de Wuhan est dimensionnée pour 150.000 unités annuelles, il apparaît clair que DRAC (Dongfeng Renault Automotive Corporation) devront ouvrir a minima une nouvelle usine.

Croissance aussi du côté des utilitaires

Le Losange compte aussi séduire les professionnels, et reproduire le succès européen qui le voit être leader des véhicules utilitaires depuis près de deux décennies. Ainsi, ce sont 150.000 utilitaires qui devraient être vendus annuellement d’ici 2022, au sein de la co-entreprise Renault-Brillance, pour un total de 550 000 voitures au Losange vendues en Chine. En parallèle, la part de véhicules importés ne sera plus que de 10%.

Ainsi préparé, le plan de Renault en Chine est totalement en ligne avec les ambitions de croissance durable du Groupe au niveau mondial, ainsi que présentées récemment par Carlos Ghosn son P-DG. Même si l’identité des modèles à venir sur place n’est pas révélée, il est possible que le Duster, la Kwid, ou encore la Mégane Estate rejoigne le marché chinois, de même qu’un futur SUV intermédiaire entre le Captur et le Kadjar.

Renault, un acteur arrivé sur le tard en Chine

Après une longue période d’absence sur le premier marché automobile du monde, Renault s’est implanté en Chine en 2015. Dans son usine de Wuhan, le Losange produit les Kadjar et Koleos, la seconde génération de ce dernier ayant été présentée et lancée en premier sur ce marché. Il faut dire que l’usine actuelle n’est censée produire que des SUV, tandis que le reste de la gamme comporte des modèles importés d’Europe et de Corée du Sud : Mégane R.S., Captur, Fluence. Le dernier modèle attendu pour l’heure est l’Espace, produit à Douai.

Demeure enfin une rumeur, toujours pas éclaircie : celle d’une seconde vie de la Fluence Z.E. dont un prototype au logo de Dongfeng avait été croisé il y a un an. Verra-t-elle le jour ou non ? Rien de neuf pour l’instant.