Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Le Tour Auto 2017 : En direct depuis l’intérieur de la course (Jour 6)

Cette semaine, est celle du Tour Auto Optic 2000, celle que nombre de passionnés à travers la France attendent depuis un an déjà. Si notre ami Laurent vous a fait suivre la Targa Florio Classic durant ces derniers jours, c’est Erwin et Thomas, que nous vous avons présentés lundi matin, qui vous font maintenant vivre leurs aventures du Tour Auto tout au long de cette semaine du 24 au 30 avril 2017.

Restez à l’affut car chaque jour, un petit récapitulatif de la dernière journée de course vous attend ! À lire ou relire, le récit des précédentes étapes :

Jour 6, Samedi 29 Avril : De Toulouse à Biarritz, la fin d’un périple

Toutes bonnes choses ont une fin n’est-il pas ? C’est hier soir et à Biarritz que se termina cette édition 2017 du Tour Auto Optic 2000. Entre quelques désillusions, une victoire bien méritée et des performances à saluer, que dire sur cette dernière journée de course et sur les classements finaux ?

Une spéciale, une cession circuit et deux dernières spéciales de nuit, telle était la journée qui devait établir les classements définitifs. C’est entre Toulouse et Biarritz que le duo Smith/Cottingham confirme sa domination, eux qui tinrent la première place en VHC depuis la première spéciale sortent grands vainqueurs de ce 26ème Tour Auto ! On saluera Caron et Giraudet qui, sur leur Cobra 289 luttèrent toute la semaine durant pour chiper cette première place au général, ce, jusqu’à sortir de piste lors de la dernière spéciale.

Bravo aussi à l’équipage Viard/Haquette qui remporte la catégorie des périodes G1 et G2. On ne peut que donner toutes nos félicitations au numéro 251, la Ligier JS2 DFV pour avoir su montrer aux trois Porsche 911 3.0 RSR qu’elle avait aux trousses que Ligier n’a de voiture sans permis que le nom ! Elle s’impose en effet dans la catégorie H1/H2/I. Quant à l’Indice de Performance, il est remporté par la Porsche 356 Pre-A de Penillard et Verlaine, juste devant la DB HBR5 des Laureau ! En régularité, c’est l’équipage argentin Hinrichsen/Mayo qui prend la première place avec la Maserati 200SI #3. Félicitations à Gaëtan Demoulin et Mathieu Sentis pour leur quatrième place avec la Peugeot 204 Coupé. Mais qu’en est-il de nos chers équipages 22 et 198 ?

Défi relevé pour Thomas et Doriane, enfin, surtout pour leur Fiat 600D ! Le numéro 22 a traversé la France sans encombre tout en faisant bonne figure au classement. En effet, cette dernière journée a confirmé le talent du jeune équipage qui pour une fois, fit bien mieux en spéciales que sur circuit. Malgré les pentes abruptes et le petit moteur de la piccolo Fiat, la première spéciale se clôtura par une 25ème place tandis que les cessions circuit à Pau-Arnos se terminèrent avec une 47ème place !

Mais le duo De Chessé/Raffin n’avait pas dit son dernier mot et les deux dernières spéciales de la semaines furent avalées avec efficacité mais surtout régularité puisque la Fiat prit la 29ème place de la première et la 27ème de la seconde. Au final, la plus petite auto de ce tour auto décrocha la 27ème place de la catégorie régularité, une performance bien honorable liée à une aventure humaine sans pareil. Que dire si ce n’est qu’ils ont relevé leur pari ?

Arriver au bout, c’est aussi un objectif atteint par Erwin et Olivier à bord de leur Lancia Fulvia ! Cette dernière journée fut marquée par cette envie de ne pas échouer si près du but, c’est pourquoi lors de la première spéciale, c’est un rythme sécurisant tout en étant relativement efficace qui fut adopté. Spéciale bouclée, il fut temps de partir pour de nombreux kilomètres à travers les montagnes pyrénéennes, passant notamment par les cols de Méré, Peyresourde et Aspin célèbres dans le milieu cycliste. C’est d’ailleurs dans ce cadre que l’équipage pu picniquer en compagnie d’amis Lancistes eux aussi, un œil sur le paysage, l’autre sur la route où passaient les copains. Vint l’heure de se lancer pour une dernière cession circuit à Pau-Arnos.

Erwin en Belge affirmé y reconnu quelques dénivelés lui rappelant ceux du circuit de Spa-Francorchamps, mais surtout, il prit plaisir au volant de la Lancia à hausser le rythme au fil des tours, amenant une nouvelle fois la belle jusqu’au bout. Encore quelques kilomètres de liaison avant Biarritz et les deux prochaines spéciales, de nuit cette fois. C’est la découverte d’une conduite tout à fait différente qui plut à notre duo de choc, mais une nouvelle fois, régie par la peur de l’accident, un malheureux événement que bien d’autres ne purent éviter malgré la fin imminente de ce Tour. « On est super contents d’être arrivés au bout, très heureux pour les associations que nous avons soutenus, ainsi que pour nos sponsors ! Et même si nous avons eu peu de soucis au final, notre assistance a fait du super boulot également ! Bref, on va maintenant essayer de ne pas sombrer dans un ‘Tour Auto’ blues, mais il est sûr que toutes ces images et ce vécu va nous rester gravé dans la tête assez durablement !« 

Pour notre part chez The Automobilist, c’est vous que l’on remercie, Thomas, Doriane, Erwin et Olivier ! Que dire si ce n’est que vos récits, vos images et vos aventures nous ont occupés et faits rêver toute la semaine, ce, jusqu’à laisser germer dans nos têtes, non pas un « Tour Auto’ blues » mais bien un « Tour Auto dream« … !

Crédits photos : Quentin Decorps, Doriane Raffin, Thomas de Chessé & Erwin Museur