Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Le retour de la Citroën C6 en Chine

C6 : une lettre et un chiffre qui depuis les années 30 signent le haut-de-gamme de Citroën. Si la première C6 fut l’une des dernières propulsions des Chevrons, la dernière C6 (2005-2013) fut la meilleure ambassadrice de la suspension hydraulique Hydractive 3. Pour sa troisième génération, la C6 se réinvente à nouveau : elle n’a plus de suspension hydropneumatique, et n’est commercialisée… qu’en Chine !

Nous vous en avions parlé très tôt sur le site, dès décembre dernier lorsque des photos espion étaient sorties dans la presse chinoise. Puis, au moyen de plusieurs fuites de dessins, et de photos d’une présentation interne. Bref, nous la suivions de près cette C6 car, une grande berline Citroën, ce n’est pas souvent ! La présentation de la C5 actuelle remonte à 2007, en Europe, et historiquement les grandes berlines chevronnées marquent leur temps :

– Traction Avant : 1934 – 1957
– DS : 1955 – 1975
– CX : 1974 – 1991
– XM : 1989 – 2000
– C6 : 2005 – 2013.

Avec la C6 « III », Citroën marque son changement de polarité : la nouvelle grande berline aux chevrons ne débarquera a priori jamais en Europe, et sera réservée au marché Chinois. Elle a tout d’une chinoise d’ailleurs puisqu’elle a été conçue en partie sur place, avec les équipes de Dongfeng-Citroën. Elle utilise les ressources de la joint-venture, avec une plateforme PF3 et une cellule conducteur issue de la Peugeot 508 (visez la portière), et une structure générale reprise de la Dongfeng Aeolus A9. L’ensemble du projet a été bien-sûr suivi par les équipes de Vélizy en Région Parisienne.

Elle n’en reste pas moins une « vraie » Citroën avec des éléments « chevronnés » : la calandre à double regard très large (les rieurs parleront de rasoir à 6 lames…), la lunette concave, l’espace aux jambes généreux à l’arrière, et une ergonomie originale à bord grâce à un écran centrale tactile bien intégré. Sellerie et parements du tableau de bord sont clairement inspirés de la bagagerie de luxe, avec des cuirs chocolat de bel aspect. Les parements en bois sont mat. Les passagers arrière bénéficient de deux places et d’un large accoudoir avec commandes, pour régler leur assise. Un toit ouvrant vitré est aussi de la partie.

Longue de 4,96 m, la nouvelle C6 est une vraie routière, et se place au-dessus de la C5. Elle est en cela l’héritière de cette génération de limousines Citroën, reines de la route qui inquiétaient les Mercedes Classe E ou BMW Série 5. En Chine, Citroën est installé depuis les années 1980, avec une usine à Wuhan où sera produite la C6. La marque a conquis avec la C5 actuelle ses titres de « convoyeur tout confort ». La C6 en est le prolongement logique. Il est aussi normal que Citroën réserve à son premier marché, là où il écoule 300 000 véhicules par an soit 25 % de ses ventes, la primeur de son nouveau vaisseau amiral.

Via Citroën