Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Le point sur le FIA WEC 2016

A moins de deux mois de la reprise du FIA WEC, les équipes s’agitent en coulisse. Il est l’heure de faire un petit point !

Février, ce mois de l’année où tous les fans de sport-automobile commencent doucement à entrevoir le bout du long tunnel de la trêve hivernale. La saison 2016 de FIA WEC promet de valoir son pesant d’or : les équipes de Porsche seront-elles en mesure de conserver leur titre ? Audi prépare la rébellion, Toyota revoit son prototype en profondeur pour revenir en haut de l’affiche, le plateau GT fait peau neuve, le LMP2 entame sa dernière année avant un important changement de règlement…. Vous trépignez d’impatience ? Nous aussi ! Tâchons donc de faire le tour des dernières nouvelles de ce merveilleux championnat, catégorie par catégorie.

LMP1 : la course à l’armement continue !

Nous le savons depuis quelque temps déjà, Porsche et Audi ne présenteront que deux autos au départ des 24h du Mans le 18 prochain, la faute au Volkswagen Gate. Un combat qui semble être plus équitable donc, alors que chacune des trois équipes de tête poursuivent leur course à l’armement.

Porsche, la force tranquille ?

Au-dessus du lot l’année dernière, les équipes de Weissach comptent bien garder leur avantage, avec leur deux équipages qui ne change pas : Timo Bernhard, Brendon Hartley, et Mark Webber au volant de la #1, et Marc Lieb, Romain Dumas, et Neel Jani dans le cockpit de la #2. Contrairement à la concurrence, Porsche ne présentera pas une 919 flambant neuve sur les pistes en 2016, mais la même auto que l’année dernière optimisée au maximum dans tous les domaines, comme l’annonce le team Principal Andreas Seidl : « La 919 Hybrid 2016 n’est pas une simple évolution ni une révolution. On travaille dans tous les domaines possibles.”

Porsche a réalisé quatre jours de tests au tout début du mois de février sur le circuit d’Abu Dhabi, avec l’équipage de la #2. Un accident sur problème de suspension leur a toutefois coûté un jour dans leur programme, mais l’équipe avance dans le bon sens selon Andreas Seidl, avec quelques 2000 km d’expérience engrangé sur cette séance de tests dans des conditions idéales et avec un package proche de celui qui sera présenté sur les pistes cette saison. L’équipage champion du monde s’est quant à lui entraîné toute la semaine passé, toujours à Abu Dhabi. Difficile de juger de la performance pour l’instant donc, mais après 5000 km de test déjà réalisés en deux semaines, nous faisons confiance à Porsche pour être prêt pour la première manche à Silverstone le 17 avril.zoom

 Audi : attention, nouveau missile !

Après des années au sommet du FIA WEC, Audi a chuté en 2014 en ne pouvant empêcher Toyota de remporter le championnat. Pire encore, 2015 a vu le succès des Porsche 919 au Mans comme au championnat. L’heure de la rébellion a donc sonné à Ingolstadt. La marque aux anneaux nous a présenté en novembre 2015 leur nouvelle arme de guerre, la R18 e-tron quattro 2016 ! Avec une aérodynamique totalement revue et un passage de 4 à 6 Méga Joules, Audi semble bien déterminé à repasser devant son cousin allemand ! Vous retrouverez toutes les informations sur cette nouvelle auto ICI. L’équipe pourra compter sur ses deux équipages de choc : Marcel Fässler / André Lotterer / Benoît Tréluyer sur la n°7 et Loïc Duval / Olivier Jarvis / Lucas di Grassi sur la n°8.

Tout comme Porsche, Audi travaille dur pour être au sommet de la hiérarchie dès le mois d’avril, avec plusieurs séances d’essais hivernaux. Déjà en tests à Sebring en décembre dernier, puis au Castellet récemment, le Docteur Wolfgang Ullrich prévient qu’il « reste encore beaucoup de travail », que l’auto a « un gros potentiel » et qu’elle pourra se battre pour des victoires si l’équipe parvient à en sortir la quintessence. Nous avons déjà hâte de voir cette auto avec son nouveau look ultra agressif se battre contre les Porsche et les Toyota, dans des passes d’arme aussi magistrales que l’année dernière !

2016 : R18 e-tron quattro
2016 : R18 e-tron quattro

Toyota, le renouveau !

Comme vous le savez peut-être, le programme Toyota en WEC est en pleine révolution cette saison. Exit la TS040 Hybride et son V8 essence atmosphérique, place à la TS050 qui optera pour un nouveau bloc turbo-essence et qui oubliera (enfin) les supercondensateurs pour faire place à des batteries qui pourraient aller jusqu’à 8 Méga Joules. Pour retrouver toutes les infos connues sur cette auto qui sera totalement dévoilée fin mars, cliquez ICI. L’auto reprend les couleurs du Gazoo Racing et fait évoluer son aéro, c’est la révolution à tous les niveaux ! Côté pilotes, et suite au départ en retraite de l’excellent Alex Wurz, on retrouvera en 2016 les pilotes suivants : Sébastien Buemi, Anthony Davidson, Stéphane Sarrazin, Kazuki Nakajima, et Mike Conway. Kamui Kobayashi fait son entrée dans l’équipe à la place d’Alex Wurz.

Comme ses deux grands rivaux, Toyota prépare activement sa saison 2016 avec plusieurs séances d’essais. Après une première séance de roulage au Castellet et un second sur le circuit de Motorland Aragon, Toyota Gazoo Racing s’apprête à reprendre la piste la semaine prochaine sur ce même circuit. Les attentes sont grandes chez Toyota avec cette nouvelle auto et la perspective des 24h du Mans où les chances seront « plus équilibrées » selon Pascal Vasselon, directeur technique de l’équipe. Nous avons hâte de voir cette nouvelle Toyota en piste, dans l’espoir qu’elle sera en mesure de combler le retard pris en 2015 par rapport à Porsche et Toyota.Toyota TS050

 Quoi de neuf chez les équipes privées ?

Le plateau LPM1 2016 comporte neufs prototypes. Enlevez les 6 autos de pointe de Porsche, Audi et Toyota, et il ne reste plus que trois concurrents : les maths c’est mon domaine, impressionnant n’est-ce pas ?

On retrouve donc le team Helvétique Rebellion Racing qui, comme à son habitude, présentera deux machines. Les deux Rebellion R-One seront pilotées par Nick Heidfeld, Nicolas Prost et Mathias Beche d’un côté, et Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori et Mathéo Tuscher de l’autre. Toutefois, c’est la première année que l’équipe Suisse sera présente dès la première course et pour toutes les manches de la saison. La R-One sera toujours propulsée par le moteur V6 Turbo AER P60 dont le staff espère obtenir la quintessence après une première année passée à fiabiliser l’ensemble. L’objectif reste donc le même : garder la première place… derrière les « grands » !JR5-1968_hdReste donc une LMP1 à présenter, celle du team Bykolles ! Comme l’année passée, le team autrichien n’alignera qu’une seule CLM P1/01, propulsée par le même moteur AER que la Rebellion. On ne connait pour l’instant que deux des trois pilotes qui prendront le volant de la bête : Simon Trummer et Pierre Kaffer.

Peu d’infos sont toutefois à reporter du côté de l’équipe autrichienne, hormis leur passage en gommes Dunlop pour cette nouvelle saison, tout comme Rebellion Racing. Le manufacturier a su séduire ces deux équipes qui oublient donc les services de Michelin, ce qui permet d’avoir de nouveau deux équipementiers différents en LMP1 : ce n’était plus arrivé depuis 2012.

On peut toutefois se poser la question de l’intérêt des LMP1 privées en si petit nombre…. Si Bykolles et Rebellion affirment qu’elles croient bien en l’avenir de cette catégorie, cette dernière serait tout de même nettement plus intéressante avec quelques équipes supplémentaires. Affaire à suivre !
bykollesnurb917

LMP2 : dernière saison de feu avant le changement !

Après une sublime année 2015, le LMP2 remet le couvert cette année avec une ultime saison avant un important changement de règlement en 2017. Les grandes lignes de ce futur règlement consistent en l’uniformisation des moteurs pour tout le plateau, des V8 4.3L construits par Gibson Engineering, et le choix des châssis qui sera limité à quatre constructeurs : Dallara, Ligier (Onroak Automotive), Oreca et Riley. A noter également, Cosworth Electronics sera en charge de l’électronique sur toutes les monoplaces. 2017 promet donc d’être un grand tournant en LMP2, qui deviendra presque une catégorie monotype, mais qui ne manquera sans doutes pas de spectacle et de belles batailles comme on les aime ! Nous ferons un point complet sur ce sujet le moment venu.

Retour en 2016 donc ! Catégorie la plus représentée en 2015, le LPM2 fera encore sensation cette année avec 10 équipages, contre 9 en LPM1, 7 en GTE Pro et 6 en GTE Am. Parmi les teams qui viendront se disputer le titre, on retrouve les habituées G-Drive Racing, Signatech Alpine, Strakka Racing, et Extreme Speed Motorsports. Le plateau est complété par SMP Racing, Baxi DC Racing, RGR Sport by Morand et Manor. On peut toutefois déplorer l’absence de KCMG, second du championnat 2015 et vainqueur des 24h du Mans dans sa catégorie, qui devrait tout de même être présent pour l’épreuve Mancelle en 2016. L’équipe engagera une 991 RSR en GTE Am.

Huit équipes donc, et cinq autos différentes : Oreca 05 (deux autos), BR01 (2), Ligier JSP2 (3), Alpine A460 (2), et Gibson 015S (1).

Avec de belles passes d’armes, des pilotes très expérimentés et des écarts souvent infimes dans les courses de LMP2, nous suivrons de près l’unique Oreca 05 de G-Drive Racing, tenante du titre, avec notamment Roman Rusinov et le français Nathanaël Berthon au volant. Nous aurons également un œil chez Alpine, qui a recruté Nicolas Lapierre pour cette nouvelle saison : bonne pioche !

Vous salivez déjà ? C’est naturel, vous êtes tout excusé !

 GTE Pro : les Ford GT viennent pimenter la danse !

Ahhhh, la catégorie GT… Des dépassements, des tirages de bourre du début à la fin, des moteurs qui chantent, des marques qui font rêver… Oui, on aime le GT ! On avait déjà Ferrari, Porsche, Aston-Martin…. Mesdames et Messieurs, sous vos yeux ébahis voici Ford qui revient avec deux superbes Ford GT LME !

Remporté de justesse par Porsche et leur 991 RSR, le championnat 2015 a été tendu de bout en bout, avec la bataille Porsche-Ferrari (AF Corse) qui faisait rage. On note d’ailleurs des changements pour ces deux équipes en 2016.

Porsche a fait le choix de retirer ses deux 991 RSR  officielles du championnat : plus de Manthey Racing cette saison, sauf pour Le Mans où deux autos d’usines devraient être de la partie avec des équipages armés jusqu’aux dents pour conserver leur couronne. A la place, on ne retrouvera plus qu’une 991 RSR, celle du Dempsey Proton Racing, qui monte donc de GTE Am à GTE Pro, et qui aura le soutient technique de la marque. Un programme revu à la baisse du côté de chez Porsche donc, qui semble se concentrer sur le VLN et les 24h du Nürburgring cette année, où les nouvelles 991 GT3R feront leur entrée en piste.

Chez Ferrari, les deux 458 GTE d’AF Corse seront remplacées par les toutes nouvelles (et splendides !) 488 GTE. On retrouve Bruni et Calado au volant de la 51, Rigon et Bird sur la 71, pour une saison qui pourrait bien être celle de la réussite italienne ! En piste pour la première fois aux 24h de Daytona, les 488 ont montré de belles choses et seront donc de sérieuses prétendantes aux podiums cette saison !

Comme nous vous le disions, Ford est de retour en endurance ! Si la marque ne prévoit pas de programme LMP1 pour le moment, les incroyables Ford GT LME devraient vous donner matière à écarquiller les yeux cette année ! Quel plaisir de voir que les GT40 ont des héritières, qui vont courir aux côtés des même grands noms qu’à la belle époque ! Le programme Ford semble très sérieux et ambitieux, avec un objectif : la victoire ! Les pilotes connus sont pour l’instant Olivier Pla et Stefan Mücke d’un côté, et Marino Franchitti et Andy Priault de l’autre… ça va faire mal ! Les premiers tours de roues des Ford à Daytona ont été mitigés en termes de fiabilité, mais la performance pure semble être de la partie, ce qui promet de belles choses pour cette nouvelle saison !

Enfin, Aston-Martin tentera à nouveau de jouer les troubles-fête, avec deux équipages sur des Vantage GTE aussi belles que performantes… que musicalement attrayantes !

GTE Am : les Gentlemen Drivers remettent le couvert !

Comme chaque année, on retrouve un beau plateau en GTE Am, avec six autos dont trois Porsche 991 RSR (Gulf Racing UK, Abu Dhabi Proton Racing, et KCMG), une Ferrari 458 GTE (AF Corse), une Aston Vantage GTE (Aston-Martin officielle), et une Corvette C7-R (Larbre Compétition). Plus de Patrick Dempsey, dont le team migre en en GTE Pro sans le principal intéressé, mais ce n’est que partie remise.

Nous serons attentifs quant aux performances de KCMG en GT, après leurs très belles prestations en LMP2 l’année dernière. L’entrée de Gulf Racing en WEC fera également plaisir aux inconditionnels de la mythique livrée orange et bleue.

Enfin, la Corvette C7-R de Larbre Compétition promet d’être compétitive aux vues des performances remarquables de ces autos aux 24h de Daytona. Nous espérons en tout cas voir de belles manoeuvres et de belles images, comme toujours en GTE Am et en GTE Pro.

Vous l’aurez compris, chez The Automobilist on ne tient plus en place ! La bataille à tous les niveaux de ce superbe championnat nous met déjà l’eau à la bouche, et nous ne manquerons pas de vous reparler du WEC tout au long de la saison !

Et si nous vous avons pas encore convaincus, voici une belle vidéo retraçant la saison passée. Alors, heureux ?

Sources : www.fiawec.com – www.endurance-info.com

Images : www.fiawec.com