Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Le nouveau Suzuki Jimny 2019 est enfin dévoilé !

Le plus petit et le plus mignon de tous les tout-terrains du marché se renouvelle après une carrière longue de 20 ans ! Le Suzuki Jimny ne fait décidément rien comme tout le monde : non seulement il a une durée de vie trois fois supérieure à la moyenne, mais quand il se renouvelle, c’est pour rester… fidèle à lui même ! Pas de faux SUV, voici un vrai 4×4 de poche : bon retour, Monsieur Jimny !

Le Jimny, Samouraï du marché auto !

On l’attendait depuis un moment ce nouveau Jimny et Suzuki a pris son temps pour le renouveler. Pour autant, le temps pris n’a pas permis de voir la recette changer ou évoluer fondamentalement puisque le Jimny reprend tous les ingrédients qui lui ont permis de tracer sa voie. A savoir, un design cubique au possible, qui rappelle un Classe G en réduction avec sa porte arrière à ouverte latérale avec roue de secours intégrée. Mais aussi, à l’avant, une calandre façon Jeep réinterprétée. Et un format d’une compacité sans égale, toujours autour des 3,60 m apparemment.

Sous l’apparence, les fondamentaux demeurent aussi avec le châssis échelle et le pont arrière rigide, mais aussi une boîte courte et une transmission intégrable disponible à l’envi et qu’on enclenche à la main. Bref, un pur 4×4, mais si l’on ne dispose pas encore de tous les détails à son sujet.

Alors que nous devrions découvrir cette 4e génération du Jimny au Mondial de Paris, l’on sait d’ores et déjà qu’il y a une partie où il évolue : l’habitacle. Qui, si à l’image du Classe G il demeure très vertical, il accueille toutefois les dernières technologies d’infodivertissement avec grand écran tactile (très) bien positionné et ce qu’il faut de confort côté climatisation ou équipements de sécurité active. L’ensemble semble toujours brut (en même temps, il n’y a pas de place pour le confort !) et pratique avec une barre de maintien côté passager.

Le nouveau Jimny sera mû, en temps que Keï Car, par un bloc 660 cm3 au Japon. En Europe, les blocs 1.0 Boosterjet (111 ch) et 1.2 atmo (90 ch) devraient être de la partie, comme sur le reste de la gamme citadine de Suzuki. Côté nuancier, deux possibilités : bi-ton ou mono-ton. Les protections plastique font le reste de l’habillage !

Fidèle au poste depuis 1970

C’est en 1970 que Suzuki a lancé son premier Jimny, avec un objectif simple et basique comme on les chante aujourd’hui : une technologie 4×4 et des capacités hors-route dans le plus petit format possible. Le premier de cordée est la génération LJ10, qui inaugure ce genre de mini 4×4 de poche, 7 ans avant le Lada Niva ou 13 ans avant la Panda 4×4. Renouvelé en 1981 par la génération SJ30, le Jimny arrive en Europe sous le nom de Samouraï (vous comprenez maintenant le jeu de mot du sous-titre) et avec sa plastique carrée, il est le premier Suzuki Jimny à être vendu à l’échelle mondiale. On le trouvera aussi sous le nom de Santana, son seul point commun avec Volkswagen.

La génération actuelle dite JB33 a démarré sa carrière en 1998, même si le SJ30 a terminé la sienne aux alentours de 2003. Au total, en près de 50 ans de carrière, le Jimny s’est écoulé à 2,85 millions d’exemplaires dans 194 pays du monde, soit à peu près toutes les nations que compte la planète (et même 1 de plus que celles qui sont membres de l’ONU).

Si vous voulez retrouver notre essai du Jimny qui quittera bientôt la scène, rendez-vous à ce lien !

 

Via Suzuki