Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Le Chevrolet Blazer est de retour !

Depuis quelques années, les constructeurs américains ressuscitent leurs idoles. Après les muscle cars Camaro, Mustang et Charger aux designs fortement évocateurs de leurs ancêtres, voici venu le tour des SUV et 4X4. Et, alors que Ford a d’ores et déjà annoncé le retour de son Bronco, Chevrolet ressort une autre célébrité yankee : le Chevrolet Blazer ! Avec une recette somme toute identique.

Chevrolet Blazer 2019 : nostalgie moderne

Cette recette, c’est de proposer un style qui donne envie, ni plus ni moins. Pour le retour du Blazer, Chevrolet a pris le parti de s’inspirer de la Camaro et d’en reprendre les éléments majeurs. A savoir, la signature lumineuse en forme de paupière mi-close, la large prise d’air frontale emportant le logo au nœud papillon, le tout marié à un pavillon flottant.

Ainsi, on est loin d’une démarche néo-rétro comme on pourrait le penser, mais bien dans la veine de ce que les constructeurs américains font depuis une dizaine d’années et la Mustang de 2005 : à partir d’un patronyme installé, miser sur un style fort et reconnaissable. Du pur marketing. Tout le reste n’est (presque) que littérature, avec des feux à LEDs, des jantes allant de 18 à 21 pouces, et des flancs très marqués sous la ligne desquels vient s’afficher le logotype de la voiture.

Un retour sur fond d’explosion des SUV

2005 – 2018 : cela fait 13 ans que le Blazer a quitté le marché. Mais s’il revient, c’est moins pour fêter son cinquantième anniversaire, puisque le lancement de la première génération remonte à 1969, que parce que le monde a changé. En une quinzaine d’années, le marché des 4×4, SUV et autres crossovers tous chemins a explosé, et la place occupée par le Blazer, celle d’un modèle familial compact (4,79 m pour la dernière génération retirée en 2005), l’est aujourd’hui par l’Equinox, tout juste renouvelé.

Les successeurs du Blazer, le TrailBlazer (son ancienne version luxe) puis le Traverse, ont eux largement grandi, le Traverse à 3 rangs atteignant les 5,18 m. Si bien qu’entre la grenouille et le bœuf, une place s’est créée et la nature automobile ayant horreur du vide, elle comble toutes les places possibles. Si bien que le Blazer est une 5-places, au format intermédiaire approchant les 5 mètres.

Ambiance sportive à bord

Un monde sépare le Blazer de 2005 et celui de 2019. Le plastique beige, l’incrustation en ronce de plastique et les consoles verticales ont disparu, place à une ambiance horizontale, tactile et connectée avec un écran centrale de 8 pouces compatible Apple et Android et proposant la 4G et le Wi-Fi. L’habitacle est équipé de 6 ports USB. Au rang 2, la banquette est coulissante sur 5,5 pouces de longueur (soit environ 14 cm).

On remarquera la disposition très basse des aérateurs centraux, au style inspiré d’une Mercedes SL, et la possibilité de colorer l’habitacle avec des détails rouges pour la version RS ou aluminium pour le Premier.

Trois niveaux de gamme et deux moteurs

Le Blazer 2019 sera proposé en 3 finitions : Blazer, Premier et RS, qui se remarqueront à leurs calandre ainsi qu’aux finitions. Le RS se voudra sportif avec des entourages de vitres noirs, tandis que le Premier sera plus clinquant avec ses chromes. Côté moteurs, 2 blocs sont au programme : un L4 2,5 l de 195 ch et 255 Nm, et un V6 3,6 l de 310 ch et 365 Nm, chacun couplé à une boîte automatique 9 vitesses. Il sera en outre proposé en 2 ou 4-roues motrices, avec la possibilité de tracter jusqu’à 2 tonnes en V6.

Le nouveau Blazer sera produit dans l’usine de Ramos Arizpe au Mexique, dont sortent déjà l’Equinox mais aussi certaines Cruze. Même s’il y a peu de chances que Chevrolet l’amène officiellement en Europe, format oblige, certains importateurs le proposeront peut-être. Toujours est-il que ce Blazer sera officiellement lancé en 2019. Il ne vous reste donc moins d’un an avant d’être blasé.e si vous le croisez.

Via CarScoops