Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

L’Audi A4 a changé, mais on n’avait pas remarqué…

Il faut dire que les changements entre cette génération et la précédente sont vraiment de l’ordre du subtil, en tout cas quand on se contente de jeter un simple coup d’œil sur le véhicule. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il s’agit d’un modèle entièrement nouveau et, s’il évolue plus qu’en douceur extérieurement, il se transforme plus largement dans l’habitacle et du point de vue technique.

Audi-A4_2016.9Extérieurement donc il faudra faire avec une nouvelle A4 qui reprend quasiment trait pour trait les lignes de la précédente génération. Une stratégie qui peut agacer mais dont les constructeurs germaniques sont assez friands, Audi en tête, et qui, il faut aussi le reconnaitre, a fait ses preuves. L’avantage est double : le possesseur d’une A4 ne verra pas ses codes chamboulés et retrouvera immédiatement les éléments qui l’ont déjà séduits et qui, légèrement améliorés, seront encore plus susceptibles de le séduire, et en prime son véhicule de précédente génération ne devrait pas subir une décote trop marquée.

Mais pour être un peu plus sérieux, et même si les modifications sont subtiles, cette A4 2015 change tout de même sur de nombreux détails. L’intégralité du dessin a été retravaillé pour être un peu plus tendu et dynamique, les optiques avant, désormais en Full LED et bénéficiant en option du très efficace système Matrix, adoptent une nouvelle signature lumineuse (dont on pourra cependant discuter le style évoquant assez largement les dernière productions de chez Opel) et celles de l’arrière deviennent un peu plus aiguisées en se rapprochant fortement de celle de l’A3 Sedan. Enfin, la face avant adopte la nouvelle calandre single frame plus proéminente et anguleuse déjà apparue, entre autre, sur le TT,  le Q7 ou sur le Q3 restylé.

Le break, baptisé comme toujours Avant, bénéficie quant à lui d’un arrière un peu plus incliné qu’auparavant, ce qui le rend plus dynamique et ne semble pas grevé la capacité du coffre annoncée à 505 litres (qui bénéficie sans doute de l’augmentation du gabarit de la voiture à 4,73 m). Cette version Avant et est équipée en série d’une ouverture du hayon électrique… mais aussi, plus original, d’une couverture de coffre électrique.

A l’intérieur le changement est nettement plus marqué, avec une planche de bord plus aérienne et moins massive mais à propos de laquelle on remarque immédiatement deux éléments majeurs : d’une part l’écran du système multimédia MMI qui n’est plus intégré (et qui n’est pas, comme sur une A3 par exemple, rétractable) et d’autre part la très forte ressemblance avec sa cousine de chez VW, la Passat, en raison notamment du bandeau d’aérateur très similaire.
En dehors de ces détails on pourra remarquer que la nouvelle A4 peut-elle aussi adopter le combiné d’instrumentation TFT virtual cockpit apparu sur le TT (mais aussi présent sur la Passat, une fois encore…) et que la présentation globale apparaît, comme une évidence pour la marque aux anneaux, particulièrement soignée et qualitative. Naturellement le véhicule peut-être équipé de toutes les dernières subtilités technologiques à la mode, on citera en vrac et de façon absolument non exhaustive : le régulateur de vitesse adaptatif, le park assist, la reconnaissance des panneaux de signalisation, l’affichage tête haute, la connexion 4G et le hot spot Wi-Fi embarqué, l’Audi smartphone interface, le système audio Bang & Olufsen…
D’un point de vue technique la plupart des organes du véhicule ont été revus, en particulier ceux ayant trait au comportement routier dont le communiqué de presse nous apprends qu’il « a été considérablement amélioré : sportif et performant, il met également l’accent sur le confort« , ce qui est plutôt un bon point car la précédente génération ne brillait pas particulièrement dans ce domaine. Cette nouvelle A4 s’appuie pour cela sur des suspensions multibras à l’avant et à l’arrière et une direction électromécanique, éléments dont la légèreté est mise en avant par la marque.
Sous le capot enfin on retrouve 4 blocs diesel et 3 blocs essence en 4 ou 6 cylindres allant de 150 à 272 ch et affichant des performances d’efficience de premier plan puisque la version TDI 150 ch annonce une consommation de 4,7 pour seulement 95 g de CO2 (pour la berline). Mais le plus impressionnant est peut-être à chercher parmi les motorisations essence puisque la version 2.0 TFSI Ultra 190 ch affiche une consommation record de 4,8 l/100 km pour seulement 109 g de CO2. Voila qui suscite clairement notre curiosité. Bien entendu ces blocs pourront être associés à différentes boîtes de vitesses : manuelle à 6 rapports ou automatique à 7 rapports (S-Tronic) ou 8 rapports (Tip-Tronic)
Cette nouvelle Audi A4 sera présentée au salon de Francfort qui ouvrira ses portes en septembre prochain avant d’être commercialisée à l’automne. Et, histoire de terminer en médisant comme nous l’avons fait pour le titre, regardez attentivement les photos de cette A4 jaune car il y a fort à parier que vous aurez bien du mal de la croiser dans nos rues…
Et en prime une petite vidéo

Via Audi