Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Land Rover : Le Range Rover Evoque se découvre… (MàJ : tarifs)

Présenté en 2010 le SUV compact de la marque à l’ovale vert rencontre un succès mérité puisque ce véhicule, outre son design fort, est également pétri de qualités, ce que nous vous faisions remarquer dans un des tous premiers essais du site en février dernier. Restylé légèrement il y a quelques mois et équipé désormais de nouveaux blocs diesels plus efficients (nous irons le vérifier par nous-mêmes sous peu), il ne manquait plus à Land Rover qu’à dévoiler une version découvrable annoncée par un concept depuis déjà 2012 et qui commençait à se faire désirer. Aujourd’hui c’est chose faite avec la révélation du Range Rover Evoque Cabriolet.

Et la première constatation à faire, en plus de cette nouvelle couleur bien sympathique, c’est que les lignes de ce cabriolet sont très fidèles à celles du concept, de la même manière que la version avec toit respectait au plus près le dessin de son propre concept-car. Une habitude maison visiblement, on ne s’en plaindra pas puisque le futur Discovery devrait suivre le même chemin.

Mais revenons à cet Evoque. Si le design de la version berline est quasi unanimement salué comme une réussite, il faut sans aucun doute se montrer un peu plus réservé à l’égard de cette version sans toit. Disons-le clairement c’est globalement toujours un joli coup de crayon mais tout de même un peu moins convaincant que la version berline en raison des contraintes particulières du véhicule Le problème vient naturellement des volumes tout à fait inhabituels pour une découvrable avec une ceinture de caisse très haute.

Ce n’est pas propre à l’Evoque, c’est plutôt lié à ce mélange un peu contre-nature du SUV avec le cabriolet que normalement tout oppose (un véhicule haut d’un côté, un véhicule cherchant au contraire à s’abaisser en ôtant son toit de l’autre) et ce n’est pas la première fois que cette sensation étrange est éprouvée, le Nissan Murano cabriolet dégageant un peu la même sensation… Mais c’est tout de même largement plus réussi sur ce Range car les lignes fluides et droites du modèle ont été bien conservées et le pare-brise, encore un peu plus incliné, donne à l’ensemble un dynamisme assez marqué sans le toit. Avec c’est un peu plus discutable puisque la partie arrière est logiquement très inclinée et avec un « pied » très large ce qui donne un profil un peu étrange. Dommage au passage, ce toit ne sera proposé qu’en noir. Rien de rédhibitoire néanmoins, ce cabriolet original a une réelle capacité de séduction et, si jamais il venait à rebuter la clientèle, Land Rover s’est préservé une porte de sortie puisque le véhicule ne sera produit qu’en série limitée.

Au niveau technique ce toit en toile entièrement électrique se range (Rover… ah ah !) dans son logement arrière en 18 secondes (21 pour se déployer en revanche) et ce même en roulant, ce qui est toujours un plus appréciable, jusqu’à une vitesse maxi de 48 km/h (30 mph).

La compacité de ce toit une fois plié a été très travaillée puisque le coffre conserve les mêmes dimensions, relativement généreuses avec 251 litres, quelle que soit la configuration, ouvert ou fermé. En revanche son accès est réduit assez drastiquement et il faudra donc plutôt voyager avec des bagages souples pour éviter les mauvaises surprises. Ce voyage pourra en tout cas s’effectuer à 4 puisque les places arrière, très creusées, ont été conçues pour accueillir au mieux les occupants. Néanmoins ne nous leurrons pas, d’une part il vaudra mieux ne pas être trop grand et d’autre part il faudra quand même prier pour que le temps soit au beau fixe et le toit rangé dans le coffre car dans le cas contraire l’arrière s’avèrera assez peu avenant pour toute personne souffrant de claustrophobie, même légère. La sécurité en attendant n’a pas été mise de côté puisque cet Evoque cabriolet disposera d’un système de protection en cas de retournement, système situé derrière les appuis-têtes arrière qui, grâce à un procédé pyrotechnique, sortira automatiquement en 90 millisecondes en cas de besoin.

Enfin le véhicule reste un vrai Land Rover doté des mêmes capacités de franchissement que celui dont-il dérive avec notamment le remarquable système Terrain Response que nous rêvons déjà de tester sur la neige… et même sous la neige, sans le toit 😀

Sous le capot le Range Rover Evoque cabriolet disposera des mêmes motorisations que les versions 3 et 5 portes, et notamment du nouveau 2.0 l diesel Ingenium de 150 ou 180 ch… oui je sais un diesel en cabriolet… mais aussi du 4 cylindres essence de 241 ch couplé à la très efficace boîte ZF à 9 rapports pour ceux qui en veulent plus. La commercialisation est prévue quant à elle pour le printemps prochain, nous découvrirons (et découvrirons) donc cet Evoque à Genève et nous le testerons sans faute pour les beaux jours.

Voici les tarifs de cet Evoque Cabriolet configurable dès à présent sur le site Land Rover. Le modèle ne sera pas décliné en deux roues motrices comme la berline et également obligatoirement couplé à la boîte de vitesse automatique. Le ticket d’entrée s’en trouve donc considérablement impacté (rappelons qu’un Evoque à toit est proposé à partir de 34 600 €).

Moteurs diesels :
– TD4 150 ch 4×4 SE Dynamic: 51 600€
– TD4 150 ch 4×4 HSE Dynamic : 57 800€
– TD4 180 ch 4×4 SE Dynamic : 54 600€
– TD4 180 ch 4×4 HSE Dynamic : 60 800€

Moteurs essences :
– Si4 240 ch 4×4 SE Dynamic : 55 600€
– Si4 240 ch 4×4 HSE Dynamic : 61 800€

Via Land Rover