Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Lamborghini Miura Homage : le taureau du cinquantenaire

Au Festival de Goodwood, Lamborghini fête les 50 ans d’un Taureau qui a posé les bases de la Lamborghini moderne : V12, moteur en position centrale-arrière. Un attelage que dénonça Ferrari, chantre du V12 « à l’avant » avec la Daytona, avant de s’y résoudre. Cette révolution chez les supercars portait un nom qui, encore aujourd’hui, fait vibrer : Miura.

Le constructeur de Sant’Agata Bolognese a, depuis la Miura, toujours proposé en haut de sa gamme une supercar à V12 arrière, et cette représentante est aujourd’hui l’Aventador. C’est la descendante d’une longue lignée, incarnée aussi par les Diablo, les Murcielago et la mythique Countach ou encore la mort-née Canto P147. Une hérédité chargée, dirons-nous, que l’Aventador a perfectionné avec un design plus ciselé que jamais, avec une présence d’angles et d’hexagones à profusion, et avec un V12 6,5 l de 700 chevaux. Avec un tel cœur, la bête à corne fonce à 350 km/h, et abat le 0 à 100 en 2,9 secondes.

C’est le studio de personnalisation Lamborghini Ad Personam qui officie pour cette série limitée de l’Aventador. Dans cette version de présentation, elle se pare de couleurs emblématiques de la Miura : la robe rouge soulignée de bas de caisse dorés vue dès 1966 mais aussi sur la P400 SVJ 4990 de 1972. D’autres combinaisons « classiques », censées évoquer l’époque de la Miura, seront possibles pour les clients qui pourront ainsi façonner « leur » Aventador unique, à partir des teintes de l’époque : Rosso Arancio, Verde Scandal, Blu Tahiti… Le retour des sixties ! Les jantes sont dorées ou argentées, et des badges Miura sont apposés sous les prises d’air latérales.

A bord, le choix de cuir se fait entre le noir Nero Ade ou le brun Terra Emilia, tandis que de la fibre de carbone recouvre la console. Les dossiers de sièges reçoivent des chiffres « 50 50 » écrits dans la police du monogramme Miura.

Et alors même que la SVJ originale ne fut produite qu’à 6 exemplaires, sur un total de 764 Miura P400 produites, l’Aventador Miura Homage sera produite à 50 exemplaires dont la moitié est déjà réservée. A son lancement en 2011, Lamborghini avait annoncé vouloir produire 2500 unités de l’Aventador.

La Miura appartient à la légende de Lamborghini. A l’époque, il y a cinquante ans, ses performances affolaient les statistiques : V12 3,9 l, 350 ch (voire 385 ch en version SV) et vitesse de pointe de plus de 280 km/h. La marque a définitivement été lancée dans la sphère du super-sport grâce à ce monstre, et avec cet « hommage », elle tire aussi un trait définitif sur l’autre évocation de la Miura, réalisée en 2006 pour le quarantenaire, sous la direction de Walter de Silva. Une vision néo-rétro, fortement décriée pour son absence d’inventivité, et que l’ex-chef du design du Groupe VW s’était promis de ne jamais réitérer.

Via Lamborghini