Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Lamborghini Centenario : maintenant en Roadster

La firme de Sant’Agata continue de célébrer le centenaire de la naissance de son fondateur, Ferruccio Lamborghini. Après avoir présenté une première série limitée de la Centenario en coupé au Salon de Genève, voici pour fêter l’été une version Roadster qui a été révélée aux Etats-Unis pour le Concours d’élégance de Pebble Beach.


Comme pour toute Lamborghini, le nom complet de la Centenario est « Centenario Roadster LP770-4 ». Un nom à rallonge qui permet de connaître les données techniques de la voiture, à savoir une puissance de 770 ch produite par le V12 6,5 l de l’Aventador, et 4 roues-motrices. Des valeurs qui permettent à la voiture d’atteindre les 350 km/h, et d’effacer le 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes. 2,8 sec exactement, autant qu’une Aventador SV.

D’extérieur comme d’intérieur, tout est commun entre les Centenario coupé et Roadster. Cette dernière ne diffère que par son hard-top, comme pour une Aventador du même type, qui permet d’entendre davantage la musica du moteur. A haute vitesse, l’aileron se déploie électriquement. Sous une robe en bi-ton gris, le Roadster se veut moins démonstratif que le Coupé et son jaune criard, et l’ensemble de son design, pourtant agressif et dynamique, demeure moins sujet à critique que l’inutile débauche de lignes d’une Veneno. A l’intérieur domine à nouveau l’univers de l’Aventador, surplombé d’un écran 10,1 » tactile avec enregistrement de vos performances (accélérations, temps au tour… comme sur le R.S. Monitor d’une Clio R.S. !)

Révélée à la Monterey Car Week, vendredi 19 août, la Centenario Roadster sera surtout une des nouveautés phare du Concours d’Elégance de Pebble Beach, qui clôt traditionnellement cette fête américaine de la belle mécanique. Nous en avions d’ailleurs été l’an dernier les témoins privilégiés avec Maurice. De cette Centenario Roadster, 20 exemplaires seront produits, qui s’ajouteront aux 20 autres du coupé. Tous déjà achetés, probablement aux alentours des 2 millions d’euros, il ne devrait pas y avoir de troisième Centenario. Mais qui sait : quand le filon est bon…

Via Lamborghini