Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Lamborghini assure (et rassure…) la production de ses futurs moteurs V12

Fort de l’arrivée de son nouveau PDG, Stefano Domenicali, transfuge de Ferrari (et même de la Scuderia Ferrari), veut assurer la pérennité de ses plus gros moteurs pour le futur de la marque.

Réjouissons-nous : le V12 atmosphérique a encore de bonnes heures à vivre ! Dans un monde où le downsizing bat son plein à tous les niveaux, de la F1 aux véhicules de production, il subsiste une marque qui défie toutes les codes, à commencer par les lois antipollution, et qui produit encore un énorme moteur : Lamborghini. Son V12 atmosphérique installé sous le capot en verre de l’Aventador (et même de la version démoniaque SV) aurait pu disparaître et finir dans les livres d’histoire.

Stefano Domenicali – qui a rejoint Lamborghini en tant que PDG en Février dernier – a donné son avis sur un certain nombre de sujets brûlants, dont la technologie embarquée … et la mécanique du futur selon lui. En effet, s’il reste ouvert à l’idée d’hybrider ses futurs véhicules, il indique pour notre plus grand bonheur (et celui de nos oreilles) que l’avenir du V12 ne sera pas assombri, bien au contraire : « Nos principaux clients et revendeurs à travers le monde nous disent à propos de ce moteur : « S’il vous plaît, ne touchez pas au V12 ! ». Nous allons donc continuer à travailler dans cette direction », a-t-il déclaré à nos confrères anglais d’Autocar.

Il poursuit avec plus d’assurance : « Notre marge de manœuvre est vraiment très réduite dans notre secteur, et il est très facile de faire fuir une grande partie de la clientèle habituée de la marque. C’est une erreur que nous ne devons pas faire. À court terme, il y a encore beaucoup de potentiel de développement dans le V12. […] Bien sûr, nous avons besoin de comprendre ce que fait le marché en termes d’émissions et de législation, mais je ne pense pas que ce sera un problème pour nous et le futur de la marque.»

N’oubliez pas qu’une Lambo ‘ sans V12 c’est un peu comme un Tiramisu sans mascarpone, un cappuccino sans mousse ou Rome sans son Colisée…

Lamborghini vient donc de faire un pied de nez à tous ceux qui voyaient en la marque de Sant’Agata renoncer au plaisir automobile ultime en amputant ses blocs de précieux cylindres, au détriment de Ferrari, son rival historique. Au final, nous n’avons qu’une seule chose à dire : Crie, cher V12, exprime-toi à pleins poumons et hurle ton bonheur de prendre des tours !

Via CarThrottle.com, MA, Autocar.
Crédits photos : Lamborghini.