Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

La Toyota Camry succède à la Toyota Avensis en Europe

Adieu Avensis, bonjour Camry ! C’est ce que l’on va dire dans les concessions Toyota en Europe au tournant de l’hiver 2018/2019. La carrière de l’Avensis touche à sa fin, et plus qu’un non-renouvellement, c’est la fin pour Toyota d’une lignée née en 1997. Ainsi, c’est une vieille connaissance qui nous revient et qui avait, elle, disparu de nos contrées il y a plus d’une décennie : la Toyota Camry.

Une Toyota Camry européenne uniquement hybride

Ce retour s’explique par la volonté de Toyota de demeurer présent sur le segment D, sans y investir énormément vu sa dégringolade continue dans les ventes. A peu de frais donc la marque japonaise y occupera une place, cohérente de surcroît avec sa volonté de proposer toujours plus de modèles hybrides, car la Camry ne sera proposée qu’en version essence-électricité. Ce sera la 8e voiture du type dans la gamme, qui ne compte plus guère que la GT86 et les 4×4 Land Cruiser et Hilux comme principales propositions non-disponibles en hybride.

Lancée en juin 2017, la Camry en est à sa 8e génération, la première remontant à 1982. Proposée dans plus de 100 pasy, c’est l’une des voitures les plus vendues au monde avec plus de 700.000 unités écoulées chaque année, et un total dépassant les 19 millions d’exemplaires en 36 ans de carrière. Elle se trouve aujourd’hui produite dans 8 pays, allant du Japon aux Etats-Unis, de la Chine à l’Inde, de l’Asie du Sud-Est (Malaysie, Thailand, Taiwan) à la Russie. Pour l’Europe, aucune production n’est évoquée par Toyota.

Une architecture modulaire

La Toyota Camry est bâtie sur la plateforme modulaire TNGA-K, l’une des trois plateformes du programme Toyota New Global Architecture. Inaugurée en 2015 par la Prius, elle équipe depuis toutes les Toyota et Lexus de ce type qui ont été lancées, à l’image du C-HR (TNGA-C), des Lexus LC et LS (TNGA-L) et du prochain Rav-4 (TNGA-K, comme la Camry). Le bloc moteur sera le 2.5 l qui équipe la Camry Hybrid américaine notamment, d’une puissance de 176 ch à 5700 tr/min. Avant de débarquer en Europe, Toyota promet d’opérer des réglages spécifiquement adaptés au Vieux Continent afin que l’agrément de conduite corresponde à « nos » exigences.

Rendez-vous au premier trimestre 2019

La Toyota Camry fera son grand retour en Europe occidentale début 2019, ce après 14 ans d’absence. La Camry était alors, dans les dernières années, écoulée à doses homéopathiques. Pas sûr aujourd’hui qu’elle rencontre un plus large succès, ce qui ne sera pas la faute de qualités réelles, au premier rang desquels l’espace à bord qui devrait aussi intéresser l’une de ses cibles commerciales, le transport de personnes. Taxis, VTC, ou encore flottes d’entreprise devraient ainsi représenter ses principaux clients.

Via Toyota