Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

La première ligne de BlueTram du Groupe Bolloré inaugurée à Singapour

Le BlueTram est de retour ! Après un test à l’automne 2015 sur les Champs-Elysées à Paris, la navette électrique  de poche de Blue Solutions, filiale du groupe Bolloré, vient de s’exporter à Singapour. Dans la Cité-Etat, elle emprunte une ligne de 2 km où elle sera testée pendant 2 ans, et ce alors que débute l’année de l’innovation entre la France et Singapour.

Sans rail ni caténaire…

C’est le retour du « tram sans caténaire ni rail« , ce qui, convenons-en, n’est rien de plus qu’un… bus. Electrique, bien sûr, comme c’est de coutume avec le groupe Bolloré, qui a également dans sa gamme les Bluebus dont certains circulent à Paris notamment. Présenté il y a un peu plus de deux ans, le BlueTram, petite navette de 6 mètres de long pour une capacité de 22 personnes embarquées à bord, profite d’un design dont la face avant s’inspire des rames de tramways. Cela n’empêche pas le reste de la structure d’être en très grande partie dérivée du Bluebus ce qui n’est pas un mal puisque celui-ci a fait ses preuves (accessibilité excellente aux PMR notamment).

A partir de Juillet 2018, les étudiants de l’Université Technique de Nanyang (NTU) pourront prendre place à bord du BlueTram qui les emmènera de leur résidence North Hill jusqu’à l’éco-campus CleanTech One. Appelé là-bas « Flash Shuttle », cette ligne aura deux stations de recharge, une à chaque terminus, pour que les BlueTram en circulation puissent biberonner. Au programme, 20 secondes seulement pour recharger leurs supercondensateurs via un bras télescopique qui se pluggue en toiture. Le véhicule a ensuite une autonomie d’environ 2 km pour rallier l’autre terminus et s’y recharger pendant que descendent et montent les passagers. Et ainsi de suite. Le supercondensateur a pour lui une charge ultra rapide, et des millions de cycles de charges possibles contrairement aux batteries conventionnelles. En cela, ils sont très adaptés aux transports publics. S’y ajoute un pack de batterie lithium-ion pour assurer un rayon d’action supplémentaire de 30 km (nécessaire pour rejoindre les dépôts notamment).

L’ERIAN, pour Institut de Recherche sur l’Energie de l’université NTU, va profiter de la présence du BlueTram pour étudier avec le groupe Bolloré ses performances sous un climat tropical et voir comment en assurer une circulation optimale. De quoi préparer aussi le terrain à une future version à conduite autonome, car la concurrence va venir sur ce segment (Navya ou Easymile).

Des BlueTram mais aussi des BlueCar

En plus du BlueTram, voici aussi des BlueCar pour Singapour. Le 12 décembre 2017 était lancé BlueSG, doté d’une flotte de 80 voitures électriques BlueCar fabriquées à Dieppe par… Renault ! Déjà 4000 abonnés et 10.000 utilisations selon Bolloré, qui a annoncé une station sur le campus de l’université NTU pour que les étudiants, les enseignants et les salariés puissent aussi les utiliser pour leurs déplacements jusqu’au centre-ville. Singapour qui compte au total 32 stations BlueSG à l’heure actuelle. BlueSG envisage d’atteindre les 1000 véhicules et les 2000 stations de recharge pour 2020 !

Enfin, pour être complet sur le groupe Bolloré, la gamme Bluebus commence à décoller petit à petit. Après la flotte de 23 véhicules 12 mètres de la Ligne 341, la RATP a commandé 20 autres Bluebus dont 10 reçoivent un pantographe inversé pour permettre la recharge du véhicule en ligne au terminus, une solution d’esprit similaire au biberonnage du BlueTram (on recharge les batteries en station) mais avec un dispositif légèrement différent. Outre Paris, Rennes s’est dotée de Bluebus avec une option de chauffage 100% électrique (contrairement à ceux de Paris) ainsi que le déploiement du premier prototype de version articulée 18 mètres du modèle, tandis que Bruxelles a sélectionné le groupe français pour y faire circuler a minima 5 Bluebus standard, en octobre 2017. Des premiers signaux positifs, tandis que la concurrence (chinoise, notamment, mais aussi d’Alstom) se renforce jour après jour…

Via Bolloré et Eurekalert