Site icon Le Nouvel Automobiliste

Rétromobile 2022 : interview de Jean-Marie Corre, artiste peintre et ingénieur

Interview-Jean-Marie-CORRE-artiste-peintre

Il y a des personnes capables de cumuler différentes compétences que cela soit techniques mais aussi artistiques. C’est le cas de Jean-Marie Corre, ingénieur ayant une carrière très variée chez un grand constructeur français mais aussi artiste peintre talentueux à ses heures perdues. Nous l’avons rencontré lors du salon Rétromobile qui a fermé ses portes le 20 Mars dernier afin de connaître sa recette qui lui permet de mêler sa vie professionnelle et sa passion incommensurable pour le monde de la peinture. A vos marques, prêts ? Peignez.

Le Nouvel Automobiliste : Bonjour Jean-Marie, avant toute chose, pouvez-vous vous présenter et quel est le parcours professionnel que vous avez ?

Jean-Marie Corre : Alors, depuis tout jeune, je suis passionné par la technique et en particulier par l’automobile et tout ce qui touche plus particulièrement au design. J’ai voulu m’orienter très tôt dans cette carrière et j’ai d’abord obtenu un BTS de conception industrielle et j’ai eu ensuite la chance de rentrer dans le domaine de la carrière automobile chez un sous-traitant tout d’abord. Ce qui m’a amené après à travailler en mission chez des équipementiers et ensuite de rentrer chez un grand constructeur français, Renault, où j’ai beaucoup travaillé autour des planches de bord, et proche du design.

C’est ma carrière professionnelle que je poursuis toujours et j’ai développé récemment ma passion pour la peinture depuis deux ans. Cette jeune activité commence à avoir un peu de succès, ce qui fait qu’aujourd’hui je suis présent à Rétromobile. C’est une passion qui date depuis que je suis tout jeune et c’est une activité que je mène depuis mon tout jeune âge comme cela, un peu comme tout le monde. J’ai pris quelques cours du soir aux Beaux Arts en parallèle d’études plus scientifiques. Puis, pendant quelques années, j’ai quasiment arrêté la peinture mais c’était un rêve que j’avais depuis longtemps d’exposer à Rétromobile et ce jour est arrivé.

LNA : Du coup, comment est venue votre passion pour la peinture ? Et surtout sans avoir eu une formation, est-ce que vous vous décrivez comme autodidacte ?

J-M C : Comme je disais, ma passion date depuis tout jeune, j’ai toujours aimé dessiner des voitures. Quand je dis tout jeune, c’est depuis l’âge de mes 2 / 3 ans car mes parents ont gardé des dessins où je griffonnais. Puis j’ai commencé à vraiment développer ma passion vers fin du collège en ayant admiré un copain qui peignait déjà très bien. D’ailleurs petite anecdote, je l’ai perdu de vue après le collège mais je l’ai retrouvé sur les réseaux sociaux et il peint toujours. En parallèle, je me suis toujours intéressé à la voiture ancienne parce qu’autour de moi, j’avais un oncle qui avait acheté une Renault NN de 1928 et cela m’intéressait fortement. Puis quand j’ai pu venir à Rétromobile, j’ai été bluffé par les peintres comme Yoshida notamment avec son côté hyperréaliste ou comme Alain Mirgalet que j’admirais à cette époque-là. A partir de ce moment-là, cela m’a vraiment boosté pour aller plus loin sur le sujet. Mais je suis principalement autodidacte même si j’ai suivi quelques cours aux Beaux Arts. J’ai développé mon art en observant ce que faisaient les autres en apportant ma touche personnelle, mais j’ai encore beaucoup à développer.

LNA : On remarque que vos peintures adoptent un style qui est quand même assez particulier et avec un certain point de vue. Comment vous vous-êtes inspirés et comment vous avez réussi à mettre en place votre patte ?

J-M C : Alors, comme je m’intéresse à la voiture ancienne depuis très très longtemps et en accumulant de nombreuses revues et de livres avec une culture de l’automobile assez importante, ce que j’essaie de faire, c’est de mettre des voitures que j’aime vraiment dans leur élément, notamment dans leur environnement de course. Pour cela j’apporte ma touche personnelle en travaillant principalement en noir et blanc d’un côté et en surlignant les voitures en couleurs d’origine bien entendu. Tout cela donne une dimension entre l’ancien et en même temps moderne avec le regard d’un photographe actuel qui utilisent des focales longues qui n’existaient pas à l’époque. Ceci donne un point de vue particulier à mes peintures. Je joue aussi sur les reflets et les ombres que j’aime mettre en exergue. Du coup, mes peintures sont assez graphiques et évoquent en général la vitesse avec du relief.

LNA : On voit que vos peintures sont réalisées sur des modèles anciens, avez-vous une certaine génération qui vous inspire ?

J-M C : C’est surtout les années 50-60 qui me fascinent parce que c’était la grande époque des courses automobiles où les voitures commençaient à être performantes. Et surtout avec des pilotes qui engageaient leurs vies jusqu’à la mort parfois. Je peins également des véhicules plus anciens comme les années 30-40 et plus rarement des années 70-80. Les plus récentes, c’est plus sur commande suivant le choix des amateurs qui veulent avoir leur voiture en peinture. Mais c’est bien les années 50-60 qui est la base de mes créations personnelles.

LNA : Merci beaucoup Jean-Marie pour vous avoir consacré du temps. Mais avant de terminer et pour que nos lecteurs puissent admirer tes peintures, comment peut-on vous retrouver ?

J-M C : Tout d’abord sur les réseaux sociaux comme Instagram (jm_corre_artiste) et Facebook (jeanmarie.corre.5). J’ai également un site internet dédié (jeanmariecorre.com) où j’ai une page Évènement sur lesquels j’annonce les prochaines expositions ou salons.

LNA : Merci Jean-Marie et surtout belle continuation à vous !

Crédits photos : Christian Condé

Quitter la version mobile