Le Nouvel Automobiliste
Le Nouvel Automobiliste

Hyundai Ioniq 2016 : Surprise sans camouflage

La surprise aurait pu durer jusqu’en 2016 mais la présence d’un photographe pendant le tournage du film publicitaire a écourté l’attente : voici les traits qu’arbore la Hyundai Ioniq définitive.

Nous en avons parlé récemment sur le site : cette Hyundai Ioniq est la nouvelle berline hybride, hybride rechargeable et tout-électrique du constructeur coréen. Un couteau suisse pour faire baisser les émissions de carbone de ses gammes afin de convenir aux réglementations européennes et américaines de CAFE, corporate average fuel economy, qui seront une réalité d’ici 2025.

Avec cette berline, on pouvait craindre une contamination du syndrome « moche » des voitures « propres » : ligne de suppositoire, excès d’originalité, style sans cohérence avec le reste des gammes… Cette Ioniq semble faire plus sage et plus agréable au regard des audaces esthétiques d’une Prius IV, d’une Insight ou même d’une Opel Ampera/Chevrolet Volt. On reste cependant sur une forme de berline très lisse et profilé, pour l’aérodynamique, et avec un hayon très haut pour générer moins de trainée.

La calandre est à l’aloi des dernières Hyundai : un hexagone biseauté façon Audi, et qui vient mourir dans les optiques avec des extensions noires façon DS Wings. Les diodes sur les écopes paraissent un peu grossières et le tout dégage une impression de simplicité, de design aisé à lire et sans trop de lourdeurs farfelues. Le moteur sera un 1.6 essence pour les hybrides ; l’autonomie électrique des plug-in et tout-électrique reste inconnue. A revoir comme prévu à sa révélation officielle en 2016 en Corée du Sud, puis à Genève et enfin au Salon de New York.

Via Worldscoop, AutoGuide et Auto Blog